Station Eleven – Emily ST. JOHN MANDEL – Editions Rivages (littérature américaine)

station-eleven

REVELATION ETRANGERE 

lire_revue_logo « Depuis de nombreuses années (1975),  le magazine « LIRE » décerne « ses meilleurs » livres de l’année.  C’est au Grand Palais, que le 1er décembre, il a attribué ses palmes annuelles et selon le magazine « LIRE », celle du meilleur livre revient à Elena FERRANTE pour « LE NOUVEAU MONDE » qui a été désigné comme meilleur livre de l’année ……

Voici le  7ème livre parmi les 13 de la liste à suivre !   A la manière d’un calendrier de l’Avent, au cours de ces derniers jours de l’année 2016, vous aurez l’occasion de les découvrir sur ce blog.

Résumé : »La civilisation s’est effondrée suite à une pandémie. Une troupe itinérante propose du Shakespeare aux survivants, symbolisant l’espoir et l’humanité. L’existence de plusieurs personnages est liée à celle d’un acteur connu décédé sur scène la veille du cataclysme en jouant Le Roi Lear. Un illustré, Station Eleven, étrangement prémonitoire, se révèle un fil conducteur entre eux ». ©Electre 2016

Présentation : « Station Eleven Un soir d’hiver à l’Elgin Theatre de Toronto, le célèbre acteur Arthur Leander s’écroule sur scène, en pleine représentation du Roi Lear. Plus rien ne sera jamais comme avant. Dans un monde où la civilisation s’est effondrée, une troupe itinérante d’acteurs et de musiciens parcourt la région du lac Michigan et tente de préserver l’espoir en jouant du Shakespeare et du Beethoven. Ceux qui ont connu l’ancien monde l’évoquent avec nostalgie, alors que la nouvelle génération peine à se le représenter. De l’humanité ne subsistent plus que l’art et le souvenir. Peut-être l’essentiel. Entre l’avant et le présent, Station Eleven entrelace sur des décennies la destinée de personnages inoubliables. Élégie sur la condition humaine, ce livre à la construction vertigineuse envoûte le lecteur par sa puissance romanesque et émotionnelle. »

Le mot de Linda, libraire : « Un ouvrage qui permet de penser, de s’imaginer et d’espérer que l’Art sauvera le monde….L’art, la poésie, la littérature, la musique participent plus qu’on ne le pense à notre survie.

Une roman post-apocalyptique qui  vient  côtoyer, entre autres, l’un des meilleurs ouvrages du genre, tels que : « La route » de Cormac Mc Carthy.

Roman que Linda a adoré, roman qui est d’une grande douceur malgré son univers terrible. Et puis, Shakespeare…

Traduit par Gérard de Chergé. Editions Rivages (littérature américaine)
Roman évènement de la rentrée littéraire, finaliste du National Book Award aux Etats-Unis cette année.

Bonne lecture.

Marie-Christine

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.