Que reviennent ceux qui sont loin – Pierre Adrian – Éditions Gallimard –

Le cousin, de retour dans « La Grande Maison » bretonne

«Là, sur la route de la mer, après le portail blanc, dissimulées derrière les haies de troènes, les tilleuls et les hortensias, se trouvaient les vacances en Bretagne. Août était le mois qui ressemblait le plus à la vie».

Pierre Adrian, ce jeune auteur va nous raconter l’histoire d’un trentenaire dont la famille possède une maison de vacances en Bretagne où tous les étés, au mois d’août défile depuis des lustres, toute la famille, les cousins, les tantes, les neveux, les petits-enfants. C’est un rituel ! Il n’est pas revenu dans cette « grande maison » familiale depuis plusieurs années car il parcourt le monde. Il a pris ses distances avec tout le monde et cet été là, il décide de revenir y passer quelques jours, de renouer des liens avec la famille, revoir la grand-mère qui fêtera bientôt ses 100 ans !. Il se rapproche de Jean, un petit cousin qui ressemble au narrateur puis ils iront à la pêche aux crabes.

Il y aura aussi, un événement qui va se dérouler dans cette famille dont il est souvent question.

C’est un brin nostalgique mais une nostalgie heureuse parce qu’il va se souvenir des étés dans cette maison quand il était beaucoup plus jeune, car bien qu’il ne soit pas encore chargé de famille, cette fois-ci, il va découvrir qu’il ne fait plus parti du clan des enfants mais considéré dans le clan des adultes, des oncles ; il va prendre conscience du temps qui passe, des gens qui vont et viennent. C’est un livre sur la famille. Comment on transmet, comment on se construit. C’est magnifique. Si vous avez envie de quelque chose de doux, goûtez cette lecture à la saveur d’une « madeleine de Proust » !

C’est magnifique, c’est joli et plein de beauté !. Un roman poignant, d’une douce mélancolie heureuse. C’est plein de délicatesse. Cette écriture un tantinet désuète qui apporte beaucoup de douceur au roman.

« Que reviennent ceux qui sont loin » un titre emprunt au Métier de vivre de Cesare Pavese. (Pierre Adrian italianisant, a commencé sa carrière littéraire en 2015 avec un récit sur Pasolini).

Pierre Adrian est né en 1991. Il est notamment l’auteur aux Éditions des Équateurs de « La piste Pasolini » (prix des Deux Magots), « Des âmes simples » (prix Roger Nimier) et « Les bons garçons ».

Que reviennent ceux qui sont loin 192 pages – prix : 20 € -parution : 18/08/22

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :