Le Fils du professeur – Luc Chomarat – Editions La Manufacture de Livres –

UN RETOUR EN ARRIÈRE QUI FAIT DU BIEN !

« Mes parents, j’avais l’impression de les connaître comme si je les avais faits. Cette jeune femme très Nouvelle Vague, cinquante de tour de taille, des dents blanches et bien alignées, grande douceur un peu triste, c’était ma maman. L’autre, si grand que la plupart du temps je ne savais pas trop à quoi il ressemblait là-haut, une voix qui descendait d’entre les nuages, c’était le professeur. Mon papa. » (p.17)

Pour cette rentrée littéraire, Nathalie avait envie de nous offrir une petite bouffée de fraîcheur et de douceur, un retour dans la France des années cinquante-soixante-dix, d’autant plus qu’avec ce titre « Le Fils du professeur », cela s’impose !.

Ce livre raconte –peut-être l’enfance de l’auteur, on ne sait pas trop– En tout cas, le narrateur nous déroule son enfance depuis ses plus lointains souvenirs de maternelle jusqu’à ses dernières années de lycée. Cette période se déroule effectivement dans la tranche des années 60-70. Sa famille a vécu dans l’Algérie Française et ont été rapatriés au moment des évènements. Ils vivent à Saint-Etienne. C’est très digne. Ce qui est drôle (sans dévoiler nos âges !) tout ce qui se déroule dans le livre est raconté avec beaucoup de délicatesse et réveillent en nous plein de souvenirs. C’est pas un constat : « c’était mieux avant ». C’est simplement, je vous raconte comment cela s’est passé, l’atmosphère des années soixante/soixante-dix. Et ce n’est pas que cela parce que c’est aussi grandir, l’auteur nous raconte le passage de l’enfance à l’âge adulte de ce jeune garçon. Comment devient-on adulte auprès de ce père, un intellectuel qui veut absolument que son fils lise des livres sérieux alors que celui-ci ne lit que des bandes dessinées. C’est aussi une plongée à l’école de l’époque (les copains, la cour de récré….) – Il y a des choses qui m’ont fait rire : le « T » de techno, cette règle en « T » qu’on balade partout mais qui est encombrante et qui ne sert à rien ! – « La Peugeot 103 » – L’équipe de Saint-Etienne – « L’épopée des Verts » – Il dit également « quand on est un garçon, le foot, c’est pas une option comme le latin ou le grec, vraiment indispensables pour s’intégrer »…, C’est aussi la cousine dont on est toujours un peu amoureux.

C’est raconté avec tendresse et bienveillance. Une nostalgie qui vous donne le sourire, qui vous fait du bien. C’est une enfance loin des réseaux sociaux et de tout ce que nos jeunes peuvent connaître aujourd’hui.

Un très joli roman de cette rentrée littéraire !

Nathalie de la Librairie Doucet/M-Christine

Luc Chomarat a publié à vingt-deux ans son premier roman qui lui a valu de figurer sur la liste du Magazine littéraire des auteurs les plus prometteurs. Egalement traducteur de Jim Thompson, il s’illustre d’abord dans la littérature noire et reçoit le Grand Prix de littérature policière pour son roman « Un trou dans la toile » en 2016 (Rivages). Il a publié « Le Polar de l’été » (2017) puis « Le dernier thriller norvégien » (2019) à La Manufacture de livres.

Écoutez Nathalie en compagnie de Fabien Obric sur France Bleu Maine en cliquant ici ! (émission du mardi 24 août)

Le Fils du professeur – 264 pages – prix : 19 € – (paru le 19/08/21)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.