Et avec votre ESPRIT – Alexis Laipsker – Collection Pocket roman

« Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène ! » 

Retenez bien le nom de l’auteur, un auteur de polars qui vous embarque dès les premières pages ! Son premier roman se déroule dans le monde scientifique à Strasbourg. Un prix Nobel de chimie est retrouvé assassiné sauvagement, on lui a ôté son cerveau. (Alors, je rassure les lecteurs, la première scène est un peu « crash » mais après ça s’arrange !….) Puis quelques temps après, un peu partout en France vont également disparaître des grands professeurs, chacun des sommités dans leur domaine, des chercheurs importants. Ils vont disparaître pendant quelques jours de leur vie et quand ils reviennent, c’est comme s’ils avaient été lobotomisés. Ils ne se souviennent absolument pas de ce qui s’est passé et cela pose un problème car ce sont de grands chercheurs qui travaillent sur des projets importants. C’est très embêtant et il serait bon de savoir ce qui leur est arrivé ! Un enquêteur va mener l’enquête.

C’est rythmé, c’est documenté. C’est fluide. C’est passionnant !

L’auteur en profite pour nous raconter comment ça se passe dans le monde scientifique, de la recherche et les petites guéguerres entre chacun.

Un livre passionnant ! On apprend plein de choses, un polar où vous avancez avec l’enquêteur.

C’est un très chouette premier roman qui a été très remarqué et qui serait en cours d’adaptation pour une série. C’est un roman que l’on peut emmener partout, à la montagne, à la plage, à la maison…

Nathalie de la Librairie Doucet Le Mans/MC

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine, en compagnie de Quentin Benoît en cliquant ici ! (émission du 27 juillet)

….Et avec votre esprit – 461 pages – prix : 8.80 € (parution 04/03/21)

Commander le livre

Le serpent majuscule – Pierre Lemaître – Éditions Albin Michel –

DRÔLE, IMMORAL, RÉJOUISSANT !

Pierre Lemaître, prix Goncourt en 2013, pour « Au-revoir là haut » et est, comme son nom l’indique, un de nos maîtres du polar ! Marie-Adélaïde a adoré « Le serpent majuscule« .

Pierre Lemaître m’a enthousiasmée, émerveillée ! Bien évidemment « Au revoir là haut » EX-TRA-OR-DINAIRE ! Bien sûr, j’ai adoré !. Et si vous ne l’avez pas lu, lisez ses polars, c’est noir à souhait, c’est psychologique, ce sont des romans de société, excellents !

« Le serpent majuscule » c’est un texte jubilatoire comme je les aime. Un auteur, certes jeune qui n’a pas peur du politiquement correct. Il l’a à peine retouché pour nous le livrer, parce qu’il trouvait ça plus intéressant de nous le faire lire, comme ça, sans avoir des textes peut-être trop travaillés… Ça fait du bien de lire un polar qui ne se prend pas au sérieux, qui fait rire et qui est absolument abominableet qui tire à boulets rouges sur tout le monde-.

Alors, je vous présente Mathilde. Mathilde, on la retrouve sur une autoroute dans une vieille voiture. Elle a entre 65 et 70 ans. On voit que ça a été une très très jolie femme. Elle est parfaite ! Il fait chaud, elle transpire, elle a son chien derrière qui n’est pas sage, elle est dans les embouteillages, elle regarde tout le temps sa montre parce qu’elle est très très pressée. Elle arrive enfin à son rendez-vous près de l’avenue Foch, elle se gare, elle a de la chance, c’est tout près de l’endroit où elle veut aller. Elle s’adresse au chien : « sois sage ! ». Elle ouvre la boîte à gants et elle sort un énorme révolver avec un silencieux…. (et on ne va rien divulgâcher !). Mais là, ça commence très fort.

Parce que Mathilde, vous la voyez en mamie confiture (eh bien, pas tout à fait !) et on va rapidement se rendre compte que Mathilde est tueuse à gages. Ça remonte à une histoire très ancienne, à son travail dans la résistance avec le bel Henri, un amour impossible et inachevé. Elle est tueuse à gages, elle reçoit des missions, dans des cabines, façon agent secret. Elle a soi disant, une arme, une mission, un cadavre ! Ça c’est clair et net !. Sauf, que notre Mathilde, en vieillissant, elle perd un peu la boule, donc souvent, elle oublie de jeter les armes et elle en a partout chez elle. Et puis souvent, elle oublie la mission et alors là ! Des malentendus, vous allez en lire énormément.

C’est un régal, c’est un délice, ça va être jubilatoire jusqu’à la fin. Ne vous privez pas de rire, ce n’est pas compliqué. C’est une lecture facile et enjouée qui donne le sourire aux lèvres !

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet Le Mans/MC (émission sur France Bleu Maine de mardi 8 juin 2021)

« Le serpent majuscule » – 330 pages – prix : 20.90 € (parution : 12/05/21)

Commander le livre

Pierre Lemaître est né en 1951. Il est écrivain et scénariste français. Il reçoit le prix Goncourt en 2013 pour « Au revoir là-haut » et un César en 2018 pour l’adaptation de cette même œuvre. Aux éditions Albin Michel il a déjà publié : « Miroir de nos peines » (2020) – « Alex » (2011) – « Sacrifices » (2012) – « Au revoir là-haut » (2013) – « Trois jours et une vie » (2016) – « Couleurs de l’incendie » (2018) – puis « Travail soigné » Livre de poche (2006) – « Robe de Marié » Livre de poche (2010) – « Cadres noirs » livre de poche (2011) – « Rosy & John » (2014) – Livre de poche.

Une toute petite minute – Laurence Peyrin – Éditions Calmann-Lévy

« Avec le temps, vous verrez que parfois, ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on a, mais ce à quoi on renonce. » (L’Ombre du vent. Carlos Ruiz Zafón)

On démarre cette histoire avec un Nouvel An en 1995.

Incroyable cette toute petite minute, celle qui peut faire basculer le cours de votre vie. Il y a un « avant » , il y a un « après » et quand dans cet « après », vous allez reconstruire difficilement, lentement…

Je vous présente Madeline qui est le pur produit de la WASP, cette société américaine aisée. Elle habite à côté de Central Park, dans la 5ème Avenue. Elle ne manque de rien. Elle découvre un jour par les plus grands des hasards, une fille qui vit près du Bronx, elle s’appelle Estrella. C’est l’amitié. L’amitié pure, l’amitié envahissante de la part d’une adulte. Le 31 décembre, elles décident de passer le réveillon ensemble, avec des amis. Et là, c’est le drame ! Le lendemain matin, Madeline est arrêtée pour le meurtre d’Estrella. Elle avoue tout. Elle ne veut pas se défendre. Elle va passer 20 ans en prison. Elle refusera toutes les demandes de liberté. Elle va assumer jusqu’au bout, sans vouloir expliquer.

C’est un roman d’apprentissage écrit par une femme qui écrit beaucoup sur les États-Unis. Laurence Peyrin a été journaliste, elle ancre toujours ses romans dans la société américaine. Là, elle va nous parler de la vie des femmes en prison. Elle va nous parler de ces prisonnières à longues peines. Elle va nous emmener en compagnie de Madeline vingt ans après, quand elle va sortir.

Comment peut-on se reconstruire ? Avoue-t-on aux gens qu’on rencontre, qui ne vous connaissent pas, qu’on sort de 20 ans de prison pour meurtre ?

C’est très bien fait. C’est très attachant. Cela interpelle beaucoup !

En plus de cette description, on va quitter Manhattan, -vous imaginez qu’elle ne va pas s’installer là !– elle nous emmène cette fois-ci dans les dunes des Hamptons, du côté de New-York, cet endroit un peu cliché carte postale, sauf la ville de Montauk, qui a été baptisée comme ça, par les indiens algonquins qu’on appelait les natifs et qui habitaient là !

Et cet endroit au bout du monde, c’est peut-être l’endroit de la dernière chance où on peut enfin se reconstruire.

Un très joli texte, facile à lire, même si la thématique est dure, la lecture ne l’est pas ! C’est intéressant de se pencher sur les aventures et la vie de cette jeune Madeline.

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Laurence PEYRIN journaliste de presse écrite pendant 20 ans, elle se consacre depuis 2014 à l’écriture dont voici quelques titres : « Ma chérie » (Calmann-Levy-2019) – « Ted » (Editions de l’épée – 2019) – « Les jours brûlants » (Calmann-Levy 2020)

Ecoutez Marie-Adélaïde Dumont sur France Bleu Maine, en compagnie de Delphine Séveno en cliquant ici !

« Une toute petite minute » – 432 pages : prix : 20.90 € (parution 21 avril 2021)

L’inconnu de la poste – Florence Aubenas – Éditions de l’Olivier –

Une enquête indispensable

Dans son nouvel ouvrage « L’inconnu de la poste » Florence Aubenas nous raconte avant tout l’histoire de Catherine Burgod, une femme enceinte de cinq mois, assassinée de vingt-huit coups de couteaux, par un matin d’hiver, sur son lieu de travail, en décembre 2008, dans son minuscule bureau de poste, cela pour une somme modique (entre 1 400 et 3 000 €), dans le petit village de Montréal-la-Cluze, non loin d’Oyonnax (Ain).

L’enquête menée s’éternise. Les gendarmes s’enlisent. Aucun des tests ADN ne correspond aux gens du village, même pas à l’accusé. D’une conversation au cimetière, avec le suspect numéro 1, vu mimant le meurtre sur la tombe de la défunte, que deux habitantes de la commune auraient fait parler, des témoins peu fiables, on fonce quand même et on monte un dossier ! Dans cette affaire, on y rencontre des avocats connus, des stars, des magistrats.

Florence Aubenas va détailler toute la vie du village qui est bouleversée par ce drame. Tout y passe, les gens, les lieux, les ambiances. Dix ans d’enquête passe ! On n’est pas loin du fiasco.

Le coupable ? Qui est-il vraiment ? Un certain Gérald Thomassin qui parle à tort et à travers et autour duquel l’étau se resserre. Un acteur déchu, césarisé, toujours une cannette de bière à la main ! Il est bizarre et il est présent dans le village au moment des faits. Il habite juste en face de la Poste, le lieu du crime. C’est forcément lui le coupable idéal ! Mais il y a aussi Tintin, Rambouille, des copains paumés, aux destins brisés.

Puis il y a ce père, Raymond Burgod, une figure locale, secrétaire de mairie de la commune, fou de douleur qui aimerait que l’affaire avance et que la vérité éclate. Alors qu’on attend Gérald Thomassin au Tribunal, il disparaît dans la nature, du côté de Nantes. ll s’est volatilisé (entre Rochefort et Nantes) après avoir pris le train pour s’y rendre. Et aujourd’hui, des suspects, aucune preuve et le « mystère Thomassin » disparu des radars. Est-il coupable ? Protège-t-il un complice ? Qu’est-il devenu ?

C’est avec un immense talent que Florence Aubenas nous raconte ce fait divers sordide, dans une petite commune de l’Ain. Une enquête qui se lit vraiment comme un roman policier. Cette affaire, c’est aussi celle d’un village de montagne où les rumeurs vont bon train, celle des non-dits et des rancœurs…Elle nous livre ce thriller sur l’affaire Catherine Burgod, une enquête qu’elle a menée pendant de longues années. Une histoire vraie qui nous captive et qui retient l’attention du lecteur. Et, on ne lâche pas le livre !.

Librairie Doucet Le Mans/M. Christine

L’inconnu de la poste – 237 pages – prix : 19€

Florence Aubenas est grand report au journal Le Monde. Elle a notamment publié « La Méprise : l’affaire d’Outreau«  (Seuil 2005) et le « Quai de Ouistreham » (L’Olivier, 2010) qui a connu un immense succès et redéfini la notion de journalisme d’immersion.

Les enfants sont rois – Delphine de Vigan – Éditions Gallimard –

PLONGÉE GLAÇANTE DANS UN AUTRE MONDE

« LES ENFANTS SONT ROIS » sorti chez Gallimard

.

Marie-Adélaïde, vous avez jeté votre dévolu sur le tout dernier livre de

Delphine de VIGAN

Racontez-nous, Marie-Adélaïde !

– Alors, jeté mon dévolu, c’est tout à fait ça ! Je l’ai dévoré, je l’ai lu, tout d’une traite. Delphine de VIGAN, on la connaît. Elle n’a pas son pareil pour analyser, décortiquer nos familles un peu toxiques, ces histoires compliquées.

Elle signe ici un roman qui nous amène des années 2010 aux années 2031, très précisément. Entre roman psychologique et thriller. Nous allons croiser, au démarrage de cette histoire, deux jeunes femmes : Mélanie, elle vit à la Roche-sur-Yon. Elle est passionnée par la téléréalité. Nous sommes en plein dans les années Loft Story et elle est épatée d’admiration devant Loana. Elle n’a qu’une envie, c’est de tenter sa chance. Quant à Clara, elle vit à Paris, elle est la fille de deux professeurs qui sont résolument contre cette médiatisation, donc elle regarde Loft Story plutôt en douce et en cachette. Elles sont très différentes dans la façon de se comporter, de s’habiller. Vraiment, tous les oppose. On va les retrouver dix ans plus tard dans des conditions dramatiques. Mélanie a essayé de tenter sa chance, elle n’a pas réussi. Elle est arrivée à Paris. Elle a épousé un homme qu’elle a rencontré sur les réseaux sociaux. Elle a deux enfants, un garçon et une petite fille, ils ont 3 et 5 ans, comme ça on les connaît !. Et elle va utiliser ces réseaux sociaux avec le concours de son mari. Elle va créer une chaîne You Tube et elle va mettre en avant, tous les jours, à chaque instant, dans leur moment de consommation, leurs jeux, ses deux enfants. Cette chaîne qui s’appelle Happy Récré est un véritable succès. Toute la famille, va devenir, ce qu’on appelle aujourd’hui, des influenceurs. Sauf que nos deux jeunes femmes vont se croiser parce que Clara, est devenue policière, toute petite femme qui compense sa petite taille par une énergie et une autorité naturelles et Clara est appelée parce que la fille de Mélanie a été enlevée alors qu’elle jouait devant sa maison.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Une mauvaise rencontre ? Une mise en scène ? Une exploitation excessive des enfants ?.

Ce roman fait réfléchir sur la dérive actuelle, sur cette recherche de célébrité, sur ces réseaux sociaux à outrance, sur l’excès de consommation puisque derrière tout ça, en dehors de cette fausse célébrité, de ce miroir aux alouettes, il y a beaucoup d’argent ! Beaucoup d’argent qui rentre en ligne de compte parce que vous vous faites acheter, parce que vous perdez votre âme, parce que vous vendez au plus offrant. C’est très fort ! C’est un peu angoissant ! Et on se demande qui va payer l’addition ? Est-ce qu’on a le droit de manipuler ses enfants ? De les exposer ? De les mettre en avant ? Je pense que rien n’est anodin.

Ce livre fait réfléchir, ce livre est très bien fait. Il se dévore, c’est littéralement le mot et vraiment on suit l’histoire de ces deux femmes, qu’à priori, tout oppose mais qui vont toutes les deux réfléchir à la manipulation de notre image et à la divulgation de celle-ci.

Marie-Adélaïde/MC

Écoutez Marie-Adélaïde sur France Bleu Maine en compagnie de Delphine Séveno, en cliquant ici ! (émission du 16 mars)

LES ENFANTS SONT ROIS – 352 pages – prix : 20 €

Delphine de Vigan est romancière, scénariste et réalisatrice. Elle a publié une dizaine de romans, dont  « Jours sans faim » (2001) – « Les Jolis Garçons » (2005) – « Un soir de décembre » (2005) – « No et moi » (2007)- « Sous le manteau » (2008 )- « Les Heures souterraines » (2009)- « Rien ne s’oppose à la nuit » (2011) – « D’après une histoire vraie » (2015) prix Renaudot et prix Goncourt des lycéens.- « Les Loyautés » (2015) – « Les Gratitudes » (2019)

Histoires de la nuit – Laurent Mauvignier – Éditions de Minuit –

Un huis clos mené d’une main de maître !

« La Bassée », un endroit que Laurent Mauvignier connaît bien, un lieu qui n’est pas complètement imaginaire et qui revient dans plusieurs de ses livres. « La Bassée » est un hameau constitué de trois maisons, au milieu de nulle part, à la campagne. Deux des maisons sont occupées, la troisième inhabitée est à louer. Dans la première habitation, vit le couple Bergogne, Marion et Patrice, un gars du coin et leur fille Ida (la fille de Marion). Lui, est plutôt taiseux, un peu bourru mais attentionné et patient. Il est agriculteur. Marion travaille à la ville, dans une imprimerie. La seconde maison est habitée par Christine, une femme artiste-peintre, à la retraite qu’Ida appelle « Tatie ». C’est le jour anniversaire de Marion et ce soir on fête ses quarante ans ! Christine est chargée de faire des pâtisseries, deux collègues de Marion sont invitées juste pour le dessert. Ida, est chargée au retour de l’école, de s’occuper de la décoration de la maison avec Patrice. Ida, a réalisé une jolie peinture avec l’aide de Christine. L’après-midi, Patrice se rend à la ville, pour acheter un cadeau d’anniversaire mais il s’est laissé tenter par une prostituée. Le temps passe ! Il faut rentrer ! Il y a quelques kilomètres à parcourir. Un problème sur la route : c’est une crevaison ! Mince ! Ida sera déjà rentrée de l’école. Effectivement, Ida arrive chez elle, une voiture inconnue dans la cour, c’est plutôt bizarre ! Christine n’est pas là ! Pas de lumière ! Personne ne répond à ses appels. Que se passe-t-il ? C’est étrange, même la voiture de Patrice n’est pas là ! Ida se rendra dans l’étable où elle pense retrouver Patrice….Mais n’en disons pas plus, ne dévoilons rien d’autre, c’est à vous de lire la suite et vous verrez.

Habituellement dans ce hameau, il ne se passe rien ! A quelques heures de la fête, des inconnus rôdent autour de « La Bassée ». L’apparente tranquillité va basculer le soir des quarante ans de Marion. Un piège dans lequel chacun va tomber, tour à tour. Christine d’abord, puis Ida, Patrice puis Marion. Une véritable souricière !

C’est une tragédie, presque antique !

Au fil des pages, chapitre après chapitre on lit ce livre en apnée d’un bout à l’autre, au fur et à mesure des révélations. Un livre captivant, haletant ! Un livre saisissant ! Une intrigue, du suspense qui s’étale sur 634 pages, un livre que vous ne lâcherez pas !

Il y aurait beaucoup à dire, mais le mieux c’est que vous lisiez ce huis-clos glaçant, où le passé ressurgit. Un livre très cinématographique.

Lu et conseillé par Nathalie

Librairie Doucet/M.Christine

Histoires de la nuit – 634 pages – prix : 24 € – (parution 3/9/2020)

Laurent Mauvignier né en 1967 a écrit son premier roman en 1999, « Loin d’eux », publié toujours dans la même maison d’édition « Les Editions de Minuit » – « Apprendre à finir » (2000) -« Ceux d’à côté » (2002) – « Seuls » (2004) –« Le Lien » (2005) – « Dans la foule » (2006) – « Des hommes » (2009) – « Ce que j’appelle oubli » (2011) – « Autour du monde » (2014) – « Retour à Berratham » (2015) – « Continuer » (2016) – « Une légère blessure » (2016) théâtre. Il a obtenu de nombreux prix Fénéon en 2000, du Livre Inter (2001), du roman Fnac (2006), prix des Libraires (2010), prix Amerigo-Vespucci (2014)


Hors piste – Allie Reynolds – Éditions Calmann-Levy (noir)

JE LEUR AI CACHÉ LA VÉRITÉ – PERSONNE NE DOIT SAVOIR

Je vais vous emmener faire du ski, du snowboard ! Mettez votre tenue, n’oubliez pas votre bonnet, votre petite laine et votre masque ! Prenez votre planche et montons très très haut, sur un glacier, dans les Alpes françaises. Tout cela, c’est ce qu’on n’a plus le droit de faire !. Ce livre est une vraie évasion ! Je me suis régalée ! Lu en une journée, gros coup de cœur, je voulais vous le présenter aujourd’hui !

C’est écrit, et ça il faut le dire, par une ancienne championne de snowboard. Ce sport, est un sport assez récent où tous les jeunes qui ont participé –pour figurer aux jeux olympiques– ont inventé des figures, prenaient des risques extraordinaires.

L’histoire commence de nos jours. Notre narratrice, Mila est une ancienne championne de snowboard. Elle a raccroché sa planche, elle est passée à autre chose, mais ça a été sa vie pendant plusieurs saisons, des petits boulots pour pouvoir passer cinq mois l’hiver, à s’entraîner, s’entraîner et gagner. Mila reçoit un mail pour l’inviter dans ce fameux refuge de très haute montagne où elle a passé sa dernière saison de ski. Elle est à la fois très heureuse de retrouver les anciens membres du groupe mais très inquiète. Ils étaient six, trois garçons, trois filles. Et, à la fin de cette saison Saskia, l’une des filles a disparu, ça fait dix ans. Aujourd’hui, le glacier n’a toujours pas rendu le corps et elle est enfin déclarée morte. Qui l’a tuée ? Arrivent au rendez-vous, dans ce fameux refuge, les cinq autres qui ont tous quelque chose à se reprocher. Alors qu’ils croyaient retrouver un week-end sympathique, ça va être un piège diabolique. Tous les éléments sont contre eux, du mauvais temps aux surprises, au drame. L’assassin est forcément sur place, parmi eux ?. Est-ce qu’il veut les tuer ? Est-ce qu’il veut avoir leur propre version du crime ?

C’est palpitant ! C’est un huis-clos sous la neige ! C’est un vrai thriller mais avec une ambiance très particulière. Cette ambiance de ski, ces allers-retours entre aujourd’hui et il y a dix ans. Et vous allez voir au bout du compte que tout le monde avait eu des bonnes raisons de tuer Saskia !… Mais qui l’a fait ?

C’est passionnant, c’est génial. C’est à la fois pour jeunes et moins jeunes. C’est très prenant et c’est vraiment vécu de l’intérieur par le fait que cette auteure, Allie Reynolds, était une grande championne de snowboard. »

Marie-Adélaïde/MC

Ecoutez Marie-Adélaïde sur France Bleu Maine en compagnie de Delphine Séveno. en cliquant ici !

HORS PISTE – 464 pages – prix : 21.90 €

Commander mon livre

Toute la violence des hommes – Paul Colize – HC éditions Hervé Chopin – prix du Polar Michel Lebrun 2020 –

Bravo à Paul Colize, lauréat 2020 du prix du polar Michel Lebrun !

Une belle récompense. Beaucoup d’auteurs très connus, l’ont lu avant nous

. Paul Colize a eu plusieurs idées pour écrire ce roman noir, ce roman psychologique. Tout d’abord la guerre de Serbie avec ses drames, avec ses violences, avec les exactions et surtout les traumatismes qui en ont découlé. Ensuite, les graffs, le Street Art, ces hommes et ces femmes qui montent sur les murs et qui vont crier leurs haines, leurs souffrances ou la beauté de ce qu’ils veulent décrire et enfin, troisième idée qui était cette fois spécifique à la Belgique, la responsabilité des actes. Un psychologue doit déterminer si vous êtes jugés non responsables, passibles d’un enfermement à vie en milieu psychiatrique ou si vous êtes redevables devant la justice.

A ce moment là, à vous chers lecteurs, de tirer les fils de cette énigme, pour prendre une décision : coupable ou non coupable ?.

« Entre Bruxelles et Vukovar, Paul Colize recompose l’histoire. Au-delà de l’enquête, c’est dans les replis les plus noirs de la mémoire, à travers les dédales de la psychologie et la subtilité des relations humaines qu’il construit son intrigue. »

Paul Colize est né à Bruxelles d’un père Belge et d’une mère polonaise. Ses polars à l’écriture aiguisée et au rythme singulier, sont ancrés dans le réel et flirtent avec la littérature générale. Son œuvre (« Back up », « Un long moment de silence », « Concerto pour quatre mains ») a été récompensée par de nombreuses distinctions littéraires dont le prix Saint-Maur en poche, le prix Landerneau, le prix Polar pourpres, le prix Arsène Lupin et le prix Sang d’encre des lecteurs. »

Conseillé et recommandé par Marie-Adélaïde que vous pouvez écouter sur la page facebook de la librairie Doucet en cliquant ici ! (Jour 12)

Toute la violence des hommes – 317 pages – prix : 19 € (publié le 5/03/20)

LE MYSTÈRE SHERLOCK – J. M. ERRE – Éditions Pocket –

LE MYSTERE SHERLOCK

PARTEZ À LA MONTAGNE !

PASSEZ QUATRE JOURS À MEIRINGEN EN SUISSE !

ESSAYEZ DE RÉSOUDRE LE MYSTÈRE SHERLOK – ENQUÊTE ET SUSPENSE GARANTI !

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d’entre eux devait être nommé titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…

Le mystère Sherlock

Hommage à Sherlock Holmes et à Agatha Christie, rebondissements, suspense et humour (anglais) : « Élémentaire, mon cher Watson ! ». « Déjanté, vivifiant comme une rafale montagnarde »(ELLE)

De l’humour, du suspense, des jeux de mots et de la dérision….C’est hilarant !. Un remède efficace pour lutter contre la déprime ambiante !

LE MYSTÈRE Sherlock – 260 pages – prix : 6.95 €

LIBRAIRIE DOUCET/MC

Impact – Olivier Norek – Éditions Michel Lafon

UN ROMAN COUP DE COEUR ! UN LIVRE COUP DE POING !

IMPACT un polar signé OLIVIER NOREK que Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet du centre ville du Mans, tient à nous présenter ! Un thriller mais aussi un roman engagé qui nous fait réfléchir ! On peut parler d’un thriller hors normes ?

MAD : Incroyable, ce roman ! OLIVIER NOREK, on l’aime beaucoup, on le connaît. C’est un policier. Il a commencé par trois romans sur sa vie de flic dans le « 93 » et il a ce talent, c’est-à-dire qu’il prend des risques. Il change de genre, il nous propose des romans à chaque fois différents. Il avait déjà abordé la vie sociale avec un roman sur la migration avec « Entre deux Mondes » et cette fois-ci, il nous a concocté un roman policier écologique aussi intense que vrai sur les problèmes qui vont rapidement nous dépasser. Aujourd’hui, on peut trouver dans certains pays du Tiers Monde des problèmes d’eau, des problèmes d’air pollué, de rivières empoisonnées et tout cela se rapproche dangereusement de nous ! Que va-t-il se passer quand un homme devient un justicier ? Il va obtenir réparation. Il va pour cela employer des moyens totalement illégaux. Est-il coupable ? Ou est-il innocent puisqu’il œuvre pour le bien-être de la planète de monsieur et madame tout le monde ? Les scènes sont fortes, les scènes sont engageantes et on va voir comment un flic et une jeune femme psychologue, profileuse exactement de métier, vont devoir assumer, assumer leurs choix. Pour ou contre Virgil Solal ? – Pour ou contre les agissements ?. – On ne parle pas d’un livre dans la douceur. Il y a un meurtre. Il y a les prises d’otages mais il n’est pas question d’enrichissement personnel. Tout ça, est fait pour que notre planète, notre terre arrête de tourner de travers, pour que, enfin les grosses sociétés réagissent et changent leur transition énergétique, que ce ne soit pas un vain mot. Ce livre fait réfléchir. Ce livre nous amène à nous poser des questions et nous embarque dans un univers qui vous laissera pantois de la première à la dernière page.

Fabien Obric : Ensuite, cet enquêteur, Virgil Solal dont vous avez cité son nom, et dans son livre, Olivier Norek balance carrément, il parle du PDG de TOTAL, il parle de BNP Paribas, il cite des entreprises, il y va carrément !….

MAD : Il y va carrément ! C’est pour ça que ce livre nous impacte autant comme son titre l’indique !. Parce que ce n’est pas dans un monde complètement virtuel ! Ce n’est pas le pays des Bisounours !. C’est notre monde ! Ce sont les grosses sociétés autour de nous, du CAC 40 ! Sociétés qui ne vont pas assez vite, dans cette fameuse transition, qui sont encore aux énergies fossiles et qui finalement empoisonnent la vie et la santé de tous les concitoyens. Alors, OUI, ces méthodes sont totalement illégales. OUI, c’est un criminel et est-ce que cela en fait un coupable aux yeux de tous et de la justice. La question est très très intéressante et une des parties de ce livre qui est fabuleux, c’est le procès de Virgil Solal.

Voilà ! C’est à suivre dans « IMPACT », un polar tout à fait singulier, très original, sur fond d’écologie et de protection de la planète et c’est signé OLIVIER NOREK !

Marie-Adélaïde/MC.

Écoutez Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet en compagnie de Fabien OBRIC, sur France Bleu Maine, en cliquant ici !

IMPACT – 368 pages – prix : 19.95 € – (parution le 22/10/20)