Une toute petite minute – Laurence Peyrin – Éditions Calmann-Lévy

« Avec le temps, vous verrez que parfois, ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on a, mais ce à quoi on renonce. » (L’Ombre du vent. Carlos Ruiz Zafón)

On démarre cette histoire avec un Nouvel An en 1995.

Incroyable cette toute petite minute, celle qui peut faire basculer le cours de votre vie. Il y a un « avant » , il y a un « après » et quand dans cet « après », vous allez reconstruire difficilement, lentement…

Je vous présente Madeline qui est le pur produit de la WASP, cette société américaine aisée. Elle habite à côté de Central Park, dans la 5ème Avenue. Elle ne manque de rien. Elle découvre un jour par les plus grands des hasards, une fille qui vit près du Bronx, elle s’appelle Estrella. C’est l’amitié. L’amitié pure, l’amitié envahissante de la part d’une adulte. Le 31 décembre, elles décident de passer le réveillon ensemble, avec des amis. Et là, c’est le drame ! Le lendemain matin, Madeline est arrêtée pour le meurtre d’Estrella. Elle avoue tout. Elle ne veut pas se défendre. Elle va passer 20 ans en prison. Elle refusera toutes les demandes de liberté. Elle va assumer jusqu’au bout, sans vouloir expliquer.

C’est un roman d’apprentissage écrit par une femme qui écrit beaucoup sur les États-Unis. Laurence Peyrin a été journaliste, elle ancre toujours ses romans dans la société américaine. Là, elle va nous parler de la vie des femmes en prison. Elle va nous parler de ces prisonnières à longues peines. Elle va nous emmener en compagnie de Madeline vingt ans après, quand elle va sortir.

Comment peut-on se reconstruire ? Avoue-t-on aux gens qu’on rencontre, qui ne vous connaissent pas, qu’on sort de 20 ans de prison pour meurtre ?

C’est très bien fait. C’est très attachant. Cela interpelle beaucoup !

En plus de cette description, on va quitter Manhattan, -vous imaginez qu’elle ne va pas s’installer là !– elle nous emmène cette fois-ci dans les dunes des Hamptons, du côté de New-York, cet endroit un peu cliché carte postale, sauf la ville de Montauk, qui a été baptisée comme ça, par les indiens algonquins qu’on appelait les natifs et qui habitaient là !

Et cet endroit au bout du monde, c’est peut-être l’endroit de la dernière chance où on peut enfin se reconstruire.

Un très joli texte, facile à lire, même si la thématique est dure, la lecture ne l’est pas ! C’est intéressant de se pencher sur les aventures et la vie de cette jeune Madeline.

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet Le Mans/M. Christine

Laurence PEYRIN journaliste de presse écrite pendant 20 ans, elle se consacre depuis 2014 à l’écriture dont voici quelques titres : « Ma chérie » (Calmann-Levy-2019) – « Ted » (Editions de l’épée – 2019) – « Les jours brûlants » (Calmann-Levy 2020)

Ecoutez Marie-Adélaïde Dumont sur France Bleu Maine, en compagnie de Delphine Séveno en cliquant ici !

« Une toute petite minute » – 432 pages : prix : 20.90 € (parution 21 avril 2021)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.