pleine terre – Corinne Royer – Éditions Actes Sud –

LA RÉALITÉ DU MONDE PAYSAN EN CE DÉBUT DU XXIème siècle

Pleine terre

Un livre indispensable qui parle du monde paysan, inspiré d’un fait divers dramatique qui s’est déroulé en 2017 (L’affaire Jérôme Laronze). On va suivre un agriculteur qui va partir en cavale dix jours, pourchassé et recherché par les gendarmes. A partir de là, Corinne Royer invente un personnage et elle raconte cette cavale, vue par un agriculteur mais aussi par des gens qui l’ont côtoyé. Elle nous raconte pourquoi cet homme est en cavale. Pourquoi, lui, qui aime tant sa terre et ses bêtes a dû abandonner sa ferme et partir en cavale.?

C’est un plaidoyer pour le monde paysan qu’on asphyxie, qu’on laisse mourir… C’est quelque chose qui vous montre qu’entre des discours, des circuits courts, du local et de ces nouvelles tendances, on leur impose tellement de normes et de contraintes européennes qui sont décidées par des gens qui ne connaissent pas la terre. C’est un savoir faire qui se perd et qui se meurt.

L’écriture de Corinne Royer est simple . C’est sublime !. Un livre que j’aimerais avoir le temps relire un jour pour s’imprégner de tout ce qu’elle dit.

« De sa plume fervente et fraternelle, Corinne Royer célèbre une nature en sursis, témoigne de l’effondrement du monde paysan et interroge le chaos de nos sociétés contemporaines, qui semblent sourdes à la tragédie se jouant dans nos campagnes. »

Nathalie de la Librairie Doucet Le Mans/MC.

pleine terre – 326 pages – prix : 21 € (parution août 2021)

Née en 1967, Corinne Royer vit entre les hauts plateaux du parc naturel régional du Pilat, près de Saint-Etienne, et l’Uzège. Disponibles chez Actes Sud : « La vie contrariée de Louise » (prix Terre de France/La Montagne : Babel n° 1589) « Et leurs baisers au loin les suivent » (2016) et « Ce qui nous revient » (2019), n° 1770.

S’adapter – Clara Dupont-Monod – Éditions Stock –

L’HISTOIRE D’UN ENFANT DIFFÉRENT RACONTÉE PAR SA FRATRIE

C’est un livre magnifique écrit par Clara Dupont-Monod, journaliste et chroniqueuse littéraire sur France Inter que l’on connaît un peu plus pour ses talents d’auteur de romans historiques, notamment sur Aliénor d’Aquitaine et elle revient avec un roman détonant, complètement différent.

Elle va nous raconter l’histoire d’une famille dans laquelle arrive en troisième position un enfant handicapé. On va se rendre compte qu’au bout de quelques mois, qu’il ne voit pas, qu’il n’émet quasiment pas de son, qu’il ne se tient pas. Alors, après les examens on va découvrir que c’est un enfant qui est atteint d’une maladie génétique rare et qui de toute façon ne se tiendra jamais debout, ne parlera jamais. Ce qui est intéressant dans ce livre, c’est la construction narrative parce que quand un drame arrive comme ça dans une famille, c’est quand même un « tsunami » pour tout le monde.

Cette famille habite dans un hameau cévenol et elle va faire parler les pierres de la cour de ce hameau qui vont nous raconter l’histoire de cette famille et notamment de la fratrie. Comment chacun des membres de la fratrie va réagir face à cet enfant différent, de celui qui va lui donner beaucoup d’amour, prendre soin de lui, lui consacrer presque toute sa vie, de celui qui sera en révolte, de cet enfant qui attire toute l’attention, de celui qui va arriver après, aussi, qui cherchera toujours un peu sa place. C’est magnifique ! C’est plein d’humanité. Elle réussit ! Le fait que ce soient les pierres qui nous racontent cette histoire, ça met les choses à distance. Personne n’est nommé. Les enfants, c’est l’aîné, la cadette, le petit dernier, l’enfant… Ça met un peu les choses à distance. L’histoire peut paraître un peu sombre mais lisez-le, c’est beau ! Parce que, c’est comment on se construit aussi, face à quelque chose comme ça qui arrive dans une famille. Et puis il y a dans cette famille tellement d’amour, tellement de bienveillance que ça en fait quelque chose de lumineux. Sincèrement, lisez ce livre, c’est magnifique jusqu’au bout ! La dernière page du livre, elle ‘m’a arraché des larmes tellement c’est beau, tellement ça résume tout ce qui a pu se passer dans cette famille.

Vraiment, c’est un très très beau livre. On ne ressort pas indifférent et pas « plombé » non plus. Clara Dupont-Monod arrive à en faire quelque chose de positif, de porteur, de lumineux et c’est ça qui est beau aussi dans son écriture.

Nathalie de la Librairie Doucet Le Mans/MC.

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine en compagnie de Maxime Bonhomet, en cliquant ici ! (voir la rubrique Culture en Sarthe, émission de lundi 13 septembre !)

Clara Dupont-Monod est auteure de nombreux ouvrages, notamment : « Eova Luciole » (Grasset, 1998), « La Folie du roi Marc » (Grasset, 2000), « Histoire d’une prostituée »(Grasset, 2003), « La passion selon Juette » (Grasset, 2007), « Nestor rend les armes », Sabine Wespieser (2011), « Le Roi disait que j’étais diable » (Grasset, 2014), « La Révolte » (Sotck, 2018)

  • S’adapter – 200 pages – prix : 18,50 € – (parution 25/08/21)

Enfant de salaud – Sorj Chalandon – Éditions Grasset –

QU’EST-CE QU’UN ENFANT DE SALAUD ?

« Enfant de salaud » le dernier livre de Sorj Chalandon est avant tout un roman, mais un roman où l’auteur joue tour à tour voire simultanément, son propre rôle de journaliste accrédité auprès de la cour d’assises spéciale afin de suivre à Lyon le procès du criminel nazi Klaus Barbie, mais aussi celui de fils en quête de la vérité sur le passé insaisissable de son père sous l’occupation.

Bercé le soir avant de s’endormir, par les récits de ce père sur sa guerre, le petit garçon qu’est alors l’auteur le considère comme un héros : poseur de bombe dans un cinéma allemand, ami de Jean Moulin… Mais un jour son grand-père paternel, en colère, lui glisse : « J’ai vu ton père en uniforme allemand. Tu es un enfant de salaud. » Tout cela, à l’occasion du procès Barbie revient à l’esprit de l’auteur qui réussit grâce à un ami à obtenir le dossier pénal de son père, lequel dévoile qu’il a bien été condamné et envoyé en prison à la Libération !…

S’ensuit alors une confrontation en marge du procès Barbie, qu’ils suivent tous les deux, entre ce fils et ce père manipulateur, dont on ne sait jamais quand il dit vrai et qui aura endossé successivement l’uniforme français, allemand et même celui de résistant !

Déserteur plus d’une fois ! Echappant miraculeusement au peloton d’exécution qui est-il vraiment ? Est-ce que cela suffit à en faire un « enfant de salaud » ? et qu’est-ce qu’un « enfant de salaud » ?

C’est remarquablement construit et écrit, c’est à la fois déroutant, émouvant, terrible et passionnant ! Rien d’étonnant qu’il soit sur la liste pour le Goncourt 2021, mais jugez-en par vous-même, vous ne le regretterez pas !

Librairie Doucet Le Mans/Hubert

Après trente-quatre ans à Libération, Sorj Chalandon est aujourd’hui journaliste au Canard enchaîné, Ancien grand reporter prix Albert-Londres (1998), il est l’auteur de neuf romans, tous parus chez Grasset, « Le Petit Bonzi » (2005), « Une promesse » (2006, prix Médicis), « Mon traître » (2008), « La Légende de nos pères » (2009), « Retour à Killybegs » (2011) Grand prix du roman de l’Académie française). « Le Quatrième Mur » (2013), prix Goncourt des lycéens), « Profession du père », (2015), « Le jour d’avant » (2017) « Une joie féroce » (2019).

Enfant de salaud – 336 pages – prix : 20.90 € (parution le 18/08/21)

Avant que le monde ne se ferme – Alain Mascaro – Editions Autrement –

LE DESTIN D’UN CIRQUE TZIGANE AU COEUR DU XXème siècle

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est alain-mascaro.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mascaro-alain.jpg

« Les hommes sont exactement comme les moutons. On leur fait croire à l’existence des loups et ceux qui sont censés les protéger sont en fait ceux qui les tondent et les tuent. » (P. 38)

La librairie Doucet vous recommande de suivre les pas d’Anton et le son du violon tzigane qui s’élève autour d’un feu de camp, dans la steppe kirghize, ! Suivez les pas d’Anton, ce dresseur de chevaux, porte-voix du peuple tzigane, « ces fils du vent » contraints à changer leur mode de vie dans cette première moitié du XXème siècle. Accompagnez Anton, le rescapé des camps nazis qui saura trouver les mots pour ses frères et ses sœurs d’âme et, leur communauté, celle des Torvath survivra, celle du monde du cirque qui parcourt les routes et les chemins à bord de leurs roulottes, s’arrêtant dans les villes et les villages, déployant leur chapiteau, jusqu’à ce que l’Histoire les rattrape.

N’hésitez pas à lire ce magnifique premier roman !

Un beau témoignage de cet épisode tragique peu connu, écrit dans une langue poétique éblouissante et puissante. C’est romanesque et assez bouleversant.

Gros coup de cœur. Lu et recommandé par Linda

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Avant que le monde ne se ferme – 244 pages – prix : 17.90 € (parution : août 2021)

Alain Mascaro est né en 1964. Professeur de lettres à Vichy, il décide en 2019 de tout quitter pour s’en aller parcourir le monde. Ce long voyage sans date de retour lui aura permis d’écrire son premier roman.

Le libraire de Wigtown -Shaun Bythell – J’ai Lu

Bienvenue à Wigtown et à la librairie « The Book Shop »

la plus grande librairie de livres d’occasion de toute l’Ecosse !

Vous pourrez ainsi découvrir et suivre pendant une année entière toutes les aventures trépidantes de Shaun Bythell, ce libraire écossais ! Ce n’est pas un roman mais un livre écrit sous forme de « journal de bord » parsemé d’anecdotes, de rencontres en tous genres, de passages et de commentaires décalés sur les lecteurs et les livres, une pépite d’humour anglais, Vous croiserez quelques stagiaires qu’il faut gérer et puis Nicky, l’employée de la librairie, un personnage haut en couleur, avec son projet de boutique ambulante et qui s’approprie la page facebook.

Shaun, ce bouquiniste nous raconte les tracas rencontrés dans sa petite librairie dont les murs menacent de s’écrouler, il faut faire beaucoup de manutention, gérer le stock de livres et puis il y a les piles de livres à ranger malgré le manque de place, il faut expédier les commandes, répondre aux demandes farfelues des clients et garder son calme ! La vie de libraire n’est donc pas si facile ! Cependant Shaun est libraire et entend bien le rester !

La vie de libraire n’est pas un long fleuve tranquille !

« Le Libraire de Wigtown invite le lecteur à découvrir l’envers du décor : si l’amour de la littérature est primordial pour exercer le métier de libraire, on y apprend qu’il faut aussi un dos en béton et une patience de saint ! » (Babelio)

Un livre facile à lire ! Pour les amoureux des livres, des librairies, des mots et de la littérature ! A découvrir !

Shaun Bythell a racheté la librairie de Wigtown, dont il est originaire, en 2001. Il est également membre fondateur du Wigtown Book Festival, qui attire désormais des milliers de visiteurs. Son nouveau livre, Petit traité du lecteur en librairie, vient de paraître aux éditions Autrement.

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Le libraire de Wigtown – 503 pages – prix : 8.90 € – (parution : avril 2021) – Traduit de l’anglais par Séverine Weiss –

Climax – Thomas B. Reverdy – Éditions Flammarion –

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE EXPLIQUÉ AVEC UN BEAU LIVRE.

Premier coup de cœur de l’année de Marie-Adélaïde qui nous emmène dans le froid du nord de la Norvège !

La littérature ça a peut-être le pouvoir de changer le monde. Certains livres ont ce pouvoir ou en tout cas ils ont le pouvoir de nous faire réfléchir. Le grand enjeu de ce texte, c’est de nous parler de réchauffement climatique, de la fonte de la banquise qui diminue, du danger que ça représente pour les animaux.

– « Alors, là je vois dans vos yeux », oh là là, ça ne va pas nous plaire, c’est sérieux, c’est important…. Et c’est d’autant plus réussi quand c’est un roman palpitant qui vous emmène en Norvège sur la trace de quatre copains, copainsd’enfance qui vont se retrouver à escalader les montagnes, les glaciers, faire du ski et puis la vie va évoluer, évidemment trois garçons et une fille. L’un d’eux est amoureux. Ce couple va se séparer mais ils vont continuer leur vie. Ce qui les avait réuni à l’époque, c’est qu’ils étaient passionnés par les jeux de rôles. Si je vous dis : « Donjons et Dragons », le fameux jeu.. et vous savez cette possibilité que vous avez de jouer votre vie aux dés, c’est-à-dire, que sur un coup de dés, vous décidez du destin de tel ou tel personnage, mêlant ça, à des considérations techniques, à des considérations physiques importantes sur la fonte des glaciers, sur les dérives des plates-formes offshore. Des pages d’une beauté extraordinaire qui font que vous vous arrêtez pour les lire à voix haute. Ce texte est d’une puissance que j’ai rarement lu. Je suis prête à parier avec vous qu’on en entendra parler et qu’il sera sur la liste de nombreux prix.

Tout est réussi ! On apprend beaucoup de choses. On se fait plaisir. On réfléchit et tout ça est baigné par les légendes nordiques qui peuvent vous embarquer dans un univers absolument magique.

  • MB : Ça veut dire qu’on est en encore plus sensibilisés au réchauffement climatique après avoir lu ce livre ?

– Ah, mais complètement, vous entendez grincer, craquer, s’effondrer les glaciers. Vous voyez les animaux qui dépérissent et vous voyez cette fameuse plate-forme pétrolière offshore au large de la Norvège qui connaît des accidents de plus en plus nombreux, à cause des secousses qui viennent faire remonter le pétrole beaucoup trop fort.

Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet/M-Christine

(RUBRIQUE : LE RENDEZ-VOUS DE LA CULTURE EN SARTHE chaque lundi)

Écoutez Marie-Adélaïde en compagnie de Maxime Bonhommet sur France Bleu Maine, en cliquant ici !

Thomas B. Reverdy est né en 1974. Il est l’auteur de sept romans parmi lesquels « La Montée des eaux » (Seuil, 2003) et aux éditions Flammarion, « Les Evaporés » (prix Joseph Kessel, 2014), « Il était une ville » (prix des Libraires 2016) et « L’Hiver du mécontentement » (prix Interallié 2018)

Climax – 333 pages – prix : 20 € – (parution août 2021)

Les Âmes noires de Saint-Malo – Hugo Buan – Editions Palémon

Passionnant roman de cape et d’épée qui se déroule dans le vieux Saint-Malo du début du XIXè siècle.

(Peinture de Jean Gauttier – Les deux cavaliers aux Moulins du Naye)

Bretagne, 1794. Le jeune Louis Hervelin parvient à échapper à la furia révolutionnaire qui règne à Port-Malo et a  Port-Solidor. Dix ans passent, le Consulat a été instauré dans le pays et le chef de la Sûreté, Pierre-Marie Desmarest, décide de créer une police d’arrondissement dans ces deux villes redevenues, après la Révolution, Saint-Malo et Saint-Servan. Il nomme à sa tête le commissaire Darcourt, ancien officier de Bonaparte. Sans tarder, ce dernier souhaite instaurer l’ordre. Les autorités locales semblent déconfites de son arrivée, et ses méthodes de travail en étonnent plus d’un… Alors qu’il prend ses marques, le commissaire Darcourt doit résoudre le meurtre d’un homme dont le cadavre a été découvert dans l’une des ruelles agitées de la cité corsaire. Très vite, il présume que cet assassinat est lié à la période de la Terreur, qui fit vivre à la ville de Saint-Malo des heures très sombres. »

Cette enquête est menée par le Commissaire Darcourt qui va tenter de mettre de l’ordre dans la police de Saint-Malo. C’est un roman historique vif et attachant. C’est drôle, c’est vivant et au cours de cette balade, vous adorerez toute l’Histoire de la cité malouine ! C’est avec grand plaisir que l’on parcourt les rues de Saint-Malo, Saint Servan et ses environs, en passant par « l’auberge du chat qui pète » des Bas-Sablons, et que l’on accompagne les bateliers lors des traversées du Naye à marée haute.

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Les Âmes noires – 330 pages – prix : 10 € (parution juillet 21)

Hugo Buan est né à Saint-Malo où il vit et écrit. Passionné par les polars, il décide de se lancer lui-même dans l’écriture en 2005, et crée le personnage de Workan, commissaires en disgrâce auprès de sa hiérarchie en raison des méthodes peu orthodoxes qu’il utilise. Les ouvrages de Hugo Buan , décalés mais toujours construits en finesse, ont déjà été sélectionnés pour cinq prix, notamment le Prix Michel Lebrun au Mans et le Prix Polar de Cognac.

Il délaisse ici son incontrôlable commissaire pour nous livrer son premier polar historique.


Le Fils du professeur – Luc Chomarat – Editions La Manufacture de Livres –

UN RETOUR EN ARRIÈRE QUI FAIT DU BIEN !

« Mes parents, j’avais l’impression de les connaître comme si je les avais faits. Cette jeune femme très Nouvelle Vague, cinquante de tour de taille, des dents blanches et bien alignées, grande douceur un peu triste, c’était ma maman. L’autre, si grand que la plupart du temps je ne savais pas trop à quoi il ressemblait là-haut, une voix qui descendait d’entre les nuages, c’était le professeur. Mon papa. » (p.17)

Pour cette rentrée littéraire, Nathalie avait envie de nous offrir une petite bouffée de fraîcheur et de douceur, un retour dans la France des années cinquante-soixante-dix, d’autant plus qu’avec ce titre « Le Fils du professeur », cela s’impose !.

Ce livre raconte –peut-être l’enfance de l’auteur, on ne sait pas trop– En tout cas, le narrateur nous déroule son enfance depuis ses plus lointains souvenirs de maternelle jusqu’à ses dernières années de lycée. Cette période se déroule effectivement dans la tranche des années 60-70. Sa famille a vécu dans l’Algérie Française et ont été rapatriés au moment des évènements. Ils vivent à Saint-Etienne. C’est très digne. Ce qui est drôle (sans dévoiler nos âges !) tout ce qui se déroule dans le livre est raconté avec beaucoup de délicatesse et réveillent en nous plein de souvenirs. C’est pas un constat : « c’était mieux avant ». C’est simplement, je vous raconte comment cela s’est passé, l’atmosphère des années soixante/soixante-dix. Et ce n’est pas que cela parce que c’est aussi grandir, l’auteur nous raconte le passage de l’enfance à l’âge adulte de ce jeune garçon. Comment devient-on adulte auprès de ce père, un intellectuel qui veut absolument que son fils lise des livres sérieux alors que celui-ci ne lit que des bandes dessinées. C’est aussi une plongée à l’école de l’époque (les copains, la cour de récré….) – Il y a des choses qui m’ont fait rire : le « T » de techno, cette règle en « T » qu’on balade partout mais qui est encombrante et qui ne sert à rien ! – « La Peugeot 103 » – L’équipe de Saint-Etienne – « L’épopée des Verts » – Il dit également « quand on est un garçon, le foot, c’est pas une option comme le latin ou le grec, vraiment indispensables pour s’intégrer »…, C’est aussi la cousine dont on est toujours un peu amoureux.

C’est raconté avec tendresse et bienveillance. Une nostalgie qui vous donne le sourire, qui vous fait du bien. C’est une enfance loin des réseaux sociaux et de tout ce que nos jeunes peuvent connaître aujourd’hui.

Un très joli roman de cette rentrée littéraire !

Nathalie de la Librairie Doucet/M-Christine

Luc Chomarat a publié à vingt-deux ans son premier roman qui lui a valu de figurer sur la liste du Magazine littéraire des auteurs les plus prometteurs. Egalement traducteur de Jim Thompson, il s’illustre d’abord dans la littérature noire et reçoit le Grand Prix de littérature policière pour son roman « Un trou dans la toile » en 2016 (Rivages). Il a publié « Le Polar de l’été » (2017) puis « Le dernier thriller norvégien » (2019) à La Manufacture de livres.

Écoutez Nathalie en compagnie de Fabien Obric sur France Bleu Maine en cliquant ici ! (émission du mardi 24 août)

Le Fils du professeur – 264 pages – prix : 19 € – (paru le 19/08/21)

Ici Saint-Pierre-et-Miquelon – Jean LEBRUN – Editions Bleu autour (Essais & Cie)

DANS LA BRUME DE SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON

Ici Saint-Pierre-et-Miquelon

UN ÉPISODE INÉDIT DE L’HISTOIRE DE LA RÉSISTANCE

Ce titre fait écho au fameux « Ici Londres » ouvrant sur la BBC l’émission « Les Français parlent aux Français » pendant la guerre. En effet, Saint-Pierre-et-Miquelon se rallie à de Gaulle dès Noël 1941, quand y débarque peu après Pearl Harbor, la minuscule armada qu’il a dépêchée par surprise.

Malouin d’origine, descendant de famille de marins terre-neuvas, Jean Lebrun se rend régulièrement à Saint-Pierre-et-Miquelon. Et quand Jean Lebrun parle aux Français, c’est d’Histoire dont il est question. Histoire d’hommes et de femmes engagés dans les combats de leur vie.

Chapitre un : « premier facteur historique, disait le philosophe Alain, c’est le temps qu’il fait. Décembre -la petite flotte de la France libre accostera la veille de Noël -n’est certes pas la meilleure saison. La brume, portée par tous les vents, peut rapidement envelopper les êtres et les paysages. Mais quelle est la belle saison ? »

A travers Saint Pierre et Miquelon, on parcourt l’Histoire de la France libre, les petites batailles et les grands enjeux, les choix individuels et les destins collectifs. On y rencontre l’Amiral Muselier en vue du ralliement de Saint-Pierre-et-Miquelon (1941) puis Alain Savary, (jeune officier de marine) où il est nommé Gouverneur lors du ralliement de l’archipel à la France Libre, futur élu local, et Ministre de François Mitterrand. On croisera Roosevelt, Churchill etc…

Dans ce livre, Jean Lebrun relate cette épopée historique méconnue. On y retrouve toute la tendresse et l’ironie du journaliste, qu’on aime tant écouter, bien connu des amateurs de radio et d’Histoire. Tout comme on aime à le lire lorsqu’il nous emmène bivouaquer dans ce minuscule archipel francophone, près de Terre-Neuve et des côtes américaines.

Un essai richement documenté, extrêmement précis, dans lequel on apprend énormément de choses et qu’il faut absolument découvrir !

Écoutez Jean Lebrun sur France Inter en cliquant ici !

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/M-Christine

Ici, Saint-Pierre-et-Miquelon – 173 pages – prix : 14 € (parution 06/05/21)

Jean Lebrun, agrégé d’histoire est producteur à France Inter. Il a travaillé dans la presse écrite (Combat, Esprit, La Croix) et à France Culture. Il a publié Lamennais ou l’inquiétude de la liberté (Fayard 1961), Les grands débats qui ont fait la France (Flammarion,2014) et, chez Bleu autour, Notre Chanel (2014), prix Goncourt de la biographie ainsi que deux essais, Journaliste en campagne et Le journalisme en chantier (2006, 2008).

Si vous souhaitez élargir vos connaissances sur Saint-Pierre-et-Miquelon, Jean Lebrun conseille et recommande la lecture des ouvrages suivants d’Eugène Nicole, en cinq parties et de commencer par : « L’œuvre des mers », « Les Larmes de pierre » « Le Caillou de l’Enfant-Perdu », « La ville sous son jour clair », « Un adieu au long cours » (prix Joseph Kessel, 2011)

Et avec votre ESPRIT – Alexis Laipsker – Collection Pocket roman

« Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène ! » 

Retenez bien le nom de l’auteur, un auteur de polars qui vous embarque dès les premières pages ! Son premier roman se déroule dans le monde scientifique à Strasbourg. Un prix Nobel de chimie est retrouvé assassiné sauvagement, on lui a ôté son cerveau. (Alors, je rassure les lecteurs, la première scène est un peu « crash » mais après ça s’arrange !….) Puis quelques temps après, un peu partout en France vont également disparaître des grands professeurs, chacun des sommités dans leur domaine, des chercheurs importants. Ils vont disparaître pendant quelques jours de leur vie et quand ils reviennent, c’est comme s’ils avaient été lobotomisés. Ils ne se souviennent absolument pas de ce qui s’est passé et cela pose un problème car ce sont de grands chercheurs qui travaillent sur des projets importants. C’est très embêtant et il serait bon de savoir ce qui leur est arrivé ! Un enquêteur va mener l’enquête.

C’est rythmé, c’est documenté. C’est fluide. C’est passionnant !

L’auteur en profite pour nous raconter comment ça se passe dans le monde scientifique, de la recherche et les petites guéguerres entre chacun.

Un livre passionnant ! On apprend plein de choses, un polar où vous avancez avec l’enquêteur.

C’est un très chouette premier roman qui a été très remarqué et qui serait en cours d’adaptation pour une série. C’est un roman que l’on peut emmener partout, à la montagne, à la plage, à la maison…

Nathalie de la Librairie Doucet Le Mans/MC

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine, en compagnie de Quentin Benoît en cliquant ici ! (émission du 27 juillet)

….Et avec votre esprit – 461 pages – prix : 8.80 € (parution 04/03/21)

Commander le livre