Le cœur battant du monde – Sébastien Spitzer – Éditions Albin Michel

La librairie Doucet est ravie de recevoir pour la deuxième fois, Sébastien SPITZER  qui vient à la rencontre de ses lecteurs, pour :

« Le cœur battant du monde » MERCREDI 13 NOVEMBRE à 18 heures.

sebastien spitzer

L’Angleterre des années 1860 au cœur de la révolution industrielle, domine le monde, certains font fortune, mais beaucoup sont broyés par la misère dans les usines et les bas-fonds des grandes métropoles. Charlotte est de ceux-là, enceinte elle fuit la famine et son Irlande natale pour Londres. C’est en se rendant à un entretien d’embauche à l’agence Cook qu’elle est agressée, recueillie par le docteur Malte, un médecin de l’Est-End qui n’a pas pignon sur rue, et qui ne peut sauver son enfant.

Rétablie et toujours hébergée par Malte un autre enfant lui est confié, Freddy dont on ne doit pas connaître les origines, un enfant auquel elle s’attache, pour lequel elle va tout faire y compris se prostituer pour qu’il survive et qu’elle soit fière de lui…

Quels personnages se cachent derrière cet enfant ? On l’apprend très vite : des noms bien réels, qui n’ont pas été inventés par l’auteur et qui seront par la suite fort connus, des statues indéboulonnables mais finalement aujourd’hui déboulonnées, dont on ignorait les zones d’ombre. Engels fils d’industriel allemand dont il reprend les affaires en Angleterre, celui-ci vit très bien, spécule même s’il tente de soulager le travail de ses ouvrières… Il est aussi l’ami et le soutien financier du « Maure » surnom donné à un certain Karl Marx qui lui aussi se retrouve en Angleterre avec son épouse, une baronne de l’aristocratie allemande et leurs filles. Mais, « le Maure » a eu une liaison coupable avec la bonne et l’enfant doit disparaître…

Un roman qu’il eût été impossible à publier il y a encore quelques décennies sans faire scandale ou au moins polémique, mais un roman, haletant, passionnant, bien construit où les vies se déroulent en parallèle, mais parfois s’entrecroisent de façon tragique, digne de l’auteur de «ces rêves qu’on piétine ».

Hubert/Librairie Doucet

« Le cœur battant du monde » – 445 pages – prix : 21.90 €

Sébastien Spitzer est né en 1970 à Paris. Après Khâgne, Sciences-Po, il découvre Miller Hemingway et Fanteet. Devient journaliste free-lance pour TF1. M6 ou Rolling Stone. Il a réalisé plusieurs enquêtes sur le Moyen-Orient, l’Afrique et les Etats-Unis. auteur de « Ennemis intimes « , les Bush, le Brut et Téhéran (2006) – aux éditions Privé. À quarante ans il s’est persuadé que le moment était venu de réaliser son rêve. Écrire un roman. Pendant trois ans, il s’est enfermé dans la salle de lecture du Mémorial de la Shoah pour se documenter sur l’histoire étonnante de Magda Goebbels et écrire son premier roman. Ces rêves qu’on piétine » (éditions de l’observatoire) où il met en lumière les ombres de Magda Goebbels et de ceux qui tentent de survivre à l’enfer. « Ces rêves qu’on piétine » a été traduit dans plusieurs pays et remporté une quinzaine de prix littéraires. (paru en 2017 – Prix 20 € – 310 pages)

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.