Le chant de la pluie – Sue Hubbard – Éditions Mercure de France

LE CHANT DE LA PLUIELE CHANT DE LA PLUIE 

« Ferme les yeux, Martha, et attends que je te dise de les rouvrir ». Puis au détour d’un rivage, il dit : « Maintenant ». Devant eux, le ciel est en feu, rouge sang et or. Peu à peu il s’assombrit, devenant violet, puis noir, avant que la grande boule de feu ne tombe dans la mer. » (p.263)

Nous voilà en Irlande, dans un coin reculé, au bord des falaises de la côte ouest,  au cœur du Kerry, face à l’océan et des îles Skellig où se situe un refuge monastique. C’est dans cette nature sauvage et omniprésente, cet environnement magnifique que Sue Hubbard a décidé de nous emmener.

Martha Cassidy, enseignante anglaise, la cinquantaine, a quitté Londres et se retrouve exactement à Kaherciveen, ce petit village isolé, après la mort brutale de Brendan,  pour mettre de l’ordre dans le cottage ayant appartenu à son mari, où il venait souvent seul (peut-être ?) qu’elle débarque. Dans cette demeure humide, elle va se remémorer quelques épisodes de ces trente années passées, mais aussi découvrir qu’elle ne connaissait peut-être pas aussi bien Brendan, son mari défunt. Une solitude qui sera quelque peu bousculée par certains voisins dont un certain Eugène Riordan assez désagréable (un vieil ami d’enfance de son mari)  et qui essaiera de la courtiser ; il a de grandes idées de développement sur la campagne de Bolus Head, tandis que le plus proche voisin de Martha Cassidy, le sympathique Paddy O’Connell  éleveur, très courageux vit de sa production  et entretient la nature qui l’entoure. 

Vous aimerez beaucoup le jeune Colm au bonnet bleu, qui vit de son élevage, poète et philosophe à ses heures, qui écrit des poèmes, joueur de fiddle le soir dans les pubs,  pour lequel Martha a beaucoup d’estime et qui lui redonnera un peu de réconfort et le goût de vivre. Tout comme vous apprécierez Martha, cette femme humble et attentionnée aux gens du cru qui porte un regard très attentif sur l’ environnement de son cottage, comme le font tous ces jeunes garçons. Puis vous ferez la connaissance des absents qui étaient si chers à Martha, ses deux « B » disait-elle, Brendan et Bruno surtout, de cette perte profonde vécue en ces lieux dont Martha parle si bien, ravivant ainsi  de nombreux souvenirs. 

Un livre sublime plein d’humanité. Un livre magnifique,  très cinématographique. Une écriture vraiment agréable, un roman extrêmement bien écrit. Et si vous aimez l’ambiance irlandaise, les embruns, la pluie et l’odeur de la tourbe,  la bière et le whisky, ce livre vous ravira très certainement !.

Une très belle découverte.

Librairie Doucet/M. Christine
Critique d’art et poète dont l’oeuvre a été couronnée par de nombreux prix, Sue Hubbard est aussi romancière. Elle vit à Londres. Le Chant de la pluie, son troisième roman, est le premier traduit en français.

« Le chant de la pluie » – 284 pages – prix 23.80 € – (parution mai 2020) – Traduit de l’anglais par Antoine Bargel.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.