Un été à l’Islette – Géraldine Jeffroy – Éd. Arléa -/ Collection « 1er/mille » – (à propos de Camille Claudel et… Rodin)

Un été avec camille claudel

« Un été à l’Islette ». Un beau portrait de femmes !

 Un été avec Camille dans son atelier estival.

« Il n’est pas possible qu’une sculpture, une musique qui donne une émotion qu’on sent plus élevée, plus pure, plus vraie, ne corresponde pas à une certaine réalité spirituelle, ou la vie n’aurait aucun sens. » Marcel Proust.

 Le château de l’Islette en Touraine est un petit joyau architectural  du XVI e siècle situé au bord de l’Indre, à deux pas d’Azay-le-Rideau. Cette belle demeure abrita au cours de l’été 1892, les amours tumultueuses de Rodin et de Camille Claudel. Plus exactement, c’est dans ce château du Val de Loire que Rodin vint déposer Camille Claudel, avant d’aller batifoler à Paris et d’exacerber la jalousie de sa maîtresse… Parallèlement, dans ce décor enchanteur, alors que son fiancée est au front, une jeune parisienne nommée Eugénie est engagée par Madame Courcelle,  comme préceptrice auprès de Marguerite, sa petite élève à laquelle elle s’attacha aussitôt. 

Un été pendant lequel Camille travaille sans relâche (elle dessine le jour, sculpte la nuit) pour donner naissance à « La Valse », tout en demandant à Marguerite, l’enfant du château de poser pour elle et sculpter « La Petite Châtelaine ». Dans cette Touraine, Rodin réalisera le monument « Le Balzac » une commande de la Société des Gens de Lettres dont Zola est Président. Quant à Claude Debussy  il composera le Prélude à l’après-midi d’un faune ».

Celle que l’on nomme « Mademoiselle Camille » et qui se languit du retour du maître Rodin, trouvera un réconfort auprès de son ami musicien, Claude Debussy, lors d’une correspondance régulière que l’auteure intercale tout au long du texte. En même temps qu’elle tisse avec subtilité la vérité historique et artistique, elle imagine une intrigue poétique et bouleversante.

Un charmant petit roman de cent vingt-huit pages, certes très court mais si délicieux et plein de délicatesse. A  croquer comme une mignardise ! La plume y est délicate, légère, et douce.

A lire en écoutant « Prélude à l’après-midi d’un faune » avant de se précipiter sur les sculptures de Camille « La Valse » et  « La Petite châtelaine » sans oublier « Le Balzac » de Rodin, puis allons flâner dans ce château, au bord de l’Indre. 

Des artistes illustres auprès desquels on aurait aimé passer davantage de temps, à leurs côtés….

Librairie Doucet/M.Christine

Géraldine Jeffroy est professeur de français. Elle fait partager son goût pour la littérature à des élèves de collège, des étudiants. Elle a d’abord travaillé dans l’édition avant de rejoindre l’enseignement.  Son premier ouvrage s’intitule « Soutine et l’écolier bleu »  (Fondencre 2019)

« Un été à l’Islette » – 128 pages – prix : 17 €

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.