Le libraire de Wigtown -Shaun Bythell – J’ai Lu

Bienvenue à Wigtown et à la librairie « The Book Shop »

la plus grande librairie de livres d’occasion de toute l’Ecosse !

Vous pourrez ainsi découvrir et suivre pendant une année entière toutes les aventures trépidantes de Shaun Bythell, ce libraire écossais ! Ce n’est pas un roman mais un livre écrit sous forme de « journal de bord » parsemé d’anecdotes, de rencontres en tous genres, de passages et de commentaires décalés sur les lecteurs et les livres, une pépite d’humour anglais, Vous croiserez quelques stagiaires qu’il faut gérer et puis Nicky, l’employée de la librairie, un personnage haut en couleur, avec son projet de boutique ambulante et qui s’approprie la page facebook.

Shaun, ce bouquiniste nous raconte les tracas rencontrés dans sa petite librairie dont les murs menacent de s’écrouler, il faut faire beaucoup de manutention, gérer le stock de livres et puis il y a les piles de livres à ranger malgré le manque de place, il faut expédier les commandes, répondre aux demandes farfelues des clients et garder son calme ! La vie de libraire n’est donc pas si facile ! Cependant Shaun est libraire et entend bien le rester !

La vie de libraire n’est pas un long fleuve tranquille !

« Le Libraire de Wigtown invite le lecteur à découvrir l’envers du décor : si l’amour de la littérature est primordial pour exercer le métier de libraire, on y apprend qu’il faut aussi un dos en béton et une patience de saint ! » (Babelio)

Un livre facile à lire ! Pour les amoureux des livres, des librairies, des mots et de la littérature ! A découvrir !

Shaun Bythell a racheté la librairie de Wigtown, dont il est originaire, en 2001. Il est également membre fondateur du Wigtown Book Festival, qui attire désormais des milliers de visiteurs. Son nouveau livre, Petit traité du lecteur en librairie, vient de paraître aux éditions Autrement.

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Le libraire de Wigtown – 503 pages – prix : 8.90 € – (parution : avril 2021) – Traduit de l’anglais par Séverine Weiss –

Les Âmes noires de Saint-Malo – Hugo Buan – Editions Palémon

Passionnant roman de cape et d’épée qui se déroule dans le vieux Saint-Malo du début du XIXè siècle.

(Peinture de Jean Gauttier – Les deux cavaliers aux Moulins du Naye)

Bretagne, 1794. Le jeune Louis Hervelin parvient à échapper à la furia révolutionnaire qui règne à Port-Malo et a  Port-Solidor. Dix ans passent, le Consulat a été instauré dans le pays et le chef de la Sûreté, Pierre-Marie Desmarest, décide de créer une police d’arrondissement dans ces deux villes redevenues, après la Révolution, Saint-Malo et Saint-Servan. Il nomme à sa tête le commissaire Darcourt, ancien officier de Bonaparte. Sans tarder, ce dernier souhaite instaurer l’ordre. Les autorités locales semblent déconfites de son arrivée, et ses méthodes de travail en étonnent plus d’un… Alors qu’il prend ses marques, le commissaire Darcourt doit résoudre le meurtre d’un homme dont le cadavre a été découvert dans l’une des ruelles agitées de la cité corsaire. Très vite, il présume que cet assassinat est lié à la période de la Terreur, qui fit vivre à la ville de Saint-Malo des heures très sombres. »

Cette enquête est menée par le Commissaire Darcourt qui va tenter de mettre de l’ordre dans la police de Saint-Malo. C’est un roman historique vif et attachant. C’est drôle, c’est vivant et au cours de cette balade, vous adorerez toute l’Histoire de la cité malouine ! C’est avec grand plaisir que l’on parcourt les rues de Saint-Malo, Saint Servan et ses environs, en passant par « l’auberge du chat qui pète » des Bas-Sablons, et que l’on accompagne les bateliers lors des traversées du Naye à marée haute.

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Les Âmes noires – 330 pages – prix : 10 € (parution juillet 21)

Hugo Buan est né à Saint-Malo où il vit et écrit. Passionné par les polars, il décide de se lancer lui-même dans l’écriture en 2005, et crée le personnage de Workan, commissaires en disgrâce auprès de sa hiérarchie en raison des méthodes peu orthodoxes qu’il utilise. Les ouvrages de Hugo Buan , décalés mais toujours construits en finesse, ont déjà été sélectionnés pour cinq prix, notamment le Prix Michel Lebrun au Mans et le Prix Polar de Cognac.

Il délaisse ici son incontrôlable commissaire pour nous livrer son premier polar historique.


Ici Saint-Pierre-et-Miquelon – Jean LEBRUN – Editions Bleu autour (Essais & Cie)

DANS LA BRUME DE SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON

Ici Saint-Pierre-et-Miquelon

UN ÉPISODE INÉDIT DE L’HISTOIRE DE LA RÉSISTANCE

Ce titre fait écho au fameux « Ici Londres » ouvrant sur la BBC l’émission « Les Français parlent aux Français » pendant la guerre. En effet, Saint-Pierre-et-Miquelon se rallie à de Gaulle dès Noël 1941, quand y débarque peu après Pearl Harbor, la minuscule armada qu’il a dépêchée par surprise.

Malouin d’origine, descendant de famille de marins terre-neuvas, Jean Lebrun se rend régulièrement à Saint-Pierre-et-Miquelon. Et quand Jean Lebrun parle aux Français, c’est d’Histoire dont il est question. Histoire d’hommes et de femmes engagés dans les combats de leur vie.

Chapitre un : « premier facteur historique, disait le philosophe Alain, c’est le temps qu’il fait. Décembre -la petite flotte de la France libre accostera la veille de Noël -n’est certes pas la meilleure saison. La brume, portée par tous les vents, peut rapidement envelopper les êtres et les paysages. Mais quelle est la belle saison ? »

A travers Saint Pierre et Miquelon, on parcourt l’Histoire de la France libre, les petites batailles et les grands enjeux, les choix individuels et les destins collectifs. On y rencontre l’Amiral Muselier en vue du ralliement de Saint-Pierre-et-Miquelon (1941) puis Alain Savary, (jeune officier de marine) où il est nommé Gouverneur lors du ralliement de l’archipel à la France Libre, futur élu local, et Ministre de François Mitterrand. On croisera Roosevelt, Churchill etc…

Dans ce livre, Jean Lebrun relate cette épopée historique méconnue. On y retrouve toute la tendresse et l’ironie du journaliste, qu’on aime tant écouter, bien connu des amateurs de radio et d’Histoire. Tout comme on aime à le lire lorsqu’il nous emmène bivouaquer dans ce minuscule archipel francophone, près de Terre-Neuve et des côtes américaines.

Un essai richement documenté, extrêmement précis, dans lequel on apprend énormément de choses et qu’il faut absolument découvrir !

Écoutez Jean Lebrun sur France Inter en cliquant ici !

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/M-Christine

Ici, Saint-Pierre-et-Miquelon – 173 pages – prix : 14 € (parution 06/05/21)

Jean Lebrun, agrégé d’histoire est producteur à France Inter. Il a travaillé dans la presse écrite (Combat, Esprit, La Croix) et à France Culture. Il a publié Lamennais ou l’inquiétude de la liberté (Fayard 1961), Les grands débats qui ont fait la France (Flammarion,2014) et, chez Bleu autour, Notre Chanel (2014), prix Goncourt de la biographie ainsi que deux essais, Journaliste en campagne et Le journalisme en chantier (2006, 2008).

Si vous souhaitez élargir vos connaissances sur Saint-Pierre-et-Miquelon, Jean Lebrun conseille et recommande la lecture des ouvrages suivants d’Eugène Nicole, en cinq parties et de commencer par : « L’œuvre des mers », « Les Larmes de pierre » « Le Caillou de l’Enfant-Perdu », « La ville sous son jour clair », « Un adieu au long cours » (prix Joseph Kessel, 2011)

Et avec votre ESPRIT – Alexis Laipsker – Collection Pocket roman

« Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène ! » 

Retenez bien le nom de l’auteur, un auteur de polars qui vous embarque dès les premières pages ! Son premier roman se déroule dans le monde scientifique à Strasbourg. Un prix Nobel de chimie est retrouvé assassiné sauvagement, on lui a ôté son cerveau. (Alors, je rassure les lecteurs, la première scène est un peu « crash » mais après ça s’arrange !….) Puis quelques temps après, un peu partout en France vont également disparaître des grands professeurs, chacun des sommités dans leur domaine, des chercheurs importants. Ils vont disparaître pendant quelques jours de leur vie et quand ils reviennent, c’est comme s’ils avaient été lobotomisés. Ils ne se souviennent absolument pas de ce qui s’est passé et cela pose un problème car ce sont de grands chercheurs qui travaillent sur des projets importants. C’est très embêtant et il serait bon de savoir ce qui leur est arrivé ! Un enquêteur va mener l’enquête.

C’est rythmé, c’est documenté. C’est fluide. C’est passionnant !

L’auteur en profite pour nous raconter comment ça se passe dans le monde scientifique, de la recherche et les petites guéguerres entre chacun.

Un livre passionnant ! On apprend plein de choses, un polar où vous avancez avec l’enquêteur.

C’est un très chouette premier roman qui a été très remarqué et qui serait en cours d’adaptation pour une série. C’est un roman que l’on peut emmener partout, à la montagne, à la plage, à la maison…

Nathalie de la Librairie Doucet Le Mans/MC

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine, en compagnie de Quentin Benoît en cliquant ici ! (émission du 27 juillet)

….Et avec votre esprit – 461 pages – prix : 8.80 € (parution 04/03/21)

Commander le livre

Anatomie d’un mariage – Virginia Reeves – Editions la cosmopolite – Stock

BOULEVERSANTE EXPLORATION D’UN MARIAGE ! (4)

Page, la revue des Libraires, nous propose la superbe chronique de Linda Pommereul de la Librairie Doucet au Mans, à propos du livre « Anatomie d’un mariage »

Un livre bouleversant de Virgina Reeves sur la fragilité des apparences et des espoirs déçus. Un roman qui explore toutes les nuances et les contradictions qui font de l’amour l’inépuisable source de tous les tourments.

Certaines lectures résonnent comme des chants. Des lectures où l’on a du mal à dire au revoir aux personnages. Et même si l’histoire est sombre, on se laisse bercer par celle-ci. 

Anatomie d’un mariage de Virginia Reeves, comme son précédent roman Un travail comme un autre (Stock et Le Livre de Poche – prix Page/America 2016), la font entrer d’emblée dans le cercle de ces grands conteurs d’histoires portées par des personnages en équilibre, fragiles malgré leurs certitudes, tellement humains.

Des romans qui auscultent des vies ordinaires avec une vivacité d’esprit proche d’Alison Lurie ou de Philipp Meyer. Edmund Malinowski, jeune psychiatre comportementaliste, est sur le point de réaliser son rêve. À 36 ans, il vient de prendre la direction d’un établissement psychiatrique dans le Montana. Un déménagement qui oblige sa compagne Laura à mettre ses activités en suspens pour le suivre. Pour la convaincre, il lui promet d’être davantage présent et de fonder une famille. Malgré la promesse de ce bonheur parfait, la réalité est tout autre. Ed s’absente de leur vie chaque jour un peu plus, aveugle au sentiment d’abandon qui grandit chez Laura. Sentiment d’être invisible, en exil. Elle demande à Edmund de la regarder, de lui prouver qu’elle existe. D’autant plus quand elle constate que son mari est attiré par une jeune patiente, Pénélope, charmé par son intelligence et sa sensibilité. Prise au piège de sa jalousie, Laura s’enferme dans le désespoir et la colère, jusqu’à garder secret ce qu’elle ressent, au point de feindre ses émotions, étrangère à elle-même. Chacun remarque les changements mais ne sait pas comment modifier son attitude. Pourtant Ed et Laura ne peuvent plus se contenter de fermer les yeux en  attendant que les choses s’arrangent d’elles-mêmes. La crise est inévitable.

Lu et vivement conseillé par Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

Virginia Reeves enseigne la littérature, l’écriture et la communication à l’Université d’Helena dans le Montana. Son premier roman « Un travail comme un autre » (Stock, 2016) a reçu le prix Page/America.

« Anatomie d’un mariage » – 430 pages – prix : 22.90 € – Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau

Commander le livre

Au prochain arrêt – Hiro Arikawa – Éditions Actes Sud

UN VOYAGE ENCHANTEUR !

Prenez vite votre ticket pour un aller-retour en tramway, Marie-Adélaïde nous emmène au Japon, à bord d’une ligne privée (Takarazuka-Nishinamiya) Province du Kansai, en direction d’ŌsakaKōbe.

Ce trajet comporte huit stations. Nous allons prendre cette ligne en deux saisons, au printemps et à l’automne, en respectant scrupuleusement les huit arrêts et huit chapitres à chaque fois.

Est-ce que vous déjà montés dans un train, un wagon, un bus, un métro en regardant les passagers et en se demandant ? Mais quelle est leur vie ? Que vont-ils faire ? Qui vont-ils rencontrer ?

Toutes ces questions que l’on se pose… Et raison de plus lorsque, chaque fois vous les retrouvez régulièrement et dont l’auteure va vous donner la chance de les voir, tout au long d’un trajet, certes monter et descendre… Vous les retrouverez avec ce fameux décalage.

C’est un texte absolument merveilleux, écrit par une auteure japonaise, plein de charme et de qualités. Grâce à cette auteure, nous devenons observateurs de la vie, de ces personnages, des paysages, de la vie japonaise. Nous allons rentrer dans leur intimité et nous allons mieux connaître leur façon de vivre dans leurs habitudes, leurs ruptures, leur désir de vengeance.

Ce sont, en fait des histoires terriblement universelles qui se passent au Japon, en Europe ou encore en France.

C’est un roman doux, un roman léger et riche de beaucoup de réflexions.

C’est terriblement humain et c’est très émouvant. Vraiment, je vous propose un trajet EN-CHAN-TEUR, à l’image de la couverture de ce livre !

Écoutez Marie-Adélaïde sur France Bleu Maine, en compagnie de Caroline Jouanneau, en cliquant ici

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet/MC

Hiro Arikawa est née en 1972 dans la préfecture de Kochi, dans le sud du Japon. Après « Les mémoires d’un chat » paru en 2017, qui a obtenu un vif succès et a été traduit dans de nombreux pays, « Au prochain arrêt » est son deuxième roman publié chez Actes Sud.

« Au prochain arrêt » 183 pages – (parution mai 2021) – Prix : 18.50 Traduit par Sophie Refle.

Commander le livre

Souvenirs sur Gustave Flaubert – Caroline Commanville – Éditions La Coopérative

Témoignage unique et souvenirs intimes sur Gustave Flaubert par Caroline, sa nièce !

« En cette année où l’on célèbre le deuxième centenaire de la naissance de Flaubert, il nous a semblé que la réédition de ces Souvenirs serait un hommage bienvenu au grand écrivain et à sa nièce si digne de sa tendresse. Puisse cette évocation intime et émouvante, à travers le texte aussi bien que les images, contribuer à maintenir vivante la mémoire de ce génie auquel nous devons tant de joies de l’esprit et du cœur. » (La Coopérative)

Croisset vu de la terrasse par Caroline Commanville

Tous les lecteurs de la Correspondance de Flaubert connaissent Caroline Commanville, la nièce de l’écrivain, sa « chère Caro ». Fille de la sœur de Flaubert morte quelques jours après l’avoir mise au monde, et délaissée presque aussitôt par son père, elle fut élevée par sa grand-mère et par son oncle. Mariée à dix-huit ans à un riche négociant de Dieppe, Ernest Commanville, elle resta toujours pour Gustave Flaubert la fille qu’il n’avait jamais eue.

Souvenirs sur Gustave Flaubert - Wikisource

Après la mort subite de Flaubert en 1880, Caroline devint la dépositaire de tous ses manuscrits. Ce fut elle qui entreprit la première édition de sa Correspondance en 1887. Elle rédigea pour le premier volume de cet ensemble des Souvenirs intimes qui demeurent un témoignage unique sur son oncle.

De ce texte aujourd’hui peu connu, Caroline Commanville, qui était peintre, publia en 1895 à tirage très restreint une édition pour bibliophiles, illustrée par ses soins. C’est ce joyau typographique que nous réimprimons en fac-similé à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Flaubert.

Souvenirs sur Gustave Flaubert - Wikisource

Ces dessins d’une artiste douée ont le grand mérite de nous conserver le souvenir de Croisset, la propriété de Flaubert rasée en 1882 et dont ne subsiste aujourd’hui qu’un simple pavillon. On y voit le célèbre cabinet de travail de l’écrivain et différents aspects de la maison, ainsi que l’Hôtel-Dieu de Rouen, où il naquit. Surtout, on découvre une évocation inoubliable de l’écrivain par la personne qui fut peut-être la plus proche de lui.

Des notes discrètes mais précises et une présentation des éditeurs accompagnent cette réédition.

« De cette évocation fort attachante de Gustave Flaubert, d’une belle facture littéraire soulignons-le, par la personne qui fut peut-être la plus proche de lui on ressort avec le sentiment d’avoir côtoyé plus qu’un phare ou un saint patron ès-littérature : un homme simple, sincère, chaleureux et fraternel, presque un ami. » Patrick Corneau, écrivain.

Vous passerez un agréable moment en compagnie de Caroline Commanville et de son oncle Gustave avec qui elle a partagé de nombreux souvenirs, au temps de la vie à Croisset !.

Ce petit livre est superbement illustré de fac-similé et nous savourons ce texte magnifiquement bien écrit.

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/M.Christine

« Souvenirs sur Gustave Flaubert » – 128 pages dont 93 pages de fac-similé – broché sous jaquette illustrée avec six illustrations noir et blanc hors-texte et des enluminures dessinées par Caroline Commanville. Prix : 14 € (parution 14/05/21)

Commander le livre

em – Kim Thùy – Éditions Liana Levi

Un livre très touchant et plein de délicatesse

« L’histoire du Vietnam est très peu racontée dans les livres, parce qu’on n’avait pas la chance de le faire, on n’avait pas les moyens pour le faire. Et donc, il fallait passer par des témoignages et Kim Thuy a pu écrire ce livre grâce aux témoignages, à ces gens qui n’ont plus peur de parler de leur expérience en tant que soldat à l’intérieur de l’armée du nord du Vietnam et évidemment de l’armée du sud du Vietnam parce qu’à 80 ou 90 ans on n’a plus peur de la censure. » précise Kim Thuy lors d’une interview.

« La vie est un combat, la tristesse entraîne la défaite » (dicton que l’on pouvait lire sur le tableau noir de la salle de classe de la mère de l’auteure, qui était institutrice)

Présentation : La vérité de cette histoire est morcelée, incomplète, inachevée dans le temps et dans l’espace. Elle passe par les colons implantés en Indochine pour y exploiter les terres et les forêts. Par les hévéas transplantés et incisés afin de produire l’indispensable caoutchouc. Par le sang et les larmes versés par les coolies qui saignaient les troncs. Par la guerre appelée « du Vietnam » par les uns et « américaine » par les autres. Par les enfants métis arrachés à Saïgon par un aigle volant avant d’être adoptés sur un autre continent. C’est une histoire d’amour qui débute entre deux êtres que tout sépare et se termine entre deux êtres que tout réunit : une histoire de solidarité aussi, qui voit des enfants abandonnés dormir dans des cartons et des salons de manucure fleurir dans le monde entier, tenus par d’anciens boat people.

Avec ce livre, Kim Thùy nous découvre, au-delà des déchirements, l’inoubliable pays en forme de S qu’elle a quitté en 1975 sur un bateau.

Par petites touches et par de courts chapitres, à travers des prénoms, Kim Thuy nous raconte tout en finesse et sans prétention cette tranche d’Histoire, cette guerre du Vietnam qui deviendra celle d’Indochine. Elle nous raconte avant tout, l’amour qui surgit où on ne l’attend pas, les orphelins qui survivent, l’héroïsme des personnes qui les ont aidés, la résilience des réfugiés. Un roman sublime écrit avec beaucoup de délicatesse, sans jugement ni concession.

30 avril 1975 : fin de la guerre du Vietnam. En 2025, le 30 avril sera un mercredi, comme en 1975. Le cinquantième anniversaire sera certainement un grand évènement pour tous les Vietnamiens.

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Kim Thùy vit au Québec. Diplômée en droit, elle exerce différents métiers : couturière, interprète, avocate ou encore chroniqueuse culinaire – avant de se consacrer à l’écriture. Paru en 2010, « Ru » devient un best-seller, traduit dans plus de vingt-cinq pays. Après « Mán » (2013) et « Vi » (2016), « em » est son quatrième roman. Elle a reçu plusieurs prix dont le Prix littéraire du Gouverneur général 2010, et a été l’une des quatre finalistes du Nobel alternatif en 2018.

em – 155 pages – prix 15 € (parution février 2021)

Commander le livre

Les chats éraflés – Camille Goudeau – Éditions Gallimard

De la liberté par les livres….

Soizic, 22 ans, jeune provinciale, un peu cabossée de la vie, déposée dès ses premières années par sa mère chez ses grands-parents maternels, décide sur un coup de tête de partir à Paris, pour trouver un peu de répit, un semblant de liberté, en s’éloignant des siens plutôt fantasques et rongés par l’alcool.

Avec peu de moyen, elle trouve à se loger dans un hôtel miteux et grâce à un cousin qu’elle ne connaît pas, elle va faire « l’ouvre-boîtes », découvrir le dur métier de bouquiniste, puis peu à peu tenter de se reconstruire en tournant la page de son enfance et peut-être retrouver sa mère qui l’a abandonnée. Mais, pas si facile ! De là à vouloir conquérir « La Capitale », c’est une tout autre histoire !…

Histoire prenante avec des personnages touchants et marquants. Un livre cinématographique. Un premier roman réussi plein de sensibilité et d’humour ! Une bonne surprise !

Surprise d’avoir vu Camille Goudeau qui était invitée dans l’émission de La Grande Librairie de François Busnel du 5 mai 2021 dont vous pouvez écouter un extrait, en cliquant ici !

Et si vous souhaitez faire dédicacer votre livre, vous trouverez Camille Goudeau cette jeune trentenaire, elle-même bouquiniste, en vous rendant sur les quais de Seine, Quai de l’Hôtel de Ville à Paris !

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

« Les chats éraflés » 266 pages – prix 20 €

Commander le livre

Un été avec Rimbaud – Sylvain Tesson – Éditions Les Équateurs – France Inter

Et si vous partiez cet été pour un périple rimbaldien ?

Il est rouge orangé comme le soleil brûlant d’Arabie et d’Aden, voici le livre de

Sylvain Tesson !

« Un été avec Rimbaud »

« Puisque l’époque nous assigne à résidence prenons la fuite et passons l’été à bord du bateau ivre de la poésie : Arthur Rimbaud. A la vitesse de l’éclair mais aussi avec humour et lucidité, des Ardennes au désert africain, Sylvain Tesson perce à jour le voyant monstrueux qui révolutionna la poésie et qui n’avait qu’un ennemi : l’ennui. Un été particulièrement incandescent où la route est une illumination. »

Dans « Un été avec Rimbaud », on à la fois Rimbaud que nous rencontrons dans sa jeunesse à Charleville-Mézières, ensuite à Bruxelles, ce Rimbaud un peu froid, puis Rimbaud qui va finir sa vie un peu mystérieuse. Pour effecteur cette escapade dans la Meuse Sylvain Tesson est accompagné de son ami Olivier Frébourg et cela donne « Un Rimbaud » vu par d’autres écrivains-voyageurs…

« Par les soirs bleus d’étés, j’irai dans les sentiers/Picoté par les blés, fouler l’herbe menue ». Poème de 1870. Il a 16 ans (page 89)

Dans le courant de l’été dernier, Sylvain Tesson a tenu tous les matins, une chronique de cinq minutes sur France Inter autour de la poésie et de la vie d’Arthur Rimbaud. Voici donc ces chroniques réunies dans un livre. Si vous n’avez pu écouter sa magnifique voix sur France Inter, vous pouvez vous délecter en lisant la plume superbe de Sylvain Tesson, un auteur de plus en plus populaire et de plus en plus lu ! Un écrivain voyageur qui compte beaucoup dans le paysage littéraire !.

Après avoir écrit « Un été avec Homère » en 2018, voilà « Un été avec Rimbaud » de Sylvain Tesson – 216 pages – prix : 14,50 € (parution 05/05/21)

Vous pouvez vous rendre en librairie et vous procurer tous les autres de cette excellente collection !

Un été avec Pascal
Un été avec Homère
Un été avec Montaigne
Un été avec Proust
Éditions des Équateurs - Un été avec Machiavel - Patrick Boucheron
Un été avec Baudelaire

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/M-Christine

Commander le livre