Et avec votre ESPRIT – Alexis Laipsker – Collection Pocket roman

« Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène ! » 

…ET AVEC VOTRE ESPRIT est un premier roman qui vient de paraître en poche. Le deuxième roman d’Alexis Laipsker « Le Mangeur d’âmes » est sorti.

Retenez bien le nom de l’auteur, un auteur de polars qui vous embarque dès les premières pages !… Son premier roman se déroule dans le monde scientifique qui commence à Strasbourg. Un prix Nobel de chimie est retrouvé assassiné assez sauvagement et on lui a ôté son cerveau. (Alors, je rassure les lecteurs, la première scène est un peu « crash » mais après ça s’arrange !….) Puis quelques temps après, un peu partout en France vont également disparaître des grands professeurs, chacun des sommités dans leur domaine, des personnages importants qui font de la recherche. Ils vont disparaître pendant quelques jours de leur vie et quand ils reviennent, c’est comme s’ils avaient été lobotomisés. Ils ne se souviennent absolument pas de ce qui s’est passé, sauf que ça pose un problème car ce sont de grands chercheurs qui travaillent sur des projets et des découvertes importantes. C’est très embêtant et il serait bon de savoir ce qui leur est arrivé ! Donc, un enquêteur va procéder à des investigations.

C’est rythmé, c’est documenté. C’est fluide. C’est passionnant !

L’auteur en profite pour nous raconter comment ça se passe dans le domaine scientifique, la recherche, les attributions de budget, les petites guéguerres entre les différentes personnes.

On est plongés là-dedans et c’est hyperpassionnant ! On apprend plein de choses, puis c’est un polar et on avance avec l’enquêteur.

C’est un très chouette premier roman qui a été très remarqué et qui, à priori, est en cours d’adaptation pour une série. C’est un roman que l’on peut emmener partout, à la montagne, à la plage, à la maison….. en fonction de la météo !

Nathalie de la Librairie Doucet Le Mans/MC

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine, en compagnie de Quentin Benoît en cliquant ici ! (émission du 27 juillet)

….Et avec votre esprit – 461 pages – prix : 8.80 € (parution 04/03/21)

Commander le livre

L’ AMERICA- Michel Moutot – Éditions Points – Grands romans

Nathalie nous présente L’AMERICA de Michel MOUTOT en poche.

« DEUX POCHES ACHETÉS, UN OFFERT » en librairie, parfait pour cet été !

Michel MOUTOT écrit toujours des romans qui racontent plutôt l’histoire des États-Unis. Il avait écrit « Ciel d’Acier » sur la construction des gratte-ciels à New-York. C’était passionnant !.

Cette fois-ci, le roman débute au large de la Sicile dans un petit archipel où un pêcheur Vittorio a en charge sa famille, parce que son père n’est plus !.. Il s’occupe de sa mère et de sa sœur.

Au début du siècle dernier. Il va tomber amoureux d’Ana, fille du chef de la mafia locale. Inutile de vous dire que lorsque le père d’Ana apprend cette liaison, il ne voit pas cela d’un très bon œil et il va lancer une vendetta contre Vittorio qui va devoir fuir la Sicile puis l’Italie. A l’époque c’est toute une partie des italiens qui migrent aux États-Unis, soit pour fuir la mafia soit pour fuir la misère. Et à travers l’histoire de Vittorio et cette immigration aux États-Unis, c’est la migration italienne que nous suivons. Comment les italiens se sont implantés aux États-Unis, en fonction des métiers qu’ils pratiquaient et bien sûr la mafia qui a suivi et qui s’est aussi implantée aux États-Unis en fonction de certaines spécificités qu’on trouve dans le roman. Mais tout ça est raconté de façon très romanesque. On suit aussi l’histoire d’amour de Vittorio et Ana qui ne s’arrêtera pas !

C’est un roman d’aventures. C’est une saga familiale. C’est typiquement le roman qu’on a envie de lire l’été, dans lequel on apprend beaucoup de choses, un roman qui se lit vite, qui se lit bien ! La saga de l’été !

Bonne lecture !

Nathalie de la librairie DOUCET LE MANS/MC

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine, en compagnie de Quentin Benoît, cliquez sur l’ émission du 20 juillet !

L’ AMERICA – 504 pages – prix : 8,80 € (petit format) – (parution 10/06/21) – Grand format : prix 21 € (paru 05/03/20)

Commander le livre

Rikiki terrible pirate des mers – Marianne Barcilon – l’école des loisirs – Éditions kaléidoscope

Rikiki, terrible pirate des mers - Teteenlire
RIKIKI TERRIBLE PIRATE DES MERS

UN GENTIL PETIT PIRATE !

Fils d’un couple de pirates redoutés à travers les mers du monde entier, Rikiki est appelé à un grand destin de boucanier. En attendant, il lui faut prendre le temps de grandir, et Rikiki est tout sauf patient.

Une très jolie histoire de pirates. Les dessins à l’aquarelle sont très beaux et c’est un délice pour pour les yeux. Beaucoup d’humour.

A recommander à tous les petits pirates en herbe dès 3-4 ans !

« Rikiki terrible pirate des mers »– 40 pages – prix : 13 € (grand format) – 5 € (petit format) – A partir de 3 ans.

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/MC

Commander le livre

Anatomie d’un mariage – Virginia Reeves – Editions la cosmopolite – Stock

BOULEVERSANTE EXPLORATION D’UN MARIAGE ! (4)

Page, la revue des Libraires, nous propose la superbe chronique de Linda Pommereul de la Librairie Doucet au Mans, à propos du livre « Anatomie d’un mariage »

Virginia Reeves compose un livre bouleversant sur la fragilité des apparences et des espoirs déçus. Un roman qui explore toutes les nuances et les contradictions qui font de l’amour l’inépuisable source de tous les tourments.

Certaines lectures résonnent comme des chants. Des lectures où l’on a du mal à dire au revoir aux personnages. Et même si l’histoire est sombre, emplie d’une mélancolie qui possède le lecteur jusqu’à l’enivrer, on se laisse bercer par celle-ci. Anatomie d’un mariage de Virginia Reeves, comme son précédent roman Un travail comme un autre (Stock et Le Livre de Poche – prix Page/America 2016), la font entrer d’emblée dans le cercle de ces grands conteurs d’histoires portées par des personnages en équilibre, fragiles malgré leurs certitudes, tellement humains.

Des romans qui auscultent des vies ordinaires avec une vivacité d’esprit proche d’Alison Lurie ou de Philipp Meyer. Edmund Malinowski, jeune psychiatre comportementaliste, est sur le point de réaliser son rêve. À 36 ans, il vient de prendre la direction d’un établissement psychiatrique dans le Montana. Un déménagement qui oblige sa compagne Laura à mettre ses activités en suspens pour le suivre. Pour la convaincre, il lui promet d’être davantage présent et de fonder une famille. Malgré la promesse de ce bonheur parfait, la réalité est tout autre. Ed s’absente de leur vie chaque jour un peu plus, aveugle au sentiment d’abandon qui grandit chez Laura. Sentiment d’être invisible, en exil. Elle demande à Edmund de la regarder, de lui prouver qu’elle existe. D’autant plus quand elle constate que son mari est attiré par une jeune patiente, Pénélope, charmé par son intelligence et sa sensibilité. Prise au piège de sa jalousie, Laura s’enferme dans le désespoir et la colère, jusqu’à garder secret ce qu’elle ressent, au point de feindre ses émotions, étrangère à elle-même. Chacun remarque les changements mais ne sait pas comment modifier son attitude. Pourtant Ed et Laura ne peuvent plus se contenter de fermer les yeux en  attendant que les choses s’arrangent d’elles-mêmes. La crise est inévitable.

Lu et vivement conseillé par Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

Virginia Reeves enseigne la littérature, l’écriture et la communication à l’Université d’Helena dans le Montana. Son premier roman « Un travail comme un autre » (Stock, 2016) a reçu le prix Page/America.

« Anatomie d’un mariage » – 430 pages – prix : 22.90 € – Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau

Commander le livre

Les beaux mariages – Édith Wharton – Éditions Les Belles Lettres

AH ! CES BEAUX MARIAGES (3)

Présentation : « Il était caractéristique de sa part de garder de ses échecs un souvenir aussi aigu que de ses triomphes, et un désir passionné de les “rattraper”, qui comptait toujours parmi les motifs obscurs de sa conduite. Elle avait enfin ce qu’elle voulait – elle avait conscience de posséder “ce qu’il y avait de mieux” ; et parmi les autres sensations, plus diffuses, l’adoration de Ralph lui procurait le plaisir raffiné qu’aurait pu connaître une reine guerrière portée en triomphe par les princes vaincus, et lisant dans les yeux de l’un d’eux la passion qu’il n’eût pas osé exprimer. »

Ondine Spragg s’ouvre les portes de l’aristocratie new-yorkaise grâce à son mariage avec Ralph Marvell. Son ambition l’amène à divorcer et à se lancer à la conquête des hommes susceptibles de lui apporter tout ce qu’elle désire, c’est-à-dire l’amusement mais aussi la respectabilité. Si elle échoue face au banquier Peter Van Degen, elle va trouver une nouvelle victime en la personne du Marquis de Chelles, grâce à qui elle va – espère-t-elle – trouver une place de choix dans le monde du Faubourg Saint-Germain. Mais c’est vers Elmer Moffatt, un ami d’enfance auquel elle avait été mariée secrètement, qu’elle finira par revenir et en compagnie duquel elle trouvera le bonheur.


Les qualités d’analyse de la grande Edith Wharton font merveille dans cette vaste fresque qui dépeint une classe à l’agonie dans ce monde du XXe siècle en pleine formation, et tracent avec une talentueuse audace le portrait d’une femme moderne.

Edith Wharton est issue d’une vieille famille de la grande bourgeoisie new-yorkaise. À partir de 1906, elle choisit la France pour patrie d’adoption et partage sa vie entre son appartement de la rue de Varenne à Paris, sa maison de campagne de Saint Brice-la-Forêt (Seine-et-Oise) et sa villa d’Hyères (Var). Après l’échec de son mariage, elle publie en 1905 son premier roman, « Chez les heureux du monde », et reçoit quinze ans plus tard le prix Pulitzer (première femme a recevoir ce prix) pour « Le Temps de l’innocence ». Amie d’André Gide et Paul Bourget, elle devient bientôt le peintre averti et plein d’ironie d’une aristocratie new-yorkaise moribonde en proie à la montée de l’affairisme.

Edith Wharton née en 1862, elle meurt en 1937, laissant pour testament une quarantaine de romans et de nombreux recueils de nouvelles et de poèmes dont notamment « Les Metteurs en scène », « Ethan Frome », « Été » considéré par Joseph Conrad comme le plus beau roman d’Edith Wharton. Amie et confidente de Henry James, elle a écrit un grand nombre de romans et de nouvelles dont la modernité continue de surprendre. Après avoir passé sa vie à Paris et à Hyères, c’est à Saint-Brice-la-Forêt qu’elle est inhumée (Val d’Oise).

(Promenade au bord de la mer 1909 – huile sur toile.

Joaquin Sorolla – Musée Sorolla. Madrid)

Edith Wharton est une immense écrivaine et une référence américaine. C’est surtout une des premières femmes avec G. Eliot qui va montrer aux femmes le chemin de la liberté et qui va prendre sa place en littérature comme Jane Austen. D’ailleurs, il y a eu des films qui ont été tournés à partir de ses livres et qui sont absolument sublimes.

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/M-Christine

« Les beaux mariages » – 576 pages – prix : 15 € – Traduit (anglais) par Traduction SUZANNE V. MAYOUX – (parution 2018) Belles Lettres – Domaine Etranger dirigé par Jean-Claude Zylberstein.

Commander le livre

Premier amour – Nid de gentilhomme – Tourguéniev – Éditions Folio classique

IL EST REVENU LE TEMPS DES AMOURS !… (2)

« PREMIER AMOUR » PREMIER COUP DE FOUDRE de Vladimir !

« A présent que les ombres du soir commencent à envelopper ma vie, que me reste-t-il de plus frais et de plus cher que le souvenir de cet orage matinal, printanier et fugace. » (p. 348 – ch. 22)

« Sa beauté et sa vivacité constituaient un curieux mélange de malice et d’insouciance, d’artifice et d’ingénuité, de calme et d’agitation. Le moindre de ses gestes, ses paroles les plus insignifiantes dispensaient une grâce charmante et douce, alliée à une force originale et enjouée. Son visage changeant trahissait presque en même temps l’ironie, la gravité et la passion. Les sentiments les plus divers, aussi rapides et légers que l’ombre des nuages par un jour de soleil et de vent, passaient sans cesse dans ses yeux et sur ces lèvres ». (p. 296 – ch. 9)

Par ce récit partiellement autobiographique, par ces pages admirables, Ivan Tourgueniev nous dépeint les affres des premiers émois amoureux de l’adolescence. Il les visite à l’âge d’homme pour y découvrir qu’intact est l’amour d’antan. La tonalité qui habite ces lignes mélancoliques envoûte le lecteur. Vladimir aime Zénaïde. Elle aime ! C’est certain, cela se voit mais qui ? La jeune fille réunissant autour d’elle une cour de prétendants énamourés qu’elle fait tourner en bourrique ! Il imagine être l’élu lorsque Zénaïde s’approche de lui, sa poitrine se soulevant contre sa tête et ses mains frôlant sa joue, elle dépose un baiser… « Quel délice ! ses lèvres douces et fraîches couvrirent mon visage de baisers, effleurèrent mes lèvres.. » Cette dernière est aussi éprise du père de l’adolescent, un homme séduisant et charmeur auprès de qui elle monte régulièrement à cheval.

« Jamais je n’ai vu de cavalier comme mon père : il se tenait en selle avec tant de grâce désinvolte que l’on eût dit que le cheval lui-même s’en rendait compte et était fier de son maître ». (p. 341 – ch. 21)

Vladimir soupçonne quelque chose mais sans certitude, jusqu’au jour où…

«Quelle fille excitante que Zénaïde !», écrit Flaubert à Tourguéniev à propos de Premier amour. «C’est une de vos qualités de savoir inventer les femmes. Elles sont idéales et réelles. Elles ont l’attraction et l’auréole.» L’auréole de Zénaïde, le prototype de la jeune fille russe, capricieuse, insaisissable, irrésistible, le «premier amour» du narrateur (Tourguéniev lui-même) qui trouvera en son père un rival heureux.

Court roman ou longue nouvelle, très certainement autobiographique de 86 pages publié en France en 1833 dont Vladimir et Zénaïde sont les chefs, d’un orchestre étrange qui joue une partition où un curieux mélange de légèreté, de désir, de passion, de désespoir et d’exaltation s’entrecroisent.

« Premier Amour » est peut-être l’œuvre la plus connue de Tourgueniev, un texte d’une lecture simple et facile.

Une très belle écriture fine et subtile. A lire ou relire cet été !

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/M-Christine

« Premier Amour – Nid de gentilhomme » – 384 pages – prix 5.70 € – Préface de Françoise Flamant. (2007) – Traduction du russe de Françoise Flamant et Edith Scherrer – Editions Gallimard.

1818 : Naissance à Orel d’Ivan Tourguéniev, deuxième fils de Serge et de Barbe née Loutovinouv. Le père officier de la Garde prend sa retraite (1821). La famille s’installe dans la riche propriété de Spasskoié appartenant à la mère. Voyage familial en Europe. Les Tourguéniev s’installent à Moscou. Ivan T. y fait ses études secondaires comme externe dans des pensions privées puis avec des précepteurs à domicile. L’été 1833, il vit « son premier amour », il a 16 ans.

Commander le livre

Un « OUI » pour la vie ? – Le mariage en littérature – Folio poche – Édition de Julie Pujos

IL EST REVENU LE TEMPS DES MARIAGES ! (1)

Elizabeth Bennet et Mr Darcy, Emma et Charles Bovary, le prince et la princesse de Clèves, tous un jour se sont dit oui « pour le meilleur et pour le pire », dit-on. De la demande en mariage, qu’elle soit très protocolaire ou pleine de fantaisie, au grand jour, ce petit recueil de textes vous entraînera dans ces moments intimes et rares vus par de grands écrivains.

De La Fontaine à Daniel Pennac en passant par Guy de Maupassant, Albert Camus et Julian Barnes. Les plus belles pages de la littérature consacrées au mariage.

Un petit livre à glisser dans le cadeau fait aux mariés !

Librairie Doucet Le Mans – M. Christine

Un « OUI » pour la vie – 144 pages – prix : 2 euros

Commander le livre

A la mer – Emma Giuliani – Des grandes Personnes – Album Jeunesse

Un magnifique livre documentaire, à la fois ludique et très pédagogique

De la plage au port, à la traversée en bateau vers l’Île des mille oiseaux, nous retrouvons Prune et Robin, rencontrés dans Au jardin , et qui partent à la découverte du littoral et de la mer. Fourmillant de détails et d’informations, ce livre raconte la beauté et la diversité de la faune et de la flore, mais également les dangers qui menacent aujourd’hui l’équilibre marin dû au réchauffement climatique et à la pollution plastique, entre autre. On découvre les animaux, les plantes ainsi que les termes de marine – l’Échelle de Beaufort, la pavillonnerie, etc. – les règles de la pêche à pied ou le fonctionnement d’un phare. Le dernier chapitre est consacré au rôle de la recherche scientifique pour tenter d’enrayer la destruction de ces espaces marins et préserver la vie de ces habitants et la nôtre.

Superbe album documentaire pour découvrir la mer à travers de belles illustrations et découpages d’Emma Giuliani. Dès 5 – 6 ans

A la mer – 16 pages – prix 22 €uros (parution 17 juin 21)

Commander le livre

Équitation – Profitez des vacances pour apprendre l’équitation en centre équestre et avec les livres ! – Guide super complet du débutant à l’expert !

LIVRE 1 : Je commence l’équitation : le guide super complet des débutants – Emilie Gillet, Anne-Olivia Messana

Un ouvrage très illustré qui présente l’essentiel des informations à connaître pour commencer l’équitation et progresser. Conçu pour être facilement lu en autonomie dès 7 ans et très illustré pour séduire les plus petits qui commencent de plus en plus tôt.


Un guide complet pour découvrir :
– le cheval : les races, les robes, les comportements, et comment s’en occuper.
– le poney-club.
– l’équipement du cavalier.
– comment se déroulent les reprises.
– les concours, les différents sports, les galops.

Guide complet des débutants – 72 pages – prix : 13.50 € ( (parution 02/06/21) Larousse Jeunesse

Commander le livre

*********************

LIVRE 2 : ÉQUITATION Patricia Rening

Grâce à ce documentaire riche en images, apprends à mieux connaître l’équitation : le dressage, les concours d’obstacles, la voltige, le polo, l’apprentissage junior avec les poney… Au début du livre, découvre des vignettes à découper pour apprendre en t’amusant !

Equitation – 32 pages – prix : 7.95 € (parution 07/0521) La Grande imagerie Fleurus Jeunesse

Commander le livre

***************************

LIVRE 3 : SIMPLISSIME – le livre d’équitation le + simplissime du monde Antoinette Delylle, Sylviane Ganglof

NOUVEAU !

Voilà LE guide pour tous les enfants fans d’équitation, qui montent déjà à cheval ou qui en rêvent ! 48 pages très illustrées pour apprendre à connaître les poneys et les chevaux, et pour bien s’en occuper. Mais aussi plein d’astuces pour découvrir le pas, le trot, le galop, les balades, sans oublier les galops et les concours !

SIMPLISSIME – le livre d’équitation le + simplissime du monde – 48 Pages – prix : 7.95€ – (Parution 23/06/21)

Commander le livre

***************************

LIVRE 4 : Un siècle d’équitation : centenaire de la fédération française d’équitation


En 1921 naît la Fédération française d’équitation
et, avec elle, la volonté de promouvoir une équitation sportive et de loisir, et non plus uniquement utilitaire ou militaire.
Progressivement, la pratique équestre conquiert le grand public et les clubs hippiques se multiplient. Avec le développement du « mouvement poney » et du tourisme équestre dans les années 1960, l’équitation séduit des amateurs de plus en plus nombreux, jeunes, féminins. De leur côté, les compétitions, réservées aux militaires jusqu’en 1950, deviennent des espaces de rencontres très prisés, permettant à la France de prendre la tête des nations cavalières, aussi bien par le nombre et le niveau de ses pratiquants – et de leurs chevaux – que par les concours internationaux qu’elle accueille et remporte.
C’est cette histoire à succès que raconte ce livre, nous faisant revivre un siècle d’initiatives fédérales, de grands concours et d’exploits sportifs, mais surtout d’amour des poneys et des chevaux.

Un siècle d’équitation – 224 pages – Editions Flammarion – (parution 09/06/21) – prix : 39,00 €

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/Marie-Christine

Commander le livre

Le Grand Art – Léa Simone Allegria – Éditions J’ai lu (poche) ou Éditions Flammarion (GFormat)

Qui dit mieux ?

« La mort dans nos métiers est un heureux évènement » (Maurice Rheims)

Après « Loin du corps », Léa Simone Allegria écrivaine et galeriste, nous emmène dans les coulisses des salles des ventes, aux côtés de Paul Vivienne. Dans ce sublime deuxième roman, composé en trois parties, elle nous raconte l’histoire d’un commissaire-priseur un peu prêt à tout pour réussir un gros coup, avant sa sortie !

Le héros, dans « Le Grand Art », c’est Paul Vivienne, commissaire-priseur (appelés familièrement les co-co), il est proche de la retraite et est complètement largué avec l’arrivée d’internet, des réseaux sociaux, alors la vente en ligne, sans avoir vu les œuvres, il ne comprend pas qu’on puisse acheter comme ça ! La vente par téléphone, il connaissait. Les gens venaient voir sur place avant la vente, examinaient les objets et enchérissaient par la suite. Alors, Paul Vivienne, au bout du rouleau, avant sa sortie définitive, va tenter un bon coup ! Et le roman commence ainsi :

Alors que Paul Vivienne consulte son journal et lit d’abord la rubrique nécrologique, car pour lui, dès qu’il y a un décès, il y a vente possible et que son fond de commerce ce sont les « 3 D », c’est-à-dire les Dettes, les Divorces et les Décès ! Il y a chance d’aller « dépouiller » un château, un appartement, une belle propriété ! Il appelle ça « dépouiller » mais en fait, ça ne fait que changer de mains et c’est une nouvelle vie pour les biens des familles !

Paul Vivienne va donc s’envoler pour l’Italie, en Toscane car un certain Benvolio Cassaí, propriétaire d’un château, près de Florence, a rendu l’âme.

A la suite de l’ enterrement, il a trouvé un mystérieux retable « La Vierge au rouge-gorge » au fond de la chapelle, un retable peint par un florentin inconnu. La datation est estimée au début du XVème siècle mais c’est antérieur à l’invention de la perspective par Brunelleschi. Et on sait que la perspective a été inventée entre 1415 et 1425 ! Le premier a l’avoir utilisée c’est Masaccio qui était très jeune et là, le retable serait antérieur. Vasari dit, un siècle plus tard c’est Brunelleschi qui l’a inventée mais il était trop jeune, il avait 14 ans. Donc, on va chercher et c’est l’experte en tableaux anciens, Marianne Javert qui va mener l’enquête et se lancer à la recherche de l’auteur du tableau. Soit c’est un vrai, soit c’est un faux ?. Et bien sûr, elle va trouver.

Le problème c’est que plus personne en salle des ventes ne s’intéresse aux reliques de cette époque ! Proposez plutôt aux collectionneurs des BD, des planches originales de Hergé, des photos, pas de problème !

Alors, Paul Vivienne qui n’est plus en phase avec son temps, avec son époque veut prouver à la maison d’Auctionès et à tout le monde qu’il réussira à faire grimper la côte d’un retable du quattrocento qui effectivement n’intéresse plus personne et pour lui c’est un enjeu de taille. Réussira t-il ?

Vous le saurez en lisant ce roman qui se lit comme une intrigue qui est très bien construite. Touche par touche, Léa Simone Allegria multiplie les rebondissements et étonne le lecteur. Vous vous divertirez en salle des ventes avec l’impression d’être au théâtre ! La tension monte crescendo en même temps que les enchères ! C’est passionnant et richement documenté. Vous voyagerez entre Paris, Florence et la salle des ventes. Vous apprendrez le jargon de cette profession et vous connaîtrez un peu mieux les coulisses de ce monde si secret !

Cette lecture sera l’occasion de se poser de nombreuses questions : origine des œuvres ? authenticité ? qu’est-ce qui peut faire monter la côte d’une œuvre, d’un artiste ?

C’est une plongée fascinante dans le monde de l’Art. UN ROMAN TRÈS ENRICHISSANT dont l’œuvre est signée Léa Simone ALLEGRIA ! Bravo à Léa Simone Allegria, ce deuxième roman c’est du Grand Art !

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/Marie- Christine

Artiste, mannequin, galeriste à Paris et New York, Léa Simone Allegria fait de l’art son terrain de jeu. « Loin du corps » (Seuil, 2017) explore la fabrique des muses et des modèles. « Le Grand Art » est son second roman.

« Le Grand Art » 352 pages (grand format) – prix : 20 € (parution 04/03/20) – Petit format J’ai Lu – prix 7.70€ (parution 09/06/21)