La rose de Saragosse – Raphaël Jérusalmy – Editions Actes Sud

la rose de saragosseART ET INQUISITION

La rose de Saragosse est un très joli roman, très fort en même temps dans la mesure où il est construit sur fond historique.

L’Histoire justement : Nous sommes très exactement le 14 Septembre 1485, sous le règne de « Los Reyes Catolicos », Isabel et Ferdinand. 

Ils ont nommé à la tête de la terrible Inquisition Tomas de Torquemada avec le but  affiché de « chasser les hérétiques et les juifs ».

D’autres inquisiteurs sont sous ses ordres et, à Saragosse, l’un d’entre eux, le Père Arbuès est assassiné dans la cathédrale.

Torquemada n’a de cesse de faire régner la terreur et de retrouver l’assassin. Il faut chercher dans la population et plus particulièrement chez les « conversos », les juifs convertis au catholicisme mais qui ont conservé leur foi en secret.

Là commence le roman.  Un « familier » a été recruté, c’est-à-dire un mercenaire chargé d’enquêter. Il se nomme Angel de la Cruz, a un aspect loqueteux, il est brutal et est accompagné d’un méchant chien errant, le bien-nommé Cerbero. Il est aussi un artiste qui a beaucoup de talent pour le dessin.

Léa, est la fille d’un « converso », le noble Ménassé de Montessa. Elle aime les livres et l’art. Elle représente l’esprit d’indépendance.

C’est là qu’intervient la rébellion. On ne peut pas lutter contre Torquemada et ses sbires, contre les autodafés qui tuent férocement.

Seule, la gravure est un moyen de résister efficacement en affichant des « placards » qui sont des caricatures. Qui en est l’auteur ? Il y a un contraste entre cette gravure plutôt cruelle et la signature si fine, si belle :  une magnifique Rose…épineuse cependant.

Tous les personnages se croisent, ont leurs secrets, leurs faiblesses et c’est tout simplement magnifique.

RAPHAËL JÉRUSALMY a su parfaitement, sur fond historique très documenté, apporter, au milieu des horreurs, la force, l’amitié, l’amour aussi et la poésie avec ce grand cheval blanc, un peu mystérieux que l’on voit souvent passer à l’arrière-plan.

« Sur la naissance d’une rébellion qui puise ses armes dans la puissance d’évocation  -et l’art de faire parler les silences- de la gravure, « La rose de Saragosse » est un roman vif et dense, où le silence, la séduction et l’aventure exaltent la conquête de la liberté ». Très beau !

Marie-José/M.Christine

« La rose de Saragosse » 190 pages – Prix : 16.50€

Raphaël Jérusalmy a écrit « Sauver Mozart » (2012) – « La Confrérie des chasseurs de livres » (2013) – « Evacuation » (2017) – chez Actes Sud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.