Le chagrin des vivants – Anna Hope -Gallimard

hopeUn très beau premier roman ! Subtil et d’une grande délicatesse !

Anna Hope, d’origine anglaise nous conte trois destins, trois vies, trois portraits magnifiques de femmes de l’après-guerre.

Dans ce roman, vous allez  être plongés dans le Londres des années 20 et suivre durant cinq jours (cela se passe entre le 7 et le 11 novembre) le  parcours de trois femmes anglaises, trois héroïnes, de différents âges, qui essaient de se reconstruire après le drame de cette guerre 14-18, et tenter de reprendre goût à la vie.

« Dehors, la pluie tombe sans bruit, les feuilles en décomposition amortissent sa chute. Ada, allongée les yeux ouverts, pense à son fils. A l’endroit indéterminé où il gît en France et si là-bas il pleut. »(p.165)

Alors que l’armée britannique retourne sur les champs de bataille du nord de la France pour chercher le corps du soldat inconnu, ADA se remémore les derniers jours de son fils Michaël et ne peut accepter sa disparition. Elle croit l’apercevoir à tout moment : tantôt c’est cet homme qui marche de dos d’un pas pressé, ou dans les paroles de ce soldat, devenu colporteur…, puis HETTIE jeune danseuse qui vit au rythme des pistes de danse du Hammersmith Palais pour six pence la danse (même pas de quoi s’offrir une robe !). Elle aimerait bien trouver l’âme soeur mais parmi ce monde d’hommes détruits et bancals, c’est bien compliqué. Quant à EVELYN dont le fiancé a été tué, elle a choisi de travailler au Bureau des pensions de l’armée. Elle apporte son aide aux gueules cassées, en souvenir de son fiancé. Elle va devoir subvenir aux besoins de sa mère, au fonctionnement de la maison et au bien-être de son frère, revenu du front, un peu cabossé.

A quelques jours de la cérémonie, en l’honneur du soldat inconnu à Westminster Abbey, Anna Hope va décrire avec beaucoup de finesse et de talent, le silence, le désespoir des hommes revenus de 14-18 mais également  le quotidien de ces femmes meurtries, bien décidées à tourner la page pour revivre malgré de nombreuses questions qui restent sans réponse. Comment ces trois femmes qui ne se connaissent pas, qui ne se croisent pas, qui ne sont pas du même milieu, vont-elles vivre ce jeudi 11 novembre 1920, jour où le cercueil du soldat inconnu arrive à Londres ? Leur seul point commun, c’est d’avoir un mari, un fils, un frère, un amant, un fiancé tombés en France…

Au cours de cette lecture, nous sommes à la fois tous ces personnages :  Ada cette mère plongée dans le désarroi, Hettie, Evelyn, Robin l’unijambiste qui aime encore danser, le capitaine Montfort et Rowan Hind qui partagent un grand secret.

Un roman de qualité qui fait penser au prix Goncourt 2013, de Pierre Lemaître  « Au revoir là-haut ».

Un roman tourné vers la vie, vers la lumière !

Et puisque Hope en anglais signifie espérer ! Espérons que Anna nous réservera sans tarder, encore de belles surprises car ce premier roman est une pure merveille. Un livre qu’on ne lâche, une lecture vivement recommandée, un devoir de mémoire aussi.

Marie-Christine

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.