Café Vivre. Chroniques en passant- Chantal Thomas – Éditions Seuil Fiction & Cie –

Café vivre« Café Vivre ». « Chroniques en passant » une belle aventure à vivre aux côtés de Chantal Thomas ! 

Entre 2014 et 2018, la romancière et essayiste, Chantal Thomas, a écrit durant quatre années, hors périodes estivales, une chronique par mois, qu’elle a fait paraître dans le quotidien Sud-Ouest. Aujourd’hui, elle nous offre  ce « Café Vivre » avec comme sous-titre « Chroniques en passant« , à lire comme un journal de voyage ! C’est à Kyoto que l’écrivaine voyageuse a vu cette enseigne parmi des panneaux indéchiffrables… Elle nous emmène du côté de Bordeaux et plus loin,  on l’y retrouve, dans sa maison de famille, dans ce bassin d’Arcachon et son air iodé qu’elle respirait, lors de son enfance, un lieu vers lequel elle revient souvent, en ayant hérité, dit-elle, « l’essentiel » : « son esprit de vacances ».

Dans « Café Vivre », elle y parle des cafés du monde entier, de musique, d’expositions,  de la peinture du japonais Hokusai « le fou de la peinture » côtoyant celles de David Hockney, l’artiste américain, de ses chers Sade et Casanova, de Pierre Loti, de Roland Barthes pour qui son quotidien parisien ne dépassait guère le quartier du Luxembourg, Saint-Sulpice et Saint-Germain des Prés.

Quelques passages truculents sur le bain des femmes qui, au XVIIIè siècle, en sont exclues, car « Femme qui nage serait bien capable de prendre le large ». Elle nous fait rencontrer Bernardin de St Pierre (Paul et Virginie dont l’héroïne se noie, refusant par pudeur de se déshabiller). Seules, celles qui sont diagnostiquées épileptiques ou enragées ont droit à la baignade… Elle nous entraîne auprès de Richelieu (pas le Cardinal, mais son petit-neveu le Maréchal, l’ami de Voltaire)  à qui on impose le mariage avec Catherine de Noailles. Préférant les dessous des autres femmes et n’assurant pas son devoir conjugal, son père le fait embastiller !… Sur les pas de Voltaire, à la suite de Diderot lors de son voyage en Russie (1773) à Saint Pétersbourg, auprès de l’Impératrice Catherine II, sa protectrice…

De Kyoto à New-York en passant par Paris….., Chantal Thomas nous entraîne jusqu’aux chutes d’Iguazú (qui signifie « grandes eaux ») et ses 275 cascades, à la frontière du Brésil et de l’ Argentine, lui évoquant les « grandes eaux » de Versailles et nous voilà partis sur les lieux…, puis à Paris, aux côtés d’Ernest Hemingway et son livre « Paris est une fête »… « Café Vivre. Chroniques en passant » est aussi un clin d’œil, un  hommage à Nicolas Bouvier, à sa manière de contempler, de capturer les moments forts.

En remontant le temps, en compagnie de Chantal Thomas, on ne s’ennuie pas ! C’est un joli voyage que nous parcourons ! Elle a le sens du détail. On apprend mille choses. Elle a un talent d’observatrice, de conteuse. Érudite, elle a aussi beaucoup d’humour. Chantal Thomas nous invite en terrasse, dans ce Café Vivre pour partager ce bonheur de Vivre, ce bonheur de liberté, ce bonheur de rêvasser, de méditer. Tout en mesurant la fuite du temps qui passe, c’est aussi un bon moment de réflexion qu’elle nous propose. C’est sans regret, sans nostalgie qu’elle nous fait vivre ces moments passés. Et on se dit : qu’elle chance elle a eue, Chantal Thomas, de vivre tout cela !…

Librairie Doucet/Marie-Christine

Chantal Thomas, romancière et essayiste a été révélée au grand public en 2002 avec « Les Adieux à la Reine » (pris Femina) dont l’adaptation au cinéma a été récompensée par le prix Louis-Delluc. « Souvenirs de la marée basse » (2017) a eu également son succès. Son dernier livre paru au Seuil « East Village Blues » a été publié en 2019. L’ensemble de son oeuvre romanesque a été traduite dans de nombreux pays. En 2014, Chantal Thomas a reçu le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres pour l’ensemble de son oeuvre ainsi que le prix Roger Caillois en littérature française.

« Café Vivre. Chroniques en passant »– 208 pages – Prix : 17 € (paru le 28 mai 2020) – numérique : 12 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.