Les Âmes noires de Saint-Malo – Hugo Buan – Editions Palémon

Passionnant roman de cape et d’épée qui se déroule dans le vieux Saint-Malo du début du XIXè siècle.

(Peinture de Jean Gauttier – Les deux cavaliers aux Moulins du Naye)

Bretagne, 1794. Le jeune Louis Hervelin parvient à échapper à la furia révolutionnaire qui règne à Port-Malo et a  Port-Solidor. Dix ans passent, le Consulat a été instauré dans le pays et le chef de la Sûreté, Pierre-Marie Desmarest, décide de créer une police d’arrondissement dans ces deux villes redevenues, après la Révolution, Saint-Malo et Saint-Servan. Il nomme à sa tête le commissaire Darcourt, ancien officier de Bonaparte. Sans tarder, ce dernier souhaite instaurer l’ordre. Les autorités locales semblent déconfites de son arrivée, et ses méthodes de travail en étonnent plus d’un… Alors qu’il prend ses marques, le commissaire Darcourt doit résoudre le meurtre d’un homme dont le cadavre a été découvert dans l’une des ruelles agitées de la cité corsaire. Très vite, il présume que cet assassinat est lié à la période de la Terreur, qui fit vivre à la ville de Saint-Malo des heures très sombres. »

Cette enquête est menée par le Commissaire Darcourt qui va tenter de mettre de l’ordre dans la police de Saint-Malo. C’est un roman historique vif et attachant. C’est drôle, c’est vivant et au cours de cette balade, vous adorerez toute l’Histoire de la cité malouine ! C’est avec grand plaisir que l’on parcourt les rues de Saint-Malo, Saint Servan et ses environs, en passant par « l’auberge du chat qui pète » des Bas-Sablons, et que l’on accompagne les bateliers lors des traversées du Naye à marée haute.

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Les Âmes noires – 330 pages – prix : 10 € (parution juillet 21)

Hugo Buan est né à Saint-Malo où il vit et écrit. Passionné par les polars, il décide de se lancer lui-même dans l’écriture en 2005, et crée le personnage de Workan, commissaires en disgrâce auprès de sa hiérarchie en raison des méthodes peu orthodoxes qu’il utilise. Les ouvrages de Hugo Buan , décalés mais toujours construits en finesse, ont déjà été sélectionnés pour cinq prix, notamment le Prix Michel Lebrun au Mans et le Prix Polar de Cognac.

Il délaisse ici son incontrôlable commissaire pour nous livrer son premier polar historique.


Le tueur humaniste – David Zaoui – Livre de Poche

Un polar qui fait rire !

Nathalie nous présente ce soir, un livre de poche que l’on peut glisser dans sa valise : « Le tueur humaniste » de David Zaoui, un polar qui fait rire ! C’est un polar parce qu’on y parle de meurtres mais c’est traité avec beaucoup d’humour et de bienveillance.

C’est l’histoire d’un monsieur qui s’appelle Babinsky, Ernest de son prénom. C’est un homme qui a été abandonné à la naissance. Il a passé une grande partie de son enfance dans les orphelinats. Il en garde une certaine blessure. Déjà, à l’époque il avait beaucoup d’empathie pour les enfants qui naissaient à l’orphelinat et puis il avait un don, c’était un lanceur hors pair, il a commencé par les fléchettes. Il a été repéré par un homme Cyrus le gros qui est plutôt un malfrat et à son adolescence, il va le former aux armes, au tir, pour bien sûr l’employer comme tueur à gages. Et notre Babinsky quand le livre démarre c’est un tueur à gages ! Mais un tueur à gages humaniste parce qu’avant d’assassiner les personnes qu’il doit tuer, il veut les rendre heureux. Donc, il réalise les rêves de leur vie avant de les assassiner. Alors, bien sûr il va raconter quelques aventures qui lui sont arrivées mais en même temps ça lui pose quelques problèmes parce que c’est quelqu’un de très empathique, c’est quelqu’un aussi de sain, parce quand on est tueur à gages on ne peut pas avoir de femmes dans sa vie, les amis, c’est difficile de raconter qu’on est tueur à gages et ça lui manque. Puis la nuit comme il ne dort pas, il lit de la philosophie, il lit Montaigne, il lit Spinoza et il se pose beaucoup de questions sur son avenir et on va découvrir comment il va appréhender tout ça et continuer à vivre avec son humanité et puis avec ce métier qui est parfois un peu encombrant !

C’est drôle et on s’amuse !

En 2018, David Zaoui a été récompensé par le Festival du premier roman de Chambéry.

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine, compagnie de Mathieu Doucet, en cliquant ici !

Nathalie de la librairie Doucet Le Mans/M. Christine

« Le tueur humaniste«  – 236 pages – prix : 7.40 € – (parution livre de poche 9/6/21). Cet ouvrage a été précédemment publié sous le titre « Je suis un tueur humaniste » aux éditions Paul & Mike en 2016.

Commander le livre

Le serpent majuscule – Pierre Lemaître – Éditions Albin Michel –

DRÔLE, IMMORAL, RÉJOUISSANT !

Pierre Lemaître, prix Goncourt en 2013, pour « Au-revoir là haut » et est, comme son nom l’indique, un de nos maîtres du polar ! Marie-Adélaïde a adoré « Le serpent majuscule« .

Pierre Lemaître m’a enthousiasmée, émerveillée ! Bien évidemment « Au revoir là haut » EX-TRA-OR-DINAIRE ! Bien sûr, j’ai adoré !. Et si vous ne l’avez pas lu, lisez ses polars, c’est noir à souhait, c’est psychologique, ce sont des romans de société, excellents !

« Le serpent majuscule » c’est un texte jubilatoire comme je les aime. Un auteur, certes jeune qui n’a pas peur du politiquement correct. Il l’a à peine retouché pour nous le livrer, parce qu’il trouvait ça plus intéressant de nous le faire lire, comme ça, sans avoir des textes peut-être trop travaillés… Ça fait du bien de lire un polar qui ne se prend pas au sérieux, qui fait rire et qui est absolument abominableet qui tire à boulets rouges sur tout le monde-.

Alors, je vous présente Mathilde. Mathilde, on la retrouve sur une autoroute dans une vieille voiture. Elle a entre 65 et 70 ans. On voit que ça a été une très très jolie femme. Elle est parfaite ! Il fait chaud, elle transpire, elle a son chien derrière qui n’est pas sage, elle est dans les embouteillages, elle regarde tout le temps sa montre parce qu’elle est très très pressée. Elle arrive enfin à son rendez-vous près de l’avenue Foch, elle se gare, elle a de la chance, c’est tout près de l’endroit où elle veut aller. Elle s’adresse au chien : « sois sage ! ». Elle ouvre la boîte à gants et elle sort un énorme révolver avec un silencieux…. (et on ne va rien divulgâcher !). Mais là, ça commence très fort.

Parce que Mathilde, vous la voyez en mamie confiture (eh bien, pas tout à fait !) et on va rapidement se rendre compte que Mathilde est tueuse à gages. Ça remonte à une histoire très ancienne, à son travail dans la résistance avec le bel Henri, un amour impossible et inachevé. Elle est tueuse à gages, elle reçoit des missions, dans des cabines, façon agent secret. Elle a soi disant, une arme, une mission, un cadavre ! Ça c’est clair et net !. Sauf, que notre Mathilde, en vieillissant, elle perd un peu la boule, donc souvent, elle oublie de jeter les armes et elle en a partout chez elle. Et puis souvent, elle oublie la mission et alors là ! Des malentendus, vous allez en lire énormément.

C’est un régal, c’est un délice, ça va être jubilatoire jusqu’à la fin. Ne vous privez pas de rire, ce n’est pas compliqué. C’est une lecture facile et enjouée qui donne le sourire aux lèvres !

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet Le Mans/MC (émission sur France Bleu Maine de mardi 8 juin 2021)

« Le serpent majuscule » – 330 pages – prix : 20.90 € (parution : 12/05/21)

Commander le livre

Pierre Lemaître est né en 1951. Il est écrivain et scénariste français. Il reçoit le prix Goncourt en 2013 pour « Au revoir là-haut » et un César en 2018 pour l’adaptation de cette même œuvre. Aux éditions Albin Michel il a déjà publié : « Miroir de nos peines » (2020) – « Alex » (2011) – « Sacrifices » (2012) – « Au revoir là-haut » (2013) – « Trois jours et une vie » (2016) – « Couleurs de l’incendie » (2018) – puis « Travail soigné » Livre de poche (2006) – « Robe de Marié » Livre de poche (2010) – « Cadres noirs » livre de poche (2011) – « Rosy & John » (2014) – Livre de poche.

Le Mangeur d’Âmes – Alexis Laipsker – Éditions Michel Lafon

« Flaubert disait qu’une lecture amusante était aussi utile à la santé que l’exercice du corps ».

C’est ce que France Bleu Maine vous dit tous les jours dans l’Happy Hour de 17 h 35 ! Vivent les livres et les libraires sarthois. Nous le clamons à travers leurs coups de cœur et aujourd’hui Nathalie de la librairie Doucet nous présente « Le Mangeur d’Âmes » d’Alexis Laipsker (Delphine Seveno)

« Il n’a pas crié. Ils ne crient jamais. »

Avec  » Le Mangeur d’Âmes » Nathalie nous emmène dans un village de montagnes, reculé.  » Le Mangeur d’Âmes » c’est un polar. Alors, effectivement un bon petit polar de temps en temps, ça détend. C’est le deuxième roman de Alexis Laipsker. Le premier (Et avec votre esprit) avait été assez remarqué l’an dernier. L’auteur nous emmène en montagne, en France mais on ne sait trop dans quel endroit. Des corps ont été retrouvés morts et plutôt atrocement mutilés. Il semblerait que ces gens se soient donnés la mort mais le Commandant de police, une femme qui mène l’enquête, est sceptique sur le fait qu’ils se soient donnés la mort. Puis parallèlement à ça, il y a eu aussi dans le secteur des disparitions d’enfants et là, pour le coup l’enquête est menée par un Capitaine de gendarmerie. Ces deux-là vont se rapprocher puisqu’ils ont l’intime conviction –bien que rien ne le laisse présager– que les deux affaires sont liées et en plus effectivement ces gens ne se sont pas donnés la mort, mais ont été assassinés, bien qu’il n’y ait aucune trace d’intrusion. Et l’on va suivre avec eux l’enquête. Alors là, on plonge, dans la sorcellerie, dans les légendes, médiévales, dans la religion, ou même avec le diable qui est omniprésent et on remonte avec eux le fil de l’enquête.

Sur l’histoire du livre, je dirais que ce livre est un policier assez classique et tout s’emmêle dans la dernière partie et je peux vous dire que là, ça vous laisse un peu chaos !. Je ne vous en dirai pas plus… Sincèrement c’est un chouette polar qui vraiment dans la dernière partie vous laisse un peu saisi d’effroi et il nous cueille sur le dénouement.

Nathalie de la librairie Doucet/MC

Écoutez Nathalie en compagnie de Delphine Seveno sur France Bleu Maine, en cliquant ici

Mangeur d’âmes 349 pages – prix : 18.95 € (parution 04/03/21)

Alexis Laipsker est né en 1969. Il est l’auteur de « Et avec votre esprit » (2020) – Nominé pour le prix des Nouvelles Voix du Polar 2021 – Nominé pour le prix du salon du Pays noir 2021 (Belgique).

Le mystère Sammy Went – Christian White – Éditions Denoël

Que feriez-vous si un jour vous appreniez que votre vie toute entière était basée sur un mensonge ?

Kim, jeune australienne de 30 ans voit sa vie complètement basculée le jour où un jeune homme vient la voir avec des indices lui indiquant que la famille dans laquelle elle s’est construite et dans laquelle elle a grandi, n’est pas sa famille ?.

On va donc suivre Kim, à la recherche de la vérité et en quête de ses origines. C’est un récit haletant avec beaucoup de rebondissement.

Une enquête bien menée avec beaucoup de prismes, notamment grâce à l’alternance de chapitres entre le passé et le présent qui vont nous permettre de suivre à la fois l’enquête policière mais en même temps, l’enquête personnelle que va mener Kim.

Que vous soyez novices en Polar ou au contraire que vous en ayez plein à votre actif, ce récit vous surprendra vraiment !

Marine de Librairie Doucet Le Mans/MC

Le mystère Sammy Went – 420 pages – prix : 21.90 €

Commander mon livre

Écoutez Marine, notre apprentie librairie de Doucet, en cliquant ici ! (Calendrier de l’avent Doucet – JOUR 21)

Impact – Olivier Norek – Éditions Michel Lafon – prix Le Point du polar européen-Prix Maison de la Presse

UN ROMAN SOCIAL D’ACTUALITÉ CAPTIVANT ET BOULEVERSANT !

Un polar dans la veine écologique. Un polar environnemental. Nous sommes sur un roman social du style du précédent polar « ENTRE DEUX MONDES ». Nous sommes sur un roman qui va vous happer de la première à la dernière page, un roman qui parle d’écologie, d’affres environnementaux produits par des grandes entreprises du CAC 40 lesquels sont à notre porte. On les voyait de loin, ça touche maintenant notre planète. Est-ce que nous nous sentons plus concernés pour autant ?

Virgil Solal va devoir réagir à la suite d’un drame personnel. Il va devenir celui qui commet un acte répréhensible mais il agit pour le bien de tous !

Alors, COUPABLE ? NON COUPABLE ? A vous de nous le dire !

Capitaine de la police judiciaire pendant dix-huit ans, Olivier NOREK est l’auteur de quatre romans : « Code 93 » – « Territoires » – « Surtensions » – « Surface » – qui ont reçu plusieurs prix littéraires prestigieux et ont été traduits dans de nombreux pays. Mais ce n’est pas pour rien que cet écrivain s’est lancé dans l’humanitaire avant de devenir policier. Régulièrement lui prend l’envie de s’attaquer à des problèmes sociaux, comme ce fut le cas dans « Entre deux mondes« , bouleversant roman salué par la critique. Avec IMPACT, il va plus loin : son enquête s’étend au monde entier et concerne notre survie.

IMPACT – 350 pages – 19.95 € (parution novembre 2020)

Commander mon livre

Écoutez Marie-Adélaïde sur la page Facebook de la librairie Doucet, en cliquant ici ! (#Calendrier de l’avent Doucet – Jour 18)

L’ ANOMALIE – Hervé LE TELLIER – Éditions Gallimard – Prix Goncourt 2020

Pour fêter avec nous sa distinction, (dans le respect des règles sanitaires) Hervé LE TELLIER sera à la Librairie Doucet pour une dédicace devant la librairie SAMEDI 19 DÉCEMBRE de 15h à 18 h

Le prix GONCOURT  a été attribué le 1er décembre, lors d’une visioconférence à :

Hervé LE TELLIER** pour « L ANOMALIE » (Gallimard).

Nous allons parlé de prix aujourd’hui !

MAD : Vous savez c’est toujours dans la tradition. La rentrée littéraire démarre fin août début septembre et la période des prix arrive assez tôt, même toujours un peu plus tôt, sauf que cette année, toutes les Académies, le Goncourt, le Renaudot ont décidé de soutenir les librairies qui étaient fermées et de décaler la remise des prix pour que ces ventes ne soient pas exclusivement sur des plateformes numériques ! C’est pour cela que le grand prix du roman de l’Académie française vient d’être attribué (26 novembre). Le prix Goncourt, seulement hier (30 novembre) avec le prix Renaudot dans la foulée et nous attendons demain (le 2 décembre) le prix Goncourt des lycéens. Donc, nous arrivons demain à la conclusion de cette période des prix et puis de ces récompenses importantes parce que, pour les auteurs ça change beaucoup en terme de tirages, de nombres de livres vendus.

MB : Cette cuvée 2020 est-elle intéressante et accessible ?

MAD : Cette cuvée 2020 est très intéressante pour les différents grands prix qui ont été attribués. Oui, c’est une très bonne cuvée pour le moment je n’ai rien à dire, j’adhère ! – la quantité des livres, les choix.. Nous avons eu une très bonne rentrée littéraire. On a savouré et je reconnais que tous ces prix ont été donnés à des livres qui sont intéressants, grand public dans des genres très différents : – Marie-Hélène LAFON qui a eu le prix Renaudot et Serge JONCOUR le prix Femina, vont nous parler de nature, nous parler de racines. On va avoir, avec Chloé DELAUME qui a obtenu le prix Médicis, quelque chose qui tourne autour de l’intimité de la femme de 45 ans, sa place sur le marché de la séduction. On est vraiment dans quelque chose de concret, avec Hervé LE TELLIER pour « L’Anomalie » qui vient d’obtenir le prix Goncourt, on est sur un roman grand public, populaire qui peut séduire tout le monde, parce que tous les genres sont représentés dans un seul roman. Avec le prix de l’Académie française« La grande épreuve » d’Étienne de Montety, il s’agit d’un texte malheureusement d’actualité brûlante, sur l’engagement, pour le Bien et pour le Mal. On va voir avec les problèmes de radicalisation et d’excès. Je pense que nos livres, nos prix de cette année collent à l’actualité, collent à nos problèmes, collent à nos questions. On verra l’année prochaine, si l’on n’a que des titres sur la COVID et la pandémie !

MB : Alors, Marie-Adélaïde, la question difficile, s’il ne fallait en choisir qu’un seul parmi les prix, lequel devrait-on choisir ?

MAD : Oh là là, horrible question, que la question est dure ! Bon, j’avais un chouchou depuis le début. Je suis très heureuse qu’il ait gagné ! C’est « L’ Anomalie » de Hervé LE TELLIER, qui est publié chez Gallimard et qui a eu le prix Goncourt. Ce livre m’a transporté de joie. Et quand on parle d’un livre jubilatoire, c’est ça ! Vous le lisez le sourire aux lèvres parce que, ce que j’apprécie dans un texte comme celui-ci, c’est qu’il me fait rire, il me fait réfléchir ! On se pose des questions philosophiques, religieuses et puis il aborde un sujet qui est incroyable que j’ai peu lu ! Que se passe-t-il Maxime, qu’est-ce qui vous arriverez Maxime, si un beau jour, en rentrant chez vous, vous tombez sur un autre Maxime ? Il vous ressemble comme deux gouttes d’eau, il a les mêmes souvenirs, il a fait les mêmes choses, il connaît tout de vous, et vous, tout de lui… La seule différence c’est que vous avez trois mois d’écart. Il y en a un qui est en avance de trois mois et l’autre est en retard de trois mois. Ça vous permet peut-être de réparer des erreurs, ça vous permet peut-être de défaire les choses, ça vous permet peut-être de profiter d’une célébrité ! C’est absolument génialissime.

Et ce roman conjugue tous les genres littéraires : le roman d’amour, le témoignage, le roman de société, le polar, l’anticipation, c’est incroyable. Vraiment un grand grand coup de chapeau à Hervé LE TELLIER. BRAVO à Hervé LE TELLIER !

**Hervé LE TELLIER, 63 ans, mathématicien de formation et ancien journaliste, et président de l’association de l’Oulipo (ouvroir de littérature potentielle), a obtenu huit voix contre deux pour « L’Historiographe du royaume » de Maël Renouard.

« L’ANOMALIE » 336 pages – prix : 20 € – parution 20/08/20

Écoutez Marie-Adélaïde en compagnie de Maxime Bonhomet, sur France Bleu Maine, en cliquant ici !

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet/M.Christine

LA PROIE – Deon Meyer – Éditions Gallimard – Série Noire –

LA PROIE 2LA PROIE 

Ce soir nous vous présentons, le nouveau livre de Deon Meyer, cet auteur sud-africain de douze best sellers traduits dans trente pays. Et c’est le roi du polar ! Ce nouveau roman, c’est le coup de cœur de Marie-Adélaïde.

– Fabien O  Deon Meyer, lance deux intrigues parallèles ?

M.Adélaïde : Exactement  ! C’est un conteur né Deon Meyer ! Vous plongez dans ses romans et vous savez et vous avez la certitude de passer un bon moment. 

Alors, il faut accepter d’avoir deux intrigues, de vous promener, une partie (dans celui-ci) en Afrique du Sud et l’autre partie à Bordeaux où Deon Meyer a souvent habité, puis un petit bout d’Europe, en Espagne et il faut lui faire confiance, il vous embarque et finalement tout va exploser dans un bouquet final absolument extraordinaire. Il écrit pour dénoncer ce qui se passe dans son pays, l’Afrique du Sud. Il y a eu l’Apartheid, il y a eu l’arrivée au pouvoir de Mandela. Il y a eu ce parti du Congrès National sud africain (ANC) qui a été déclaré terroriste et qui a fait beaucoup de choses, avec vraiment une avancée politique et après l’Afrique du Sud, ça a un peu flagellé, il y a eu beaucoup de corruption, de nombreux pots-de-vin et le parti au pouvoir n »était pas terrible, terrible ! Dans son histoire, on retrouve un de ses héros fétiche, il s’appelle Benny Griessel. C’est un membre des hawks. Les hawks, ce sont des unités d’élites sud-africaines,  des types vraiment baraqués et costauds qu’on appelle pour toutes les affaires sensibles. Un de leur ancien collaborateur est retrouvé mort, balancé par la fenêtre du fameux train bleu, ce train qui traverse toute l’Afrique du Sud, qui est le train le plus luxueux du monde. L’Orient Express à côté, c’est une vague rame de métro ! Extraordinaire… Cette enquête démarre ! Et d’un autre côté, on va retrouver un homme, un ancien des hawks, lui il est à Bordeaux, il a tout laissé tomber  Il veut vivre dans l’anonymat. Il devient ébéniste. Il tombe enfin amoureux, il espère que sa couverture va tenir, jusqu’au jour où dans son restaurant fétiche, il trouve un ancien de l’ANC qui lui dit : « Il est temps de rentrer, le pays a besoin de toi ! » Et là, tout s’emballe, vous retenez votre souffle et vous avez un roman policier absolument exceptionnel !

Bravo à Deon Meyer ! Qu’il continue ! Il réussit. C’est un tour de force. Lisez ces romans, il y en a douze ! Celui-ci est un point d’orgue. On peut commencer par celui-ci, mais ne  laissez pas de côté les autres. 

– Fabien O. :  L’imagination est toujours au rendez-vous, même après douze romans, ce qui n’est pas toujours évident !

– M.Adélaïde : Ce n’est pas toujours évident et c’est toujours terriblement bien ficelé, il y a une intrigue, il y a tout ce qu’il faut pour que le lecteur trouve son plaisir tout au long du roman !

La Proie ! C’est un polar et un regard sur l’actualité de l’Afrique du Sud 

Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet/M.Christine

Écoutez Marie-Adélaïde  sur France Bleu Maine en compagnie de Fabien Obric en cliquant ici !

LA PROIE – 576 pages – prix : 18 € –  (parution 13/08/20)

Quelques titres : 1996 « Jusqu’au dernier » – 2000 « Le soldat de l’aube » – 2002 « L’âme du chasseur » – 2007 « Le pic invisible » – 2007 « Lemmer invisible » – 2008 « 13 heures »– 2011 « Trackers » – 2011 « 7 jours » – 2013 « Kobra » – 2015 « En vrille » – 2016 « L’année du lion » – (2017 « The Woman in the blue cloak » – 2018 « The lost hunt »)

Le nouveau western – Sur la route du Cid – Marc Fernandez – Éditions Paulsen

LE NOUVEAU WESTERN – « SUR LA ROUTE DU CID »

Aujourd’hui ou demain matin,  n’hésitez pas à vous inscrire sur

1endroitoualler@gmail.com  (vous recevrez instantanément un lien)  puis écoutez en live SAMEDI 23 MAI à  19 heures Marc Fernandez qui sera en compagnie de Marie-Adélaïde de la librairie Doucet au Mans, qui animera la rencontre, à propos du dernier livre de l’auteur  : Le nouveau western « Sur la Route du Cid », dernier livre de l’auteur.

Rodrigo Díaz de Vivar, plus connu sous le nom du Cid, n’est pas que le héros d’une pièce de théâtre. Ce fut un chevalier. Un vrai. Banni par le roi Alphonse VI, il a traversé l’Espagne au XIe siècle. Il a gagné des batailles. Contre les Musulmans, et avec eux. Un mercenaire avant l’heure. Un combattant légendaire.
Si le Cid voyageait à cheval, c’est sur son VTT – baptisé Tornado – que Marc Fernandez suit sa route de Burgos, ville natale du chevalier, jusqu’à Valence, où il mourut en 1099. Une épreuve et un défi pour l’auteur, à la découverte d’une partie méconnue de l’Espagne, médiévale, immensément vide. 900 kilomètres à vélo, 11 302 mètres de dénivelé positif dans un décor de western, pour retracer la vie extraordinaire d’une figure mythique digne d’un personnage de polar.

Aventure, Histoire et Littérature … !

Pour suivre cette rencontre en ligne sur Zoom en collaboration avec Un endroit ou allercliquez sur ce lien pour participer

Le nouveau western – » Sur la route du Cid » -187 pages – prix : 19.50€ (parution 19/03/20)

Marc Fernandezest né en 1973. Journaliste, il a été en charge durant plusieurs années du desk Amérique Latine et Espagne pour Le Courrier international. Passionné de romans noirs, il a cofondé la revue Alibi, consacrée au monde du crime et du polar, dont il est le rédacteur en chef. Il est l’auteur d’une série de trois romans noirs situés en Espagne, dans la collection  » Préludes  » du Seuil : « Mala vida » (2015), « Guerilla Social Club«  (2017), « Bandidos« (2018).

Bandidos

Guérilla social club

Mala vida

Le Service des manuscrits – Antoine Laurain – Éd. Flammarion

antoine laurain

Le Service des manuscrits 

« Ce livre vivra sa vie en dehors de moi. Et ceux qui doivent mourir vont mourir ».

Suspense littéraire du côté de Saint-Germain des Prés !

Nathalie, vous avez décidé de nous parler d’un livre « Le Service des manuscrits » d’Antoine Laurain chez Flammarion ! Qu’est ce donc cette histoire de meurtres dans  le milieu du livre ? Ça fait un peu peur quand même ? Non !

Antoine Laurain écrit des romans qui ne sont pas du « feel good » mais c’est toujours bienveillant. Il y a de la légèreté, il y a de l’humour. C’est l’histoire de Violaine Lepage, éditrice dans une grande maison d’édition. Quand le livre débute, elle est à l’hôpital, après un accident d’avion, elle sort d’un coma. A ce moment même de la vie, elle a deux soucis essentiels. Quelques semaines plus tôt, elle a publié un livre qui rencontre un énorme succès « Les Fleurs de sucre », il est sur les dernières listes sélectionnées pour le Goncourt sauf qu’elle ne connaît pas l’auteur. Elle a cherché à le rencontrer mais il ne s’est jamais présenté. Elle ne l’a jamais rencontré. Tout s’est passé par mail. Il a signé son contrat par mail. Sauf s’il obtient le Goncourt, il va bien falloir qu’il se manifeste, donc elle est à sa recherche…. Son deuxième souci, c’est que dans  « Les Fleurs de sucre » les meurtres qui y sont décrits, se sont déroulés au cours des mois précédents, depuis la sortie de ce livre. Elle a donc  aussi la police à « ses trousses » qui cherche à contacter l’auteur pour essayer de comprendre cette coïncidence ! Alors, c’est l’occasion pour Antoine Laurain de nous balader dans une maison d’édition et nous raconter comment se passe le choix des manuscrits pour les auteurs, comment le choix se fait et leurs relations avec les auteurs.

Cela m’a bien sûr intéressée mais, même si on n’est pas dans le domaine du livre, c’est passionnant ! . On rencontre des auteurs plus ou moins connus. Il y a de l’humour, de la tendresse, de la bienveillance. Petit à petit on avance dans l’enquête. Il y a un regard sur le monde littéraire mais aussi une intrigue, une enquête policière que l’on suit très agréablement autour et dans le milieu littéraire parisien !

Nathalie/MC

Écoutez Nathalie de la librairie Doucet sur France Bleu Maine en compagnie de Sophie Thomas et Fabien Obric, en cliquant ici !

Le Service des manuscrits – 270 pages – prix : 18 € (paru le 8/01/20)

Antoine Laurain est l’auteur de : « Le Chapeau de Mitterrand » (2012)  – « La femme au carnet rouge » (2014) – « Millésime 54 » (2018) aux éditions Flammarion.