Zouleikha ouvre les yeux – Gouzel Iakhina – Editions Noir sur Blanc

ZOULEIKAZOULEIKHA OUVRE LES YEUX

SUPERBE PORTRAIT DE FEMME TATARE PAR UNE EBLOUISSANTE ECRIVAINE TATARE 

L’histoire débute dans les années 1930 au Tatarstan, au cœur de la Russie. Zouleikha, l’héroïne de ce roman est née dans un village et n’a jamais vu Kazan, la ville principale.

Elle a été mariée très jeune à un homme beaucoup plus âgé dont elle subit le joug ainsi que celui de sa belle-mère, bien pire encore. La religion musulmane lui impose des règles, certes, mais c’est surtout la place et le rôle de la femme qui sont racontés ici, femme qui n’est bonne qu’à travailler et servir. 

Tout ce début évoque la dureté d’une vie et c’est d’une force incroyable.

C’est l’époque de la dékoulakisation voulue par Staline. Le mari de Zouleikha est tué et la famille, comme celle de beaucoup de villageois est expropriée, réduite à la misère.

Ils sont aussi tous déportés vers la Sibérie. On dit « déplacés », cela paraît moins rude !! Le voyage dure des mois, sous les ordres du commandant Ivan Ignatov. C’est lui qui a tué le mari mais, il y a en lui une humanité, un sens de la justice qui donnent de l’espoir à tous ces gens en exil, qu’ils soient paysans, intellectuels, chrétiens, musulmans ou athées.

A eux tous, ils vont établir une colonie au bord de la rivière Angara.

Zouleikha était enceinte de son mari après la mort de ses quatre premières filles. Elle met au monde un garçon, Youssov. Elle trouvera également l’amour. Peut-elle cependant atteindre le bonheur après tout ce qu’elle a vécu et toutes les menaces qui pèsent ?

Un style assez cinématographique qui donne encore plus de force à l’action, de la vivacité au drame mais aussi à l’amour et à la tendresse, cela en plein enfer.

 Un grand coup de cœur de la rentrée littéraire. Un très beau roman et de la littérature. 

Marie-José/M-Christine

Texte restitué et traduit du russe par Maud Mabillard – 464 pages – Prix : 24 €uros.

Gouzel Iakhina est née à Kazan, au Tatarstan (Russie). Il s’agit ici de son premier roman, best-seller en Russie dès sa parution en 2015. Il a obtenu de nombreux prix. Prix Transfuge 2017 du meilleur roman russe. Il est traduit en plus de vingt langues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.