Le grand marin – Catherine Poulain – Editions L’Olivier

        Embarquement immédiat pour « Le grand marin » !

le grand marinIl s’agit d’un récit autobiographique et d’un premier roman pour Catherine Poulain, déjà en lice pour le prix Ouest-France, aux Etonnants voyageurs de Saint-Malo, le 14 mai prochain. Un récit qui tombe à pic ! Vraiment, une belle pêche et une belle pioche pour cet agréable roman. C’est à partir de son propre vécu que l’auteur vient de concocter ce récit car elle a parcouru le monde et pratiqué différents métiers : conserverie de poissons en Islande, chantiers navals aux USA, pratique de la pêche en Alaska…

Le grand marin est l’histoire d’un rêve que va réaliser la frêle Lili en quittant son village du sud de la France (Manosque-les-couteaux) pour l’Alaska « the last frontier ». C’est munie de sa seule besace et de son duvet qu’elle embarque sur le « Rebel », un de ces chalutiers qui s’en vont au large pour la pêche à la morue noire, le crabe et le flétan, avec sept hommes dont Jude « l’homme-lion », le grand marin, le taiseux, pas aimable. Celui qui « travaille dans la vague ». Elle va devoir faire sa place dans ce monde d’hommes rudes, au caractère bien trempé, tant sur le bateau que sur terre lorsque le bateau rentre au port et que ceux-ci s’adonnent à la boisson dans les bars, où elle va aussi « repeindre la ville en rouge », c’est-à-dire se saouler… Malgré ses blessures, ses douleurs Lili, si fragile, « le petit moineau », (comme ils l’appellent) va connaître la solitude, la peur, mais devoir affronter les éléments de la nature mais aussi connaître le grand amour.

Catherine Poulain manipule à merveille le vocabulaire technique de la pêche en mer et elle a eu l’excellente idée d’ajouter un glossaire pour nous faciliter la tâche. Ainsi, vous saurez tout sur les « palangres », les « anpecs », les « brailer », les « greenhorn » etc… L’écriture est limpide, poétique, les mots sont justes.

L’aventure très physique de cette femme est si bien décrite que nous avons l’impression d’être à bord du « Rebel », aux côtés de la narratrice pour la soutenir, de devenir un(e) vrai(e) travailleur(se) de la mer ! Mais pourquoi a-t-elle quitté le Sud de la France ? On ne le saura peut-être pas ! Lisez le livre jusqu’au bout.

Si vous êtes amoureux des grands espaces maritimes, si vous avez envie de vivre à bord d’un bateau de pêche, si vous avez besoin d’iode ou tout simplement si vous souhaitez lire et  partager le grand rêve de Catherine Poulain, alors n’hésitez pas, plongez-vous dans ce livre très iodé ! Un roman exceptionnel.

Marie-Christine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.