LE GIBIER – Nicolas Lebel – Éditions du masque –

UNE MEUTE NE LÂCHE JAMAIS SA PROIE

Nous voilà trente ans après la chute de l’apartheid, est-ce bien cela, Marie-Adélaïde ? Exactement ! LE GIBIER ! C’est un roman policier qui démarre de manière assez classique et qui nous emporte dans une course poursuite avec des relents de vengeance, sur fond effectivement d’apartheid, dans un Paris qui va être mis à feu et à sang.

Le principe de ce roman, c’est assez incroyable, c’est qu’il est construit comme une chasse à courre. Que vous aimiez ou non la chasse, que vous soyez « pour » ou « contre », laissez-vous embarquer dans cette histoire ! Les cadavres tombent comme des mouches ! Nous partons mener cette enquête –à priori de drame assez classique- avec un policier et son équipière. Paul Starski avec un « I » et non un « Y » comme un certain qu’on pouvait connaître….(N’y aurait-il pas ce petit clin d’œil à Starsky et Hutch ? ) Bien sûr, il y avait un gros clin d’œil qui doit se justifier de son « I » par rapport au « Y ». Quant à son équipière, c’est une jeune femme froide qui ne mâche pas ses mots. Elle est d’origine asiatique, elle s’appelle Yvonne Chen. Ces deux-là vont se trouver confrontés à des enquêtes très complexes. Ce qui complique la donne, c’est que Paul est à un moment de sa vie où tout lui échappe. Sa femme est en train de demander le divorce parce que c’est un homme qui s’est trop impliqué dans son boulot, il n’était jamais là !… Son chien adoré, âgé de quinze ans, vient de mourir. Il est fragilisé ! Ils se rendaient sur une scène de prise d’otages, sauf qu’ils vont vite se rendre compte que ce n’est pas une prise d’otages mais qu’ils vont trouver deux cadavres, chacun avec une balle dans la tempe. Qui a tué le premier ? Qui est responsable ?

L’enquête démarre et sur le principe de la chasse, il va y avoir des leurres, il va y avoir des fausses pistes. Il va y avoir des défauts. Ce qui n’arrange pas les choses, c’est que la principale suspecte est une ancienne amoureuse de Paul Starski, Chloé de Talense !

Dit-elle la vérité ? Est-elle une menteuse ? Ça, vous le saurez à la fin du livre, mais je vous promets que vous êtes embarqués dans cette aventure. Vous allez perdre votre souffle. Vous allez vous retrouver tout le temps dans des culs-de-sac, dans des fausses pistes parce que Nicolas LEBEL n’a pas son pareil pour nous mener en bateau.

C’est drôle. C’est très bien fait. C’est très très réussi et c’est vraiment un roman policier qui change puisque la construction de ce roman, l’intensité de l’histoire, la complexité des personnages vous embarquent dans un roman terriblement captivant.

M. Adélaïde de la librairie Doucet/M. Christine

Écoutez Marie-Adélaïde sur France Bleu Maine, en compagnie de Delphine Séveno, en cliquant ici ! (émission du 06/04/21)

LE GIBIER – 396 pages – prix : 21.90 € – (parution 10/03/21)

LE MYSTÈRE SHERLOCK – J. M. ERRE – Éditions Pocket –

LE MYSTERE SHERLOCK

PARTEZ À LA MONTAGNE !

PASSEZ QUATRE JOURS À MEIRINGEN EN SUISSE !

ESSAYEZ DE RÉSOUDRE LE MYSTÈRE SHERLOK – ENQUÊTE ET SUSPENSE GARANTI !

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d’entre eux devait être nommé titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…

Le mystère Sherlock

Hommage à Sherlock Holmes et à Agatha Christie, rebondissements, suspense et humour (anglais) : « Élémentaire, mon cher Watson ! ». « Déjanté, vivifiant comme une rafale montagnarde »(ELLE)

De l’humour, du suspense, des jeux de mots et de la dérision….C’est hilarant !. Un remède efficace pour lutter contre la déprime ambiante !

LE MYSTÈRE Sherlock – 260 pages – prix : 6.95 €

LIBRAIRIE DOUCET/MC

Mamie Luger – Benoît Philippon – Livre de poche Les Arènes – Collection EquinoX

mamie luger(prix des lecteurs sélection 2020)

CENTENAIRE, FÉMINISTE ET SERIAL KILLEUSE !

MAMIE LUGER.   La première page : Blam ! Blam !  – Elle tue un homme !

Elle est arrêtée par la police et pendant la garde à vue les policiers fouillent sa maison, creusent le jardin, vont à la cave et découvrent plusieurs cadavres… Que des hommes !

MAMIE LUGER sait manipuler le Luger comme la carabine. Elle  n’a surtout pas froid aux yeux, elle a son franc-parler et tutoie l’inspecteur !

Le commissaire Ventura se demande pourquoi tous ces cadavres ? Pour elle, c’est le prétexte ! Elle va raconter toute sa vie : 102 ans ! Pourquoi, a-telle tué ces hommes ? Comme elle a vécu plein de choses, elle a traversé deux guerres, Mai 68 etc…, on a droit a un petit cours d’Histoire du  siècle dernier… « en accéléré » .

ET LÀ, vous allez commencer à RIRE AUX ÉCLATS !... (Il est étonnant de trouver un livre qui fasse autant rire !  Un livre à lire en pleine période de confinement  d’ailleurs !!!)

Vous avez une vraie enquête policière avec beaucoup de suspense. Vous serez époustouflés par cette langue à la fois un peu vulgaire, mais avec les 102 ans de MAMIE LUGER  ça passe quand même, on peut lui pardonner !!… C’est drôle, c’est émouvant. Elle a son langage extrêmement cru et c’est ça qui est fabuleux.

Puis MAMIE LUGER, sous son côté féministe, a beaucoup de messages à faire passer,  sur la condition de la femme (elle habite au fin fond du Cantal et la condition de la femme, dans les années cinquante, en pleine cambrousse, c’était quand même pas terrible !...)

Pour les gens qui veulent vraiment rigoler et passer du bon temps, ce livre est parfait pour ça ! C’est très très frais, et  ça peut permettre à tout le monde de rigoler, aussi bien les plus jeunes comme les plus âgés. C’est croustillant !

Benoît Philippon a une plume géniale, son roman est assez court et il très fort pour raconter une telle histoire, une histoire aussi drôle avec avec si peu ! C’est très fascinant ! Espérons que vous serez nombreux à le lire, qu’il rencontrera encore beaucoup de succès en librairie  et qu’il pourra nous faire rire aussi longtemps que possible, avec d’autres titres !

Librairie Doucet/M. Christine

Mamie Luger 379 pages – prix : 7.90€  livre de poche (parution 27/05/2020)

Né en 1976, Benoît Philippon est auteur, scénariste et réalisateur français. Il a grandi en Côte d’Ivoire, aux Antilles, au Canada et en France. Après « Cabossé »,(Gallimard, Série Noire 2016) – « Mamie Luger » est son deuxième roman noir.

L’Héritage Davenall – Robert Goddard – Éditions Sonatine

l'heritage davenall

L’HÉRITAGE DAVENALL

(première partie de la chronique avec France Bleu Maine en cliquant ici !)

Marie-Adélaïde Dumont nous propose un polar avec « L’héritage Davenall ». C’est une condition idéale, pour le temps frisquet, pour rester sur son canapé, au coin du feu, ou sous sa couette et lire les 704 pages de Robert Goddard qui est considéré par Stephen King comme le meilleur écrivain du genre ! C’est sa grande spécialité ! Robert Goddard : le secret de famille, les mystères, les choses un peu compliquées, les faux semblants, les fausses pistes… Il nous balade dans une aventure, on reste comme avec « Mademoiselle Julie », au XIXe siècle. 1882, ça explique pourquoi c’est aussi compliqué.

Imaginez un type qui re-débarque, un jour, onze ans après sa supposée mort ! Il arrive à Londres et il réclame sa fiancée qui en a épousé un autre entre temps, son titre de Lord anglais, sa fortune, tous ses biens, son château et sa position sociale ! Bien évidemment, personne n’a intérêt à le voir arriver, ni le nouveau mari, ni le frère qui a pris la suite… (On lui met des bâtons dans les roues !) Personne ne le reconnaît alors qu’il connaît énormément de choses alors qu’il est capable de dire : « voilà ce qui s’est passé… voilà, ce qu’il y a eu…, des secrets de famille à n’en plus finir, des chausse-trappes ! Ce qui est merveilleux avec Robert Goddard, c’est que vous passez votre temps à vous dire : « Ah ! bien oui, c’est lui… » cinquante pages après vous dites: – « Eh bien, non ! Il y a une arnaque, c’est forcément un autre !, c’est forcément quelqu’un qui veut prendre la place…. » Cent pages plus loin :« eh bien, non…la fiancée l’a reconnu, elle doit être au courant« . C’est génial ! – (Ça ressemble un peu à du feuilleton brésilien) ……. Vous savez ces feuilletons, de pages en pages, ça ferait une série télévision extraordinaire. En tous cas, c’est hyper bien fait, mais c’est mieux en bouquin… Vous les imaginez et vous les voyez discuter  et puis ça ne peut se passer qu’au XIXe siècle : pas de trace ADN, pas d’analyse, pas de photo…, il y avait vaguement une psychanalyse graphologique !

Embarquez-vous dans cette aventure, vous ne serez pas déçus !

Écoutez Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet sur France Bleu Maine, en compagnie de Sophie Thomas et Fabien Obric, en cliquant ici !

Marie-Adélaïde/MChristine

L’Héritage Davenall – 704 pages – prix : 23 € (parution 26/07/19) traduit de l’anglais par Elodie Leplat.

 

Le cercle des impunis – Paul Merault – Editions Fayard – Prix du quai des orfèvres 2019

le cercle des impunisLe cercle des impunis Paul Merault

PRIX DU QUAI DES ORFÈVRES – 2019

Présentation : « Des brumes de Londres au soleil éclatant de Marseille, des policiers sont assassinés dans la plus sordide des mises en scène, avec un même symbole tatoué sur la langue. Scotland Yard et la police française s’allient pour remonter la piste de ces vengeances diaboliques. Des deux côtés de la Manche, les meilleurs enquêteurs associent leurs méthodes pour traquer celui qui les humilie en s’attaquant aux plus grands flics. Quelle folie humaine peut réussir à «opérer» avec une telle expertise chirurgicale ?
Spécialiste des quartiers sensibles et des situations extrêmes, Paul Merault sait d’expérience que le crime n’a pas de patrie et n’épargne aucun milieu. Ses fictions dépassent la raison, mais reflètent les sombres réalités des prédateurs d’aujourd’hui. »

« Le prix du Quai des Orfèvres a été décerné sur manuscrit anonyme par un jury présidé par Monsieur Christian SAINTE, Directeur de la Police judiciaire, au 36, rue du Bastion. Il est proclamé par le M. le Préfet de PoliceNovembre 2018. »

Un jury de professionnels de la police. Créé en 1946, le prix du Quai des Orfèvres, récompense chaque année un roman policier, décerné par un jury composé de 22 policiers, magistrats et journalistes. Il se prononce sur une sélection de manuscrits anonymes en ne considérant que l’intérêt du texte soumis à leur appréciation, dans le respect des procédures et des vraisemblances policières, scientifiques ou judiciaires.« 

« Le cercle des  impunis »  Paul Merault – Editions Fayard – prix : 8.90 € – Prix du quai des orfèvres 2019

Félicitations au lauréat !

MC/Librairie Doucet

J’irai tuer pour vous – Henri Lœvenbruck Editions Flammarion –

 

lovenbruck  Un moment de l’histoire de France !

1985, Paris est frappé.

Henri Lœvenbruck sera présent à la Librairie Doucet ce  Mercredi 7 Novembre à 18 heures, il nous parlera de son livre : « J’irai tuer pour vous« . Et c’est le coup de cœur monumental de Marie-Adélaïde  !

 

L’histoire est dramatique -mais racontée à la manière de Henri Lœvenbruck… Il nous embarque dans cette aventure, une aventure réelle puisque  basée sur les témoignages d’un homme qu’il a croisé. L’histoire remonte aux années 1985. Ce n’était pas des années très marrantes avec les attentats de Paris au cours des années 85/86/87, à la station de métro Saint-Michel, dans les grands magasins parisiens (au BHV)... Vraiment c’était très sanglant, de nombreux morts, une pression qui montait. Et en même temps, au printemps 1985, nous avions les otages français au Liban. Souvenez-vous, tous les soirs aux infos, on entendait le décompte des jours passés par ces otages prisonniers…de quatre personnes otages, ce fut trois et puis un otage retenu par les geôliers, qui décédera en prison. Ce livre est basé sur ces événements, sur l’action de la DGSI*, –à l’époque on ne disait pas DGSI, on disait la DST*/ DGSE*-, leurs combats, les relations politiques-police avec l’Iran, la Syrie, le Liban pour essayer de faire libérer ces otages, toutes les tractations… Il ne faut pas oublier qu’on était dans une période très compliquée, politiquement. C’était la cohabitation Mitterrand-Chirac et le rôle de Pasqua… Vous vous replongez dans ces histoires-là ! Peut-être que les plus jeunes n’ont pas entendu parler de ces affaires et pourraient lire cela comme un roman policier. C’est l’occasion d’apprendre et pour ceux qui en ont entendu parler…. c’est extraordinaire de se replonger là-dedans à travers les souvenirs de Marc Masson, ça fait partie de ces agents secrets qui ne sont pas embauchés, pas couverts par l’armée en cas de problème.

C’est la véritable mission de ce type qui va faire des missions de plus en plus dangereuses pour l’Etat, pour son pays, parce que c’est dans son état d’esprit, c’est son dévouement. Vous suivrez ces événements d’une manière extraordinaire il fait narrer l’histoire avec une histoire sentimentale qui fait que dans les moments durs, on peut respirer !… 

Écoutez Marie-Adélaïde en compagnie de Sophie Thomas sur France Bleu Maine, en cliquant ici

Marie-Adélaïde/Librairie Doucet/M. Christine

« J’irai tuer pour vous » – 280 pages – prix : 22 € (paru le 17/10/18)

 Henri Lœvenbruck est né en 1972. Fils d’enseignants, il grandit dans le quartier de la Nation et hérite de ses parents d’une passion pour la culture anglo-saxonne. A 25 ans, après des études littéraires, il épouse une Anglaise et part vivre avec elle en Angleterre et reviennent en banlieue parisienne. Après quelques pas dans le journalisme et la musique, au milieu des années 90, amoureux des littératures de l’imaginaire, il fonde Science-Fiction Magazine avec Alain Névant, un ami d’enfance. Après avoir tenu le poste de rédacteur en chef de ce magazine, il décide de se consacrer pleinement à l’écriture. Il partage aujourd’hui son temps entre les romans et les scénarios, avouant son penchant pour le thriller investigatif, la Fantasy et le roman d’aventure, en général.

 

*DGSE : Direction Générale de la Sécurité Extérieure – *DGSI : Direction Générale de la Sécurité intérieure – *DST : Direction de la Surveillance du Territoire.

 

Les détectives du Yorkshire -Tome 1 – Rendez-vous avec le crime – Julia Chapman – Editions Robert Laffont

BETE NOIRE DES LIBRAIRES
 Rendez-vous avec le crime  !
Il s’agit du premier volume d’une série intitulée « Les détectives du Yorkshire. » Il est signé Julia CHAPMAN, auteure anglaise, déjà connue sous un autre nom (Julia Stagg pour la série Fogas Chronicles qui se déroule dans les Pyrénées françaises ).
Elle vit dorénavant dans les Vallons du Yorkshire, au nord de l’Angleterre, et les paysages si typiques l’ont sans doute beaucoup inspirée.
Ce premier volume a pour titre « Rendez-vous avec le crime. » sélectionné d’ailleurs pour le prix de la Bête noire  2018. (La bête noire. Vous connaissez certainement cette série dirigée par Glenn Tavennec – éditions Robert Laffont).
Nous sommes à Bruncliffe, petite ville du Yorkshire. Tous les habitants se connaissent dans ce monde plutôt rude et se réunissent au pub pour apprendre ou répandre les ragots.
Or, on parle beaucoup de Samson O’BRIEN. Il est parti brusquement il y a longtemps et l’on saura petit à petit pourquoi, mais il vient de revenir soudainement avec l’intention d’ouvrir une agence de détective privé. Il est le malvenu, on lui fait de si gros reproches et on  ne lui pardonne rien.
De son côté, Delilah METCALFE, au caractère bien trempé et génie en informatique voudrait implanter un site et un lieu de rencontres amoureuses, pour pouvoir vivre, bien sûr mais surtout pour créer l’événement et faire sortir les gens de chez eux. Tout est sous contrôle, elle veut du sérieux et des rencontres sympathiques. Pour gagner un peu plus d’argent elle est obligée de louer son rez-de-chaussée en bureau. Il se trouve que, contre son gré, le locataire est Samson. Il va falloir faire avec !!
Tout se complique lorsque des morts suspectes se succèdent et que l’on s’aperçoit que ces hommes étaient inscrits à l’agence de Delilah.
Samson et Delilha (appréciez le jeu de mots !! ) vont devoir confronter leurs indices.
C’est bien construit, drôle souvent, les personnages sont bien campés, le suspens est maintenu jusqu’au bout et l’on passe un bon moment de lecture.
Si vous avez aimé ce premier tome, vous pouvez lire le second qui est paru en Juin et s’intitule « Rendez-vous avec le mal » toujours signé Julia CHAPMANC’est toujours aussi british, avec nos deux comparses Samson et Delilah, dans de nouvelles aventures.
Ces romans se placent en tête de liste des COSY MYSTERIES…romans à suspens à l’ambiance plutôt chaleureuse, avec de l’humour et souvent un ou des détectives amateurs. (Tout ce qu’il faut pour se distraire les jours de repos ou de longues vacances…..)

M.José/Librairie Doucet/MC

Les détectives du Yorskhire -384 Pages – Prix : 14.90 €

La Mille et Deuxième nuit – Carole Geneix – Editions Rivages

Profil Perdu – Hugues Pagan – Editions Rivages

hugues pagan livre Un roman noir comme les films de Jean-Pierre Melville !!

Hugues PAGAN, après avoir été professeur de philosophie puis inspecteur de police pendant un certain nombre d’années est devenu le maître incontesté du roman très noir français. Le roman noir à l’américaine ou à la Melville si l’on parle de cinéma..

  Pourquoi avoir fait mourir le héros, l’inspecteur Schneider, en 1982 ? D’ailleurs PROFIL PERDU a été écrit il n’y a pas loin de vingt ans, mais retouché, corrigé … L’action se passe donc en 1979 pour que cela demeure crédible. On retrouve Schneider, ce policier au cœur de pierre et Cheroquee, la femme de sa vie qu’il avait perdue.

L’inspecteur Schneider doit enquêter sur l’assassinat de son collègue, Meunier, qui a été abattu froidement quelques heures après l’interrogatoire d’un deale, Bugsy. A partir de là c’est un nœud d’intrigues superbement entrelacées, avec des personnages minutieusement présentés et surtout (ce que l’auteur a voulu) « une fulgurante histoire d’amour ». L’inspecteur ne sait pas, bien sûr, que Cheroquee va plus que fissurer son « cœur de pierre ».

« On ne s’est jamais rendu compte à quel point mes bouquins étaient des histoires d’amour. Un hymne à l’amour, toujours à la même personne. On peut aimer quelqu’un pendant un temps immensément long ».   Si le lecteur ne connaît pas, il va être pris de plein fouet par le vocabulaire flic-voyou très réaliste (il est renvoyé à un glossaire à la fin) mais il sera vite happé par l’histoire et la richesse des personnages.

Hugues PAGAN aime la langue française et son style est flamboyant.

Ne dit-il pas aussi que pour écrire « il faut passer du temps à écouter […], il faut du temps, de la patience… » et du talent ! Il a fallu vingt ans de patience pour avoir le plaisir de lire ce roman d’Hugues PAGAN à la fois noir et extrêmement humain.

              Marie-José/M.Christine

« Profil perdu » – 300 pages – Prix 19,90 €urosHugues Pagan a écrit neuf romans dont « La mort dans une voiture solitaire » (1982) – « Dernière station avant l’autoroute » (1997), le dernier. Puis, plus rien, si ce n’est que l’auteur est devenu scénariste pour le petit écran avec la série Nicolas Le Floch de Jean-François PAROT. –  2017 – Hugues Pagan est de retour !!! avec son dixième roman, « PROFIL PERDU » qui renoue avec le premier.

 

Quand sort la recluse – Fred Vargas – Editions Flammarion

quand sort la recluseRetrouvez le commissaire  J-Baptiste ADAMSBERG dans « Quand sort la recluse »

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Fred Vargas, comme d’habitude joue avec le mots.

Qui est la recluse et quand va-t-elle sortir ?

Fred Vargas ne se présente plus. Elle est l’auteure célèbre de romans policiers dont un grand nombre ont comme personnage principal le Commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, ce flic-poète, nonchalant, toujours plus que moins dans sa bulle et qui travaille sans méthode véritable mais plutôt par intuition. Il est entouré d’une équipe de 27 policiers (Danglard, Retancourt, Froissy, Veyrenc…) dont Fred Vargas nous trace toujours un portrait à la fois malicieux et précis. En effet, la malice, l’humour, elle en parsème ses romans.

Adamsberg revient d’Islande (voir le roman précédent : « Temps Glaciaires »). Une femme, Laure Carvin, a été assassinée, écrasée par deux fois sous les roues de la voiture de son mari. Mais,  est-ce lui ou l’amant qui a tué ? Cela semble tellement facile pour Adamsberg que le lecteur se demande s’il ne s’agit pas d’une fausse-piste. 

Quand va-t-on nous parler de la Recluse ? 

La voilà ! Elle s’implante très vite dans le cerveau d’Adamsberg, un peu par hasard. En fait, c’est une araignée : l’araignée recluse. Elle se cache,  mais aurait-elle muté ? car normalement elle ne tue jamais. Elle peut mordre mais elle ne tue pas. Or, trois vieux messieurs viennent de mourir à Nîmes, après avoir été piqués par la dite araignée.

Le commissaire est persuadé que les trois hommes ont été assassinés.

Il ne faut pas oublier que Fred Vargas est une spécialiste d’archéozoologie  et que, même si elle a obtenu des informations d’une arachnologue (spécialiste des araignées), son sujet d’aujourd’hui est très bien choisi.

Beaucoup de ramifications, d’intrigues multiples, de collectionneurs fous et de rencontres. Une certaine Irène, par exemple, dont le prénom a été choisi parce que, au Moyen Age, on disait araigne, puis yraigne, pour araignée.

On peut parler de fantaisie littéraire dans une enquête criminelle. Les fans de Fred VARGAS seront comblés.

Marie-José/M.Christine

 Fred Vargas est l’auteur de : – « L’armée furieuse » (2011) –« Temps Glaciaires » (2015) –

  • « Quand sort la recluse » – 496 pages Prix : 21 €uros