Ce qu’il faut de terre à l’homme – Martin Veyron – (Dargaud)

BANDE DESSINEE   : Une fable magnifique inspirée d’une nouvelle de Léon Tolstoï.

2001 : Nommé Grand Prix du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême

ce-quil-faut-de-terre-a-lhommelire_revue_logo « Depuis de nombreuses années (1975),  le magazine « LIRE » décerne « ses 20 meilleurs » livres de l’année.  C’est au Grand Palais, que le 1er décembre, il a attribué ses palmes annuelles et selon le magazine « LIRE », celle du meilleur livre revient à Elena FERRANTE pour « LE NOUVEAU MONDE » qui a été désigné comme meilleur livre de l’année ……

Voici le 14ème  livre sur les 20 meilleurs de la liste !   A la manière d’un calendrier de l’Avent, au cours de ces derniers jours de l’année 2016, vous aurez l’occasion de les découvrir sur ce blog.

Présentation : Ce qu’il faut de terre à l’homme est le nouvel album de Martin Veyron : une fable au thème universel et intemporel : la cupidité des hommes.

Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n’est pas riche mais il subvient aux besoins de sa famille. Cependant, Pacôme se sent à l’étroit. « Si seulement j’avais plus de terres, soupire-t-il en regardant par-delà la clôture, je pourrais être tout à fait heureux. » Un appétit, tant pour les terres que pour ce qu’elles rapportent, qui va aller grandissant… D’après une nouvelle de Léon Tolstoï.

 

 « Martin Veyron fête son retour à la Bande dessinée avec un conte philosophique d’une actualité permanente. De quoi avons-nous vraiment besoin pour vivre heureux demande la BD « Ce qu’il faut de terre à l’homme » ? Un Moujik répond pour nous à sa manière à cette question brûlante. Cela pourrait être l’illustration d’une fable ou d’un conte de Jean de la Fontaine. On y trouve des animaux, des hommes, des paysans, avec leurs défauts et leurs faiblesses, et une morale que l’on découvre à la dernière page. Cela pourrait être, mais cela n’est pas. Nous ne sommes pas au XVIIe siècle, mais à la fin du XIXe siècle. Les animaux ne parlent pas, seuls les hommes dialoguent. Le paysage n’est pas un paysage imaginaire, mais un monde bien réel, celui des Moujiks et de la Russie impériale. Le récit n’est pas de l’auteur de Château-Thierry, mais de Léon Tolstoï, auteur au début du siècle dernier d’une nouvelle éponyme, publiée en France en 1906. »

Une BD d’actualité, sur le monde agricole, sur le monde de la terre :   une nouvelle philosophique. De magnifiques dessins,  des planches merveilleuses vous attendent.  Une belle réussite pour ce retour aux sources.

A lire absolument.

Dessinateur : Martin Veyron – Scénariste : Martin Veyron – Ado-adulte – à partir de 12 ans – Prix : 19,99 €uros.

Et sur cette Terre….., passez de  DOUCES  FETES  DE  NOEL !

M.Christine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.