L’amour et les forêts

l'amouretlesforets doucetEric Reinhardt – Gallimard

À l’origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changé sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l’écrivain, l’entraînant dans sa détresse, lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence, mais aussi le début de sa perte. Récit poignant d’une émancipation féminine, L’amour et les forêts est un texte fascinant, où la volonté d’être libre se dresse contre l’avilissement.

Au fil de ses écrits, Eric Reinhardt s’est affirmé comme un écrivain ancré dans la réalité sociale, conscient que le sexe et l’argent sont des tabous majeurs qui gangrènent les rapports amoureux notamment. Il s’aventure avec plaisir dans les failles et les contradictions de l’âme, entre idéalisme et libéralisme. Rebelle amoureux, son style sarcastique et élégant souligne les difficultés de s’identifier et de se réaliser dans cette société sans se trahir. Dans L’Amour et les forêts, il met en scène sa relation épistolaire avec une lectrice passionnée par son dernier roman. Bénédicte Ombredanne lui confie sa fascination pour ce texte qui représente un exutoire à un quotidien qui ne lui convient plus.

Un texte qui heurte, qui met en émoi et qui mérite un prix assurément.

Linda

Une réflexion sur “L’amour et les forêts

  1. Un récit poignant et émouvant. Je dirais même qu’il s’agit du combat terrifiant d’une femme intelligente, sensible, cultivée, que va vivre l’héroïne du livre : Bénédicte Ombredanne. Elle est victime d’une tragédie (harcèlement conjugal) que l’auteur va relater, grâce à sa fine et belle écriture. Un roman dépeint par Eric Reinhardt avec beaucoup de talent. Un livre qui fait réfléchir……. Une lecture que l’on n’oublie pas, une fois le livre posé……. On peut être réticent mais satisfait de l’avoir lu. J’ai aimé aller à la rencontre de Bénédicte Ombredanne. Pour ma part, l’auteur aurait cependant pu se passer de citer, à chaque instant le nom entier de l’héroïne (Bénédicte Ombredanne) ainsi que pour parler de sa soeur, (la jumelle de…. ). Mais, était-ce pour la ou les mettre un peu plus en valeur ? Un excellent ouvrage à lire.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.