Une sortie honorable – Éric Vuillard – Éditions Actes Sud –

L’INDOCHINE, LA GUERRE ET LES HOMMES

Extrait : « Il faut voyager » écrivait Montaigne. « Cela rend modeste », ajoute Flaubert. On voyage pour changer, non de lieu, mais d’idées », renchérissait Taine. Et si c’était tout le contraire. Dans un guide de voyage sur l’Indochine de 1923, après une page de publicité pour la maison Ridet & Cie, armurier au centre de Hanoi, fournissant « armes et munitions de chasse et de guerre, tous accessoires pour chasseurs et touristes, pistolets automatiques ou carabines », avant même que ne soit évoqué « la partie la plus pittoresque du Haut-Tonkin où se trouvent quantité de curiosités naturelles », on tombe sur un petit lexique, manuel de conversation à l’usage des vacanciers, dont voici en français les premiers rudiments : « va chercher un pousse, va vite, va doucement, tourne à droite, tourne à gauche, retourne en arrière, relève la capote, baisse la capote, attends-moi là un moment, conduis-moi, au commissariat, à la concession ». C’était le vocabulaire de base du touriste français en Indochine. »

4ème de couverture : – « Et si je vous en donnais deux ?, lui lança-t-il. – Deux quoi ?, répondit le ministre français, interloqué, incapable de faire le lien entre la conversation diplomatique, somme toute assez classique qu’il menait à propos de Dièn Bièn Phu, et cette question à la tournure tout à fait saugrenue. « Deux bombes atomiques… », précisa le secrétaire d’État américain. » (E.V.)

Sur la photo en première de couverture, un couple de quinquagénaires sereins et d’apparence élégante et chic, ce sont Jacqueline et Christian Marie Ferdinand de La Croix de Castries, le 11 septembre 1954, quelques mois avant la déroute, à Dien Bien Phu, des troupes françaises sous le commandement même du général de La Croix de Castries. Et si c’était une illusion, si c’était un leurre ! En compagnie d’Éric Vuillard, lisez et analysez ce texte qui en dit long !… Éric Vuillard excelle dans sa concision et son habileté pour retracer l’implacable et tragique déroulement des évènements, puis avec habileté, en une phrase il épingle ces têtes d’hommes politiques et militaires de l’époque, avides d’argent, roublards et sans scrupules.

Un livre fascinant et formidablement documenté par l’auteur, Eric Vuillard. Mieux qu’un livre d’histoire pour nous expliquer cette fois-ci, la guerre d’Indochine, ce pan de l’Histoire de France (sous la IVème République) qui ne nous a pas forcément été transmise ni même suggérée et qu’Éric Vuillard réussit à nous éclairer en à peine 200 pages !

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/M-Christine.

Écrivain et cinéaste, né à Lyon, Eric Vuillard a reçu le prix Goncourt pour « L’ordre du jour » (2017). Son dernier livre, « La guerre des pauvres » a été finaliste de l’International Booker Prize. Son œuvre est traduite dans quarante langues.

LIBRAIRIE DOUCET LE MANS/MChristine.

Une sortie honorable – 200 pages – prix : 18.50 € – (parution Janvier 2022)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :