Dans les eaux profondes – le bain japonais – Akira Mizubayashi – Editions arléa

le bain japonaisAkira MIZUBAYASHI  sera présent

à la librairie Doucet pour une rencontre-dédicace 

Vendredi 14/09/18 à 18 heures à propos de son livre :

« DANS LES EAUX PROFONDES ». « Le bain japonais »

« Pour moi, c’est le moment du plus grand délassement et de la plus profonde jouissance : propreté, chaleur pénétrante de l’eau, odeur du bois humecté, parfum des peaux d’orange qu’on met parfois dans la baignoire ; c’est là que l’humeur me prend de chanter, et de réciter quelques poèmes ».

« Dans l’intimité familiale à la sociabilité. Lettre à un ami français. »

Nous sommes à la fin des années cinquante.  Dans la première partie de son livre, Akira Mizubayashi écrit une lettre de recommandations à un ami français –sans le nommer– en vue d’un prochain voyage au Japon. Il explique par écrit et dans les moindres détails à ce voyageur étranger, le rituel et les us et coutumes qui s’ensuivront. Ainsi, le prévient-il, en entrant dans la maison de ma mère, après l’accueil dans le vestibule et le cérémonial d’arrivée, l’hôte est invité à la montée progressive, dans l’espace domestique… la pièce à tatamis, jusqu’à l’arrivée au bain (pièce dont le dénivelé n’est que d’une dizaine de centimètres..) : « Sitôt tu t’assiéras sur un des coussins carrés (zabuton) disposés autour d’une table basse placée au milieu de la pièce d’invités, peut-être entendras-tu parler du bain »….

Car si nous, Français et occidentaux, prenons avec nos proches l’apéritif ou débouchons une bonne bouteille de vin (ou allons à la rencontre des autres dans les pubs ou les bars), les Japonais invitent à prendre des bains dans leur demeure ou au sentô (bain public). C’est un « don »un rituel particulier dont il ne faut pas s’offusquer, ce n’est pas une question d’hygiène !.. « Il est au Japon un savoir-vivre raffiné, poétique qui rend possible la rencontre de l’autre dans un cadre intime et bienveillant ».

Vous aurez donc, à la lecture de ce texte une impression de raffinement, une sensation de bien-être que l’auteur décrit avec grâce mais avec beaucoup de nostalgie et si cela relève du passé, il avoue : « Je suis devenu un usager ordinaire de la douche rapide à l’européenne (…..), comme beaucoup de Japonais de ma génération ». Ce rituel du bain, il en parle en évoquant des souvenirs personnels attendrissants (premier bain avec sa fille tout juste née ou l’ultime bain pris avec son père une semaine avant sa disparition) mais aussi en citant de nombreuses références cinématographiques, de séquences et scènes dans le cinéma japonais (Nasure à  Yasujiro Ozu à Clint Eastwood) ou dans l’art de la conversation (de Rousseau ou de Sôseki….).

Puis dans la deuxième partie intitulée : « Soixante-dix ans après »,  il sera question de démocratie. L’auteur donne un aspect comparatif, sur la manière d’être en politique, en France ou au Japon. Sa critique est plutôt acerbe, voire décevante à l’égard de la société japonaise actuelle puisqu’il rejette même le terme de « société », s’interrogeant sur l’absence de culture démocratique du Japon. C’est avec une certaine inquiétude qu’il aborde ce chapitre.

Akira Mizubayashi nous livre dans cette évocation des eaux profondes, le secret d’un cœur japonais mais aussi la vigilance critique d’un homme de son temps dans un pays en crise.

« Il dévoile ce que cachent les eaux profondes de la culture politique du Japon, qui pourrait menacer la démocratie. »

Un moment pour se familiariser avec le japonais et sa culture, voici quelques mots de vocabulaire : chôme, chanoma, ku, tokonoma, onsen, que vous retrouverez en cours de lecture. Peut-être, serez-vous amenés à  goûter au Matcha ou pratiquerez-vous le katatataki avant d’aller au sentô et revêtir le yukata !….

MC/Librairie Doucet.

Akira Mizubayashi est né en 1951. Il est écrivain et traducteur japonais. Il enseigne le français à l’université Sophia de Tokyo. Il est l’auteur de plusieurs livres écrits en français aux Éditions Gallimard, dont «Une langue venue d’ailleurs» (L’Un et l’autre, 2011) qui a reçu le prix littéraire Richelieu de la francophonie 2013, le prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises 2011 et le prix littéraire de l’Asie 2011.

 Dans les eaux profondes. Le bain japonais – 222 pages- Prix : 19 €

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.