La Bruyère, portrait de nous-mêmes- Jean-Michel Delacomptée – Éditions Les passe-murailles-Robert Laffont.

LA BRUYERE 2RELISONS NOS CLASSIQUES, ÇA RAJEUNIT !

« Pour La Bruyère, écrire c’est peindre. C’est lui qui le dit. » 

Et Jules Renard dans son journal écrit : « La Bruyère, le seul dont dix lignes lues au hasard ne déçoivent jamais. » 

*****

Portrait de Jean de La Bruyère (1645-1696)

A travers cet essai, J-Michel Delacomptée nous dresse par petites touches, un portrait de Jean de La Bruyère, académicien et écrivain, au XVIIè siècle qui a publié « Les Caractères ou les moeurs de ce siècle »  où il décrit  les milieux qu’il fréquentait, ses rapports aux hommes et aux femmes ou encore ses liens avec la morale, comportements  que nous pouvons encore, sans conteste, percevoir dans notre société d’aujourd’hui : d »où ce titre : « La Bruyère, portrait de nous-mêmes. »

En vingt-huit chapitres, Jean-Michel Delacomptée, amoureux de la belle langue française nous donne envie de lire ou de relire « Les Caractères »œuvre unique  de La Bruyère, très tardivement publiée (en 1688), puisqu’il avait 42 ans !. « Les  Caractères » seront constamment réédités et augmentés (neuf au total)  jusqu’à sa mort (1696) à Versailles où il fut inhumé dans une église qui sera démolie. Il ne reste quasiment rien de lui. Ni de sa tombe, ni de ses manuscrits, ni des ses objets personnels, « Les Caractères » c’est tout !.

  • « Considédez cette phrase extraordinaire par quoi débutent « Les Caractères » : « Tout est dit, et l’on vient trop tard depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes et qui pensent. » Telle est l’entame du premier chapitre. » (p. 59 J. M. Delacomptée)

J.M Delacomptée précise sur la quatrième de couverture : « Il a tendu au public de son époque un miroir qui nous reflète toujours. Bien des comportements de la société de Louis XIV ressemblent aux nôtres. Les temps changent, pas le fond des hommes. J-Michel Delacomptée explore ce miroir et ce que ses reflets disent de nous. »

En quelques dates : « Jean de La Bruyère issu de la moyenne bourgeoisie, après avoir fait des études de droit acquiert une charge de trésorier des Finances à Caen (1673). En 1684, c’est sur la recommandation de Bossuet qu’il  fut nommé précepteur adjoint du duc de Bourbon,  petit-fils du Grand Condé, puis secrétaire, vivant ainsi au milieu des grands qui lui inspireront de nombreux portraits. En 1693, La Bruyère fut élu à l’Académie française et glorifia Richelieu, fondateur de l’Académie. »

Tout au long de ces 210 pages fort intéressantes,  on sent la passion et la grande admiration de Jean-Michel Delacomptée pour Jean de La Bruyère. Un portrait captivant ! Une plume élégante et raffinée. 

Librairie Doucet/M. Christine

Un livre magnifique dans la collection Les passe-murailles – « La Bruyère, portrait de nous-mêmes »208 pages – prix : 18 € – (parution : août 2019)

Romancier et essayiste Jean-Michel Delacomptée a publié de nombreux portraits de personnages historiques et de gens de lettres comme La Boétie, Racine, François II, Ambroise Paré, Bossuet, Saint-Simon, des romans comme « La Vie de bureau » ou « Le Sacrifice des dames« , et des essais comme « Petit Eloge du silence », « Adieu Montaigne » ou « Notre langue française », grand prix Deluen de l’Académie française.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.