Reine de cœur – Akira Mizubayashi – Éditions Gallimard –

Roman poétique, musical et historique.

La librairie Doucet a le plaisir de recevoir

Akira MIZUBAYASHI

pour « REINE DE COEUR » samedi 2 juillet à 17 h

Akira Mizubayashi nous avait tout à la fois bouleversés et enchantés, malgré le contexte historique sur fond de guerre sino-japonaise avec « Âme brisée ». Il récidive avec « Reine de cœur » où à l’horreur de cette même guerre s’ajoutent celles de la Seconde Guerre Mondiale, faites pour briser les âmes, avec exodes, séparations, actes d’une monstrueuse cruauté, bombardements massifs, Hiroshima et Nagasaki…

C’est poignant, c’est émouvant jusqu’aux larmes, parce que c’est aussi et d’abord une belle histoire d’amour interrompue à peine ébauchée : celle de Jun, un jeune altiste japonais venu parfaire ses études à Paris au prestigieux Conservatoire de la rue de Rome et d’Anna, une jeune orpheline recueillie par son oncle, Fernand, un brave homme qui tient un bistrot et qu’elle aide de temps à autre pour le service. Parmi les clients il y a Jun qui vient déjeuner tous les jours…

Rattrapé par la guerre, Jun doit impérativement rentrer au Japon, pays désormais ennemi. Fernand ému par le désarroi des deux jeunes gens les prend en photo dans son bistrot, sous les applaudissements des clients comme s’ils étaient témoins d’un mariage. Cette photo lors de son embarquement sur le dernier bateau en partance pour le Japon depuis Marseille, il la déchire sur le quai, donne à Anna, « sa reine de coeur » la partie où il se trouve et garde l’autre dans le secret espoir de les réunir à nouveau à jour, après la guerre…

Cette photo sera très longtemps après reconstituée mais il faudra lire ce livre haletant, qu’on a du mal à quitter, pour découvrir comment… La musique est aussi omniprésente dans ce roman, mais cette fois ce n’est plus la tendresse inquiète de Schubert qui nous accompagne, mais les 8ème et 11ème symphonies de Chostakovitch, tonitruantes et dramatiques à l’image de l’époque qu’elles illustrent. Heureusement Mozart ou Bach apportent un peu de réconfort et de douceur, dans ce combat sans cesse répété entre la barbarie et l’humanité.

Ce roman poétique, musical et historique est un très beau livre qu’il faut absolument lire, et sans hésitation !

Librairie Doucet Le Mans/Hubert.

Écrivain et universitaire japonais, Akira Mizubayashi est l’auteur de plusieurs livres écrits en français, dont « Une langue venue d’ailleurs » prix littéraire Richelieu de la francophonie 2013, prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises 2011, prix littéraire de l’Asie (2011). Son dernier roman « Ame brisée », a reçu le prix des Libraires 2020 et est traduit en dix langues, dont le japonais. L’auteur s’est chargé lui-même de la traduction dans sa langue maternelle.

Reine de cœur 240 pages – prix : 19 € (parution : 10/03/22)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :