Monteperdido – Augustin Martinez – – Actes noirs- Editions Actes Sud –

MONTEPERDIDO 2Un polar sombre, noir, complètement noir sur les routes sinueuses des Pyrénées !

Nous sommes dans une ambiance très particulière qui colle tout à fait à la montagne, dans ce coin du pays Basque espagnol, à 3 000 m d’altitude. Ce sont des villages perdus, assez autonomes qui ne doivent compter que sur eux-mêmes. Personne ne vient les aider quand il y a des crues, des avalanches… Donc, ils se débrouillent. Ils ont créé une confrérie et tout le village se serre les coudes. Les hommes sont des chasseurs passionnés, des alpinistes, des guides de haute-montagne.. Depuis cinq ans, le village est perturbé. Deux fillettes de 11 ans, (Lucia et Ana) habitant deux maisons mitoyennes à l’extrémité du village, ont été kidnappées et n’ont jamais été retrouvées dans ce petit village où tout le monde se connaît et où l’étranger est vite repéré. On ne sait absolument pas ce qu’elles sont devenues. Cinq ans plus tard, la police est appelée car au fond d’un ravin, une voiture accidentée est retrouvée avec le cadavre d’un homme. A ses côtés, une adolescente désorientée mais vivante : il s’agit d’Ana, une des fillettes disparues, âgée de 16 ans, maintenant. Qu’est devenue la deuxième ? Et là c’est la course contre la montre qui commence. C’est Victor le garde civil qui a commencé l’enquête puis Sarah, l’Inspecteur Ben, de la police madrilène qui viennent sur les lieux, afin d’ essayer de comprendre. Ils vont aller de surprises en surprises et se heurter au silence des villageois. D’abord, tenter de faire parler Ana qui ne dit pas grand chose. On aborde le thème du syndrome de Stockholm, c’est-à-dire que la victime s’attache à son ravisseur et ne veut rien dire. Puis, c’est la course contre la montre pour retrouver Lucia toujours perdue dans la nature…. – Imaginez les rapports des parents des deux fillettes dont une seule est retrouvée, la difficulté de cette policière qui n’est pas du village, puis les secrets, les non-dits…. La nature est omniprésente car cette montagne révèle bien des surprises. C’est passionnant.

Peut-on prévoir la fin de ce polar ? Non, parce que l’auteur nous perd dans les méandres de sa pensée. – On pourrait imaginer une fin très heureuse, en happy end mais ce n’est pas le cas. – On pourrait imaginer une fin tragique ! Ça va être le cas, d’une certaine façon, mais pas du tout là, on l’on s’y attend !

C’est un polar noir, un peu sombre, mais il faut le souligner, c’est un premier roman vraiment réussi.

Réécoutez l’émission en cliquant ici

Marie-Adélaïde/M. Christine

Augustin Martinez est né à Lorca, en Murcie, en 1975. Après une formation aux métiers de l’audiovisuel, il a débuté sa carrière dans la publicité, avant de se consacrer à l’écriture de scénario. Monteperdido est son premier roman. Monteperdido – Editions Actes Sud – Actes noirs – 480 pages – 23 €uros – Traduit de l’espagnol par Claude Bleton –

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.