Anne Berest – La carte postale – Éditions Grasset –

UNE CARTE POSTALE ÉNIGMATIQUE

En 2003, la mère d’Anne Berest reçoit une carte postale anonyme, sur laquelle sont mentionnés (côté face quatre prénoms : Ephraïm, Emma, Noémie, Jacques, côté pile une vue du Palais Garnier). Ils s’agit des arrières-grands-parents et arrières-grands oncle et tante maternels d’Anne Berest, morts à Auschwitz en 1942.

La carte postale

Il suffira que sa fille revienne de l’école avec une question sur le mot « juif » pour qu’elle se décide à mener une enquête familiale. Quinze ans ont passé depuis la réception de cette carte. Qui a envoyé cette carte ? Pourquoi ?

Anne Berest nous fait remonter vers ce passé du début du XXème siècle et nous faisons connaissance avec ses ancêtres, la famille Rabinovitch mi-russe, mi-polonaise, leur fuite de Russie, pour vivre successivement en Lettonie, en Palestine puis en France, terre de liberté, famille qui hélas sera livrée aux nazis avant de disparaître dans les camps d’extermination. Pourquoi seule Myriam, la grand-mère maternelle de l’auteure, restée muette sur son passé, est-elle la seule rescapée de la famille ? Alors, avec l’aide de sa mère, Anne Berest va retracer la vie passionnante de cette famille et ressortir des archives familiales, photos, cartes, extraits de lettres ou de journaux intimes. Elles vont se déplacer, frapper aux portes pour essayer de trouver des témoignages parmi les derniers survivants qui les auraient connus.

L’auteure rend ainsi hommage à sa mère, à sa famille disparue, à sa culture juive qu’elle aura approfondie au cours de cette recherche, et nous sommes attentifs à toutes les questions qu’elle peut se poser, notamment celle de l’identité juive quand on est élevé dans une famille laïque et athée.

Nous sommes happés jusqu’à la fin et l’on se passionne pour le destin de chacun, c’est à la fois romanesque et poignant. Un récit qu’on n’a pas envie de quitter tant cette histoire est passionnante et bouleversante. Un grand bravo à Anne Berest qui mérite un prix d’automne !

LA CARTE POSTALE – 502 pages – prix : 24 € (parution août 2021)

Anne Berest est l’auteure de romans : « La Fille de son père » (Seuil, 2010) – « Les Patriarches » (Grasset 2012) – « Sagan 1954 » (Stock 2014) – « Recherche femme parfaite » (Grasset 2016) – « Gabriële », coécrit avec sa soeur Claire (Stock 2017) – Des pièces de théâtre : « La Visite », « Les filles de nos filles » (Actes Sud-Papiers, 2020) – Elle a aussi écrit la série Mytho pour Arte, qui a reçu de nombreux prix, en France comme à l’étranger.

Une réflexion sur “Anne Berest – La carte postale – Éditions Grasset –

  1. Pingback: Anne Berest – La carte postale | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.