L’ Orient de Flaubert en images -Gisèle Séginger – Éditions Citadelles et Mazenod –

L’Orient de Flaubert en images

(1821, Rouen – 1880, Croisset) est imprégné d’histoires et d’influences contemporaines.

A l’occasion du bicentenaire de la naissance de Flaubert, c’est un magnifique ouvrage que propose Citadelles et Mazenod

Peintres, sculpteurs, musiciens antiques gravitent autour d’un Orient mystique et symbolique (celui de son chef-d’œuvre Salammbô), un Orient onirique. Dès ses œuvres de jeunesse, le lien entre textes et images illustrant l’Orient et l’Antiquité semble évident pour le jeune artiste.
Cet Ailleurs – qui est constitutif de sa vocation d’écrivain – s’affirme très vite comme la contrée de tous les excès, des rêves de luxe impossible, où un esthète exigeant pourrait dormir dans des « hamacs en plume de colibri ».
Premier beau livre sur Flaubert et les arts, cet ouvrage examine à la fois les images et les œuvres qui ont marqué la formation visuelle de l’écrivain, ou qui ont été les sources avérées de ses créations et les nombreuses réinterprétations plastiques auxquelles celles-ci ont donné lieu. Dès son époque – c’est le cas de Gustave Moreau qui ne peindra pourtant jamais de tableaux directement inspirés de son œuvre -, puis après sa mort, les illustrateurs, sculpteurs, peintres des courants les plus divers s’en emparent, de Georges-Antoine Rochegrosse à Salvador Dali. À l’époque moderne, le cinéma et la bande dessinée s’approprient également des romans de Flaubert, comme Philippe Druillet qui a consacré une partie de ses albums et de son œuvre gravée à Salammbô.

Si vous aimez les belles œuvres, cet ouvrage est à mettre entre toutes les mains de ceux qui rêvent d’art et de voyage.

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/MC

« L’Orient de Flaubert en images » – 208 pages – prix 69 €uros (parution 07/04/21)

Commander le livre

A la table de Flaubert – Valérie Duclos- Guillaume Czerw photographe – Éditions des Falaises

Si vous n’avez pu offrir ou vous faire offrir, lors des fêtes de fin d’année, cet ouvrage paru fin 2020, pensez-y c’est le moment de cuisiner, de lire et puis c’est bientôt la saint Valentin !

A LA TABLE DE FLAUBERT

A la table de Flaubert

Ce très beau livre est concocté par Valérie Duclos, en compagnie de Guillaume Czerw, (photographe) qui a fait de splendides photographies culinaires. Des plats que vous pourriez reproduire sans difficulté à l’occasion de la saint Valentin, par exemple ! Des mets qui ont été réalisés en collaboration avec des chefs rouennais ou des artisans de bouche.

« Dans son appétit de la vie, Gustave Flaubert accordait une place de choix aux bons petits plats. L’ermite normand saupoudrait ses écrits de typicités culinaires locales. « A la table de Flaubert » met en lumière les plaisirs de la table de cet épicurien du XIXè siècle. »

Amoureux ou non de Gustave Flaubert, quoi de mieux comme cadeau à offrir ou se faire offrir ! Vous réaliserez ces mets sans difficulté. De plus, ce magnifique ouvrage vous donne envie de découvrir ou de redécouvrir toute la littérature de Gustave Flaubert**. Profitez-en, cela tombe bien, car cette année, c’est le BICENTENAIRE DE LA NAISSANCE de notre cher ami Gustave FLAUBERT (12 déc. 1821- 8 mai 1880). Une mise en bouche avant toutes les festivités prévues à Rouen.

« Célèbre épistolier, Gustave Flaubert répondit à son amie George Sand : « Quant à votre invitation si cordiale, je ne vous réponds ni oui ni non, en vrai Normand » Normand ou pas, répondez par la positive à ce périple savoureux ! ».

Entre les plats, les citations, vous serez dans le style et dans l’ambiance de l’époque ! Vous serez en compagnie de Gustave Flaubert et déambulerez dans la bonne ville normande de Rouen, vous flânerez entre les maisons à colombage, les quartiers et ferez quelques escapades dans les villes environnantes (Croisset, Canteleu, Ry – Lyons-la-Forêt etc…) Vous serez imprégnés des lieux fréquentés par l’écrivain. C’est une belle promenade gourmande gorgée de références littéraires qui nous est offerte.

C’est un bel ouvrage sur l’art de vivre à la Normande ! Un vrai régal et surtout un beau voyage en Normandie depuis chez vous !

2021 : Dans la ville aux cent clochers, à ROUEN, ce sera une année exceptionnelle pour cet anniversaire, puisque seront proposés dans divers lieux : concours d’écriture, expositions, conférences, théâtre, et rencontres (selon les conditions sanitaires !).

En attendant, vous pouvez d’ores et déjà vous rendre sur le site du Musée Flaubert pour une visite en cliquant ici : https://sites.google.com/site/amismuseeflauberthistoiremed/home

Résultat de recherche d'images pour "photo de flaubert"

Librairie Doucet/M.Christine

« A la table de Flaubert » – 142 pages – prix : 22 € (parution 27/11/2020). Consultez le livre en cliquant ici !

** Un cœur simple, Madame Bovary, L’Education sentimentale, Salammbô, La Tentation de saint Antoine, Dictionnaire des idées reçues etc.. dont nous reparlerons dans quelque temps.

Valérie Duclos, normande, est journaliste art de vivre dans la presse féminine depuis quinze ans. Elle est l’auteure d’une quarantaine de livres pratiques et gourmands. Guillaume Czerw, photographe professionnel spécialisé en prise de vue culinaire et art de vivre, collabore avec la presse spécialisée. Il travaille régulièrement avec des chefs de cuisine.

L’ Art de la tendresse – Véronique Aïache – Éditions Flammarion

Un ART qui va nous faire grand bien en ce moment !

« La tendresse qui nous entoure ne demande qu’à être prise pour tout réparer.« 

Nathalie : J’avais envie d’un peu de douceur et je suis tombée sur ce petit livre qui n’est ni un roman, ni un essai. Juste un livre grand public pour expliquer ce qu’est la tendresse, la bienveillance et en faire un peu notre quotidien puisque l’auteure nous raconte que la tendresse ce n’est pas simplement entre personnes amoureuses. C’est envers nos enfants, nos aînés… Ce qui est intéressant, c’est qu’elle fait appel à l’histoire et également aux rapports scientifiques. Elle nous explique que la tendresse, la bienveillance c’est un bien et un besoin essentiel notamment chez l’enfant pour grandir, mais aussi chez l’adulte. Elle nous raconte que les premiers sens du bébé in intero sont le toucher, les voix, les sons, les couleurs. Ce sont ses premiers sens et que, une fois sorti du ventre de sa maman, il a besoin d’attention. Elle nous raconte aussi que, fin du XIXè siècle, face à la mortalité infantile importante en France, des médecins ont prouvé que ça n’était pas seulement dû à la misère ou à la malnutrition mais, au fait qu’on ne s’occupait pas suffisamment des enfants, on ne leur parlait pas, on ne leur faisait pas de sourire et que c’était important pour eux, pour leur épanouissement. Elle nous parle aussi bien de Amma, cette indienne qui prend les gens dans les bras et qui fait des câlins à tout le monde, que de la journée du câlin (National Hug Day) apparue en 1986. C’est un américain Kevin Zaborney qui a constaté qu’entre les fêtes de fin d’année et le 21 janvier, (à priori le jour le plus froid de l’année) jusqu’à la Saint Valentin, que les gens souffraient d’un manque de contact, alors il a instauré la journée mondiale du câlin le 21 janvier !. Puis elle nous parle aussi de cette petite fille à Okinawa, au large du Japon où vivent un million et demi d’habitants et plus de mille centenaires. Elle explique pourquoi et on verra que la tendresse et la bienveillance ont une part importante. Voilà, dans ce livre, c’est pleins de petits paragraphes, de petits chapitres où il est dit que les ondes négatives fatiguent le corps et qu’on a plus de chance d’être en meilleure santé quand on est bienveillant, qu’on a sa part de tendresse où que l’on en donne.

Un livre sorti le 3 février dernier et l’auteure, au courant de la pandémie mondiale, ajoute une petite phrase que je ne peux m’empêcher de vous citer : « Bien sûr, la période que nous traversons, au moment où j’écris ces lignes, nous prive de toutes les chastes étreintes. L’heure n’est ni aux baisers ni aux accolades. Elle ne permet pas l’échange d’une caresse avec nos aînés. Mais il nous reste les mots, les intentions et les attentions. Il nous reste quand même ces petits riens qui font toute la différence. »

Voilà, j’avais envie d’une petite chose positive ce soir avec « L’ Art de la Tendresse ». Embrassez la douceur du monde, conseil préconisé dans ce livre.

Une idée de cadeau pour la Saint Valentin !

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine en compagnie de Delphine Séveno, en cliquant ici !

Véronique Aïache est journaliste et auteure de nombreux ouvrages aux éditions Flammarion. Elle est entre autre l’auteure de « L’ Art de la quiétude« , de « L’ Art de ralentir« , de « L’Éloge de la solitude«  dans la même collection.

« L’ Art de la Tendresse » – 192 pages – prix : 9,90 €

Forêt de Perseigne – La belle discrète – Fernand Legeard et Jérôme Dodier- Éditions de L’Étrave –

LA BELLE DISCRÈTE

Vaste massif de plus de 5 000 hectares, Perseigne est l’une des plus belles forêts du Maine. Point culminant de la Sarthe, vallons et collines lui donnent parfois des airs de massifs montagneux. De nombreux cours d’eau alimentent les étangs des alentours. La faune et la flore, très diversifiées, émerveillent en toutes saisons. Pourtant, Perseigne semble cultiver sa discrétion. On la traverse souvent sans soupçonner ce qu’elle cache de charme, d’Histoire et de richesses.

Perseigne est l’une des plus grandes et l’une des plus belles forêts du Maine.

Les éditions de L’Étrave, installées dans le Perche, aiment les forêts de la région : « Forêt de Perseigne, La belle discrète » côtoie désormais les précédents ouvrages consacrés aux forêts :

« Senonches, forêt d’Histoires » (2016) « Bercé, une forêt d’exception », Yves Goucher (2018)« Perche, l’esprit des forêts » Carol Descordes (2018) – « La forêt de Bellême », Eric Yvard-Luc Souchet (2019) – « Andaine, Forêt magique »Gérard Houdou (2019) – « Écouves, ma forêt » Nicolas Blanchard – (2019)

Profitez de ces belles promenades dans les forêts qui vous entourent que ce soit à pied, à cheval, à vélo ! Laissez-vous guider par tous ces auteurs réunis par les éditions de L’Etrave.

Forêt de Perseigne – « La Belle discrète »110 pages – Prix : 24 € (parution fin décembre 2020),

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/MC

L’IMAGIER GÉANT du Père Castor – La couleur des animaux – Adeline Ruel – Éd. du Père Castor –

UN COUP DE COEUR GÉANT !

Mélanie nous présente en ce 17 décembre, l’Imagier Géant du Père Castor qui existe depuis 1957 et qui a été édité en très grand format, à petit prix, et cartonné, imprimé avec des encres végétales.

Vous trouverez 145 animaux, originaux, tropicaux, domestiques, de la savane, de la forêt, des moins connus, répertoriés par couleurs.

Regardez, comme il est beau cet imagier ! C’est magnifique et vous pouvez écouter Mélanie sur la page facebook de la librairie Doucet en cliquant ici ! (Jour 17)

Même la couleur grise qui peut paraître triste, c’est très très beau, il y a des animaux bicolores, des multicolores.

Bref ! Un gros coup de cœur géant pour cet album et cet imagier un peu original !

L’imagier du père Castor – 16 pages – 19.90 € (parution 04/11/20) – Grand format 46 x 34cm

A lire à partir de 3/6 ans

Réserver mon livre

Écoutez Mélanie sur la page Facebook de la librairie DOUCET, en cliquant ici ! (Calendrier de l’avent Doucet – JOUR 17)

DES SOURIS ET DES HOMMES – John Steinbeck et Rébecca Dautremer – Éditions Tishina

UN ROMAN GRAPHIQUE ET UN CHEF-D’OEUVRE !

On ne peut pas passer à côté de ce magnifique roman graphique pour lequel Rebecca DAUTREMER a mis tout son talent d’illustratrice et d’artiste ! Elle nous permet une lecture ou une relecture de ce chef-d’œuvre, ce grand classique de la littérature américaine !

« J’ai vu des centaines d’hommes passer sur les routes et dans les ranchs, avec leur balluchon sur le dos et les mêmes mensonges dans la tête. J’en ai vu des centaines. Ils viennent, et, le travail fini, ils s’en vont ; et chacun d’eux a son petit lopin de terre dans la tête. Mais y’en a pas un qu’est foutu de le trouver. C’est comme le paradis.« 

UNE MERVEILLE ! UNE ADAPTATION SUBLIME ET UN TRAVAIL RÉUSSI !

« L’œuvre-phare de John Steinbeck, récipiendaire du prix Nobel de littérature de 1962, trouve un nouveau souffle et de nouvelles teintes sous le crayon et la gouache de Rébecca Dautremer. La grande dessinatrice française fait revivre ce classique pour en faire un roman graphique hors norme et envoûtant. Dans une Amérique plongée dans la Grande Dépression, Georges et Lennie, deux ouvriers agricoles, voyagent à travers la Californie en rêvant d’une vie meilleure. Leur destin se jouera en quelques jours dans un ranch où se croisent les âmes solitaires et les laissés-pour-compte. Il y a Slim le roulier magnifique ; Crooks, le palefrenier noir ; Candy, écrasé par une vie de labeur ; Curley, le teigneux fils du patron, et sa femme. L’histoire de Lennie, le colosse doux et simplet aux mains trop puissantes, et de George, son compagnon débrouillard et taciturne, nous fait basculer du côté sombre du rêve américain et a marqué des générations de lecteur. »

Après avoir illustré « Les Riches Heures de Jacominius Gainsborough » et « MIDI PILE », Rebecca DAUTREMER confirme son talent d’illustratrice avec « Des souris et des hommes ». – Album illustré de 420 pages – prix : 37 € traduit de l’américain par Maurice-Edgar Coindreau.

« Des souris et des hommes » – 420 pages – 37 € (Traduction par Maurice-Edgar Coindreau).

Commander mon livre

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/MC

#lacrèmedespâtissières – Louise Frénéhard et Pascaline Camblong – Éditions Sud-Ouest

UN EFFET WAOUH assuré !

Pour Noël, nous savons que nous pouvons être six à table et que nous allons pouvoir cuisiner pour toux ceux que nous aimons.

Au Menu…. la dinde ! Elle court encore, il suffit de l’attraper.., les marrons sont au chaud.

Mais nous avons besoin d’un bon dessert et grâce à la CRÈME DES PATISSIÈRES, grâce à ce livre parfait, écrit par deux jeunes femmes absolument délicieuses, nous allons pouvoir confectionner le meilleur des desserts !

Elles nous guident pas à pas, main à main. Nous allons pouvoir avec leurs précieux conseils devenir La Reine des Pâtissières ! Lisez #lacrèmedespâtissières vous les retrouverez bientôt dans une émission de télévision sur « Le Meilleur Pâtissier » mais en attendant, profitez de leurs conseils !

C’EST BEAU ET C’EST BON ! UN LIVRE INDISPENSABLE

– Marie-Adélaïde / MC

#lacrèmedespâtissières – 96 pages – 15 € (Parution 23/10/20)

Commander mon livre

Écoutez Marie-Adélaïde sur la page Facebook de la Librairie Doucet, en cliquant ici ! – (#calendrierdel’aventdoucet – Jour 16)

Bambi – – Félix SALTEN & Benjamin LACOMBE – Éditions Albin Michel

L’HISTOIRE D’UNE VIE DANS LES BOIS

Découvrez le chef d’œuvre -ce texte original- de Félix SALTEN, fleuron de la littérature autrichienne qui a inspiré le film de Walt Disney.

Un récit d’initiation. Un hymne à la nature. Au rythme des saisons. Ressentez la magie, la beauté et les dangers de la vie en forêt. Une fable philosophique où bruissent les forces obscures et lumineuses du monde.

« L’autrichien Felix Salten, de son vrai nom Siegmund Salzmannn, est né à Budapest en 1869 et mort à Zurich en 1945. Il était le meilleur ami de Stefan Zweig. Critique théâtral, auteur de pièces de théâtre et de romans, il écrit, lors d’un voyage dans les Alpes, le livre qui fera sa célébrité : Bambi, Eine Lebensgeschichte aus dem Walde (Bambi, l’histoire d’une vie dans les bois), sorti en 1923 en Allemagne, où grandit l’intolérance. Bambi rencontre d’emblée un immense succès. Il est interdit et brûlé par les autorités nazies en 1936, pour cause d’« allégorie politique sur le traitement des Juifs en Europe »

« Benjamin Lacombe est né à Paris, le 12 juillet 1982. Après des études à l’ENSAD de Paris, il développe une pratique artistique riche et inventive : peinture, pierre noire, volume, scénographie, création de motifs pour textiles et objets… près de quarante ouvrages, traduits et primés à travers le monde, touchent un large public. »

Toutes les pages sont illustrées : des pages en noir et blanc et au fusain, des double-pages peintes en couleurs, extrêmement détaillées et précises. Une technique au laser avec sa précision de dentelle. Double-page avec trois rabats de chaque côté pliés les uns sur les autres qui donnent l’impression d’entrer dans une allée forestière, dans une forêt mystérieuse… Nous connaissons tous l’univers enchanté de « BAMBI » à travers Walt Disney, mais ce texte original permet de redécouvrir l’histoire de « BAMBI », et le contexte politique des années 1920/1930. Un livre qui s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes !

BAMBI. sorti depuis le 20 novembre – 180 pages – prix : 29.90€ – Traduit de l’allemand par Nicolas Waquet. (A partir de 9/1O ans et même pour les plus grands !)

Librairie Doucet/M.C

L’éloge du baiser. Parce que c’est si bon d’embrasser – Céline Hess Halpern – Éditions Flammarion

L’ éloge du BAISER de Céline Hess Halpern

L'Éloge du baiser

Après le coronavirus, ce temps de confinement et de distanciation sociale  obligatoire, comment prôner le baiser ? Aurons-nous encore le droit de se faire des bisous, de s’embrasser comme avant  ?

Parce que c’est si bon d’embrasser…

« Baiser de la maman pour son enfant, premier baiser enflammant le désir, baiser d’amour, baiser d’amitié… s’embrasser exprime ce qui se cache tout au fond de soi. » Il est si bon de s’embrasser…

« Peu de gestes humains ont gardé autant de valeur et de présence tout au long des siècles et sur tous les continents. Tel est le pouvoir du baiser. » Parce que le baiser est un vecteur de paix, de quiétude, de ralentissement, il réconcilie, console, calme, pardonne, et il dit tout, en un seul geste. »

« Un baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout ». Guy de Maupassant

« Ces mille façons d’embrasser romantiques ou inattendues, sont aussi questions de culture, de lieu de vie, d’éducation même ! Mais jamais une société comme la nôtre, n’a ressenti autant le besoin impérieux de le représenter, sur tous les supports possibles. Que ce soit dans une poésie, une chanson, une sculpture, entre les pages d’un magazine, d’un livre, sur le recoin d’un mur, sur un banc public, dans les musées, au coin d’une rue, sur des tableaux, sur le petit ou le grand écran… la magie d’un baiser et de ses déferlements contrastés est partout. »

« Un baiser est plus doux que le plus doux des miels ». Plaute, Truculentus

« En espérant que ce livre pourra allumer en vous des étincelles d’amour, et vous donner l’envie d’embrasser encore et encore tous ceux qui sont là, tout près de vous, dans votre cœur, et qui n’attendent qu’une seule chose : QUE VOUS LES EMBRASSIEZ  ! »

En cette période difficile de coronavirus, si vous ne pouvez momentanément pratiquer l’Art du Baiser, si vous ne pouvez en déposer sur les joues ou les lèvres de ceux que vous aimez, offrez-leur ce livre ! C’est aussi un joli cadeau pour soi ou à offrir à ceux que l’on affectionne.

L’ éloge du BAISER – 314 pages – prix : 9.90 € (Sciences sociales & humaines) paru en janvier 2020. L’auteure après son magnifique préambule, un petit-avant goût du baiser, déroule en dix chapitres l’Histoire et l’art du baiser,  l’Alchimie ou la chimie du baiser.  Du baiser sacré aux baisers variés. Du baiser dans l’art, la culture et le sport, aux baisers de la nature aux animaux ou au baiser assigné en Justice… Quelques jeux avec des bisous et des baisers. L’ambassade des embrassades vue par la psychologie.

Librairie Doucet/MC

Céline Hess Halpern a plusieurs professions à son actif : avocate, auteure, elle anime également des conférences relatives au droit et à l’éthique.

 

 

Éloge du livre – Pascal Dethurens – Éditions Hazan

LECTURE ELOGE« LISEZ ! Revenez à l’essentiel ! »

a-t-on entendu ces jours-ci,  lors du discours du Président de la République Française, avant  le confinement de tous les français, pour lutter contre le coronavirus !

Voici  donc : ÉLOGE DU LIVRE ! – Lecteurs et écrivains dans la littérature et la peinture.

Un éloge du livre ? Il s’impose. Quand l’humanité est assourdie par le fracas de l’Histoire, lecteurs et écrivains se murent dans le silence, préférant la sérénité des livres à la fureur du monde. S’il est des femmes et des hommes dont l’existence prend de la valeur à la mesure de leurs actions, il en est d’autres, au contraire, qui ont décidé que la vie n’a de sens qu’en retrait, dans les songes, dans les idées – dans les pages.

Étonnante figure que celle des lecteurs et des écrivains, de ces femmes et de ces hommes qui passent leur vie dans les livres, abîmés en eux-mêmes, pour remplacer la vie par une autre vie. Leurs visages sont mythiques, ils sont autant de portraits qui peuplent l’imaginaire européen  : don Quichotte, Faust, Hamlet, Julien Sorel, Emma Bovary… Tous n’ont de réalité que par les livres. «  J’ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute  : au milieu des livres.» Cette phrase des Mots (1964) de Sartre tient lieu d’autobiographie à quiconque consacre tout son temps à la lecture et à l’écriture.
Oui, donc, un éloge du livre. «La superstition de l’Homme du Livre», comme le rapporte Borges dans La Bibliothèque de Babel, veut qu’«il doit exister un livre qui est la clé, le résumé parfait de tous les autres», et qu’«un bibliothécaire qui a pris connaissance de ce livre est devenu semblable à un dieu». Le livre, le livre qu’on lit ou celui qu’on écrit, fait de l’homme un être épris d’infini, un assoiffé de totalité. Et un éloge du livre pour découvrir que, de saint Jérôme à Proust, de Dante à Shakespeare, de Goethe à Eco, mais aussi de Bosch à Matisse, de Raphaël à Picasso, de Dürer à Velasquez, ces femmes, ces hommes aux livres, ce sont chacun de nous.

(p.25) : LIRE ! « Un livre, n’importe lequel, est pour nous un objet sacré. Un hasard admirable a voulu qu’un écrivain ait fixé l’instant où prit naissance le vaste processus de la prédominance de la langue écrite sur la langue parlée, quand saint Augustin raconte, au sixième livre des Confessions, comment lisait saint Ambroise dont il a été le disciple. Son esprit était encore inquiet du singulier spectacle auquel il avait assisté : un homme dans une chambre avec un livre, lisant sans articuler les mots. Cet homme donnait ainsi naissance à un art étrange, l’art de lire en silence, qui devait produire des effets merveilleux, et aboutir, après de longues années, au concept du livre comme fin en soi ». Jorge Luis Borges, Enquêtes « Du culte des livre.

Vous êtes à la fois au Musée et au milieu des livres car cet ouvrage original présente les représentations en peinture des lecteurs et des écrivains. où prédominent les XVIè et XVIIème siècles. Un bel ouvrage richement illustré pour y faire de belles découvertes. Un livre très utile. 

Librairie Doucet/M. Christine

Eloge du livre – 225 pages – prix : 29,95 €