Peste et Choléra – Patrick Deville – Editions du Seuil

PRENEZ SOIN DE VOUS ! RESTEZ CHEZ VOUS ! BIENTÔT VOUS RETROUVEREZ  VOS LIBRAIRES !

Fascinant portrait d’Alexandre Yersin, bactériologiste, qui a découvert le bacille de la peste et son vaccin.téléchargement
choléra

Le livre « Peste et Choléra » de Patrick Deville publié en 2012 avait rencontré un vif succès ; aujourd’hui, il pourrait nous interpeller !

« On entre dans le vingtième, dont on ne sait pas encore qu’il sera le pire, celui des barbaries infinies après celui des rêves d’un progrès infini. Pourtant ça commence en fanfare. C’est la Belle Epoque. C’est encore l’optimisme des sciences et des techniques et des maladies éradiquées, des vaccinations préventives et curatives. » (p. 138)

Peste et Choléra, un roman d’aventures qui nous plonge dans la formidable épopée scientifique des vaccins au temps des colonies. Le héros de cette histoire est Alexandre Yersin, l’un de ces jeunes chercheurs pasteuriens qui ont constitué la première équipe de l’Institut Pasteur créé en 1887. Il va mener une vraie vie d’aventurier et de marin. Découvreur à Hong Kong en 1894, du bacille de la peste, il se retire en Indochine à Nha Trang, loin du brouhaha des guerres, continue les observations scientifiques et développe la culture de l’hévéa et de l’arbre à quinquina. Il meurt en 1943 pendant l’occupation japonaise.

Quand Louis Pasteur expérimente avec succès le vaccin contre la rage, il ouvre de nouvelles et formidables perspectives à la biologie et à la médecine. Il chargera plus tard ses élèves ou disciples de prolonger ses recherches à travers le monde. Les jeunes pasteuriens partent pour de longs périples.

Pour raconter cette formidable aventure scientifique et humaine, Patrick Deville a suivi les traces de Yersin autour du monde, et s’est nourri des correspondances et documents déposés aux archives des Instituts Pasteur. C’est cette formidable aventure scientifique et humaine que raconte Patrick Deville en croisant les périodes et les personnages autour de la figure de Yersin. Alexandre Yersin est né en Suisse à Morges en 1863, naturalisé Français pour les besoins de la science, il se forme sur le tas et part très vite en Indochine où il passera le plus clair de sa vie.

Il est sûr que ce livre vous fera voyager ! Depuis l’Institut Pasteur, ce roman vous emmènera sur les traces de Yersin, à travers le monde :  de Paris à Dohat, de Hong Kong à Madagascar, puis Canton, Bombay, Hanoï, une vraie course poursuite contre les bacilles…. Un livre foisonnant, palpitant comme le fut Yersin. Une vie riche d’aventures. Entre voyages et découvertes, c’est une Histoire fabuleuse à lire ! Un bel hommage à ce biologiste peu connu.

Librairie Doucet/MC

Peste et  Choléra – 219 pages – prix : 18 € (paru en août 2012) –  Format poche : éditeurs Points – prix 7 € / ebook : 6.99 €

 

 

Des livres sélectionnés et présentés par Marie-Adélaïde sur France Bleu Maine

Écoutez Marie-Adélaïde de la librairie Doucet depuis les studios de France Bleu Maine, en compagnie de Fabien, en cliquant ici !

Marie-Adélaïde Dumont M. Adélaïde nous présente pour cette fin d’année une sélection de quatre livres, à lire en 2020  !

les choses humaines karine tuil

Les choses humaines de Karine Tuil 341 pages – prix : 21 € – (Éd. Gallimard) 

L’un des grands coups de cœur de l’année 2019 de Marie-Adélaïde – Karine Tuil :  Exceptionnel ! – Le thème est simple, c’est la question du consentement – la question du viol. Ça c’est pour la partie des jeunes. Pour la partie des adultes, puisque effectivement ces deux jeunes vont avoir des parents, c’est encore une histoire très compliquée, on se rend compte que le sexe est au cœur de notre société, au cœur de notre vie. Les parents eux, vont avoir à choisir entre leurs attitudes, leur discours en public, leur grande déclaration sur le féminisme, sur la liberté de chacun et puis ce qui se passe quand son propre fils est accusé de viol  ? Quand on est à l’épreuve des faits. Comment se comporte-t-on ? Y croit-on ? Qui accuse-t-on ? Un texte emblématique fort qui va rester longtemps sur nos tables de librairie. C’est clairement un roman  qui a vraiment marqué l’année qui s’achève

cent millions d'annéesCent millions d’années et un jour de J-Baptiste Andréa -308 pages – prix : 18 € – (Éd. L’iconoclaste) 

Un petit bijou de poésie, d’efforts, de colère, de solitude, d’amitié !. Jean-Baptiste Andréa signe un deuxième roman. On va retrouver les thèmes qui lui sont chers : la montagne, la solitude. Il installe ses romans dans une époque où on n’a pas de téléphone, on n’a pas de GPS, on ne sait pas où on est ! On ne peut pas communiquer les uns avec les autres ! – Eh oui, cela a existé ! (je dis cela pour les moins de 20 ans s’ils nous écoute…) Et bien oui, dans les années 50, aucun moyen de savoir où vous étiez ! Je vous présente Stan, qui est paléontologue (très beau métier), il a une vie un peu triste, une enfance qu’on découvrira, pas très joyeuse. Il a la possibilité de redorer sa carrière en découvrant un dinosaure qui est enfoui sous les glaces dans Les Dolomites à la frontière franco-italienne. La montagne est un des personnages principaux de ce roman.

la fabrique des salauds 2La Fabrique des salauds de Chris Kraus  La révélation venue d’Allemagne – 886 pages – prix :  24,90 € – (Éd. Belfond)

Alors, là, je suis moins dans la légèreté, mais pour les amateurs de romans historiques, voici le livre d’un jeune allemand. Il n’y avait que lui qui pouvait écrire sur le sujet. Il va nous raconter des années trente aux années soixante-dix, l’engagement de deux frères qui ont pris fait et cause pour le national socialisme. Ils ont eu un rôle actif pendant la guerre. L’un par choix, par volonté, par décision et l’autre un peu par opportunisme, en se disant qu’il y avait une place à prendre et qu’elle était meilleure que d’autres. 

On conclut avec un peu plus de légèreté ?

Qui a tué l’homme-homard ? de J-M. Erre -358 pages – prix : 19€- (Éd.Buchet-Chastel)qui a tué l'homme homard

Alors, même pas de légèreté Fabien  !  Avec un fou rire assuré… pour ce livre, C’est du délire assuré ! Je vous emmène dans un petit village des Cévennes, totalement isolé, après la guerre, dans lequel s’est installé un cirque de freak show. Vous savez, ces personnages toujours un peu cabossés qu’on montrait à une certaine époque. Ils  sont installés  puisque le cirque a fait faillite. Ils ont fait souche, comme on dit, dans ce village. Certains se sont mariés et ont eu des enfants. Notre homme-homard qui a été tué faisait partie de ce cirque, c’était le plus méchant, le plus vilain, il terrorisait tout le village. Il a été tué et bien tué, démembré en plus de 72 morceaux ! L’enquête va démarrer ; elle est  effectuée  par deux gendarmes, une équipe de bras cassés, dans un village hyper connecté qui suit tout et on a l’impression d’être dans une série sur netflix.  Donc, les pauvres gendarmes sont un peu dépassés et celle qui va les aider à résoudre l’enquête est la fille du maire et là, je vous assure qu’il y a une belle particularité dans son histoire !.. Parfait pour passer de 2019 à 2020 !

Excellentes fin d’année à vous tous !

Plein de bonnes choses et que tous vos rêves se réalisent !

BONNE ANNÉE A TOUS !

Marie-Adélaïde/MC

 

Cent millions d’années et un jour- Jean-Baptiste Andréa – Editions L’iconoclaste –

CENT MILLIONS D’ANNÉES ET UN JOUR cent millions d'années

La librairie Doucet fêtes ses 85 ans bougies et pour fêter l’événement Nathalie 

étiquettes gateau

arrive avec une pléiade d’auteurs !gateau-bougies


Écoutez Nathalie de la librairie Doucet en compagnie de Clarisse et Fabien, sur France Bleue Maine, en cliquant ici 

(lire les quatre articles successifs du blog sur les pages suivantes)

Une belle petite palette d’auteurs qui nous rejoignent et malheureusement je vais commencer par Jean-Baptiste Andréa qui devait venir à la rencontre de ses lecteurs  ce jeudi 12 décembre pour : « Cent millions d’années et un jour »,  mais il  a dû annuler en raison des grèves de transport. Il n’a pas de solution pour venir mais vous pouvez trouver son livre à la librairie.  C’est un très beau livre, un livre poétique ! L’histoire d’un paléontologue à la retraite qui, à la demande d’une petite fille, va emmener quelques copains  paléontologues, à la recherche  d’un squelette de dinosaure coincé dans la glace. Un joli livre sur l’amitié et sur la montagne aussi, parce que la montagne est très présente et puis sur la force, la capacité à résister, sur les rêves d’enfants. Même si l’auteur n’est pas là,  venez nous rencontrer, nous pourrons en discuter ensemble !

C’est un beau voyage et de belles rencontres, que nous offre Jean-Baptiste Andrea !. Beaucoup de poésie dans ce texte. Une très  belle écriture. 

Lu et conseillé par Nathalie et un grand coup de cœur de Marie-Adélaïde

Nathalie de la Librairie Doucet/MC

« Cent millions d’années et un jour » –  309 pages – prix : 18 €

 

Cent millions d’années et un jour – Jean-Baptiste Andréa – Éditeur L’iconoclaste –

Avec « CENT MILLIONS D’ANNÉES ET UN JOUR »,

cent millions d'années

allons prendre un bol d’air frais ! Partons à l’aventure à la recherche d’un dinosaure !

Une histoire qui se déroule dans un petit village de montagne, dans les années cinquante. Alors que Stan, jeune quinquagénaire,  paléontologue se rend à un dîner, il arrive dans une cour,  observe tout autour de lui, avant de monter chez ses hôtes. Il aperçoit un ossement. Inévitablement, chez ce paléontologue, les questions fusent. Quel est cet ossement ? De quand date-t-il ? Un déménagement est en cours. Que se passe-t-il dans cette cour ? On lui explique que le vieux concierge est mort. La petite fille de la maison vient à lui et demande s’il était l’ami de Leucio, le vieux concierge. Que nenni ! Elle lui confie qu’il racontait aux enfants, qu’un jour, dans une grotte, alors qu’il était adolescent, il était tombé nez à nez avec un dragon. C’est alors que Stan décide après maintes réflexions de monter une expédition.. Stan rêve de retrouver la trace d’un dinosaure qu’il pense piégé dans la glace, à moins qu’il ne s’agisse d’un dragon, ainsi que le racontait le vieux Leucio ! Dans ce projet fou, il embarque avec lui deux scientifiques et un guide de montagne, pour une expédition périlleuse, au cœur d’un glacier alpin. (Stan redeviendrait-il un enfant ? Pourquoi cette obsession ? Peut-être que Stan a besoin de fantastique ?)  

C’est une vraie expédition ! Il a appelé Umberto, un de ses anciens collègues italiens  (un scientifique qui avait été exclu très jeune du catéchisme après avoir demandé la pointure de Dieu ! Il lui fallait déjà des preuves !….)  On vit réellement cette expédition. C’est très visuel, très cinématographique. On a l’impression de marcher, le piolet en main, aux côtés de l’équipe et de participer à l’expédition (monter, survivre, redescendre..), les personnages de l’expédition sont extraordinaires et attachants.

S’agit-il d’un rêve ou d’une folie ? Stan trouvera-t-il ce qu’il est venu chercher ? Toujours est-il qu’à travers ce voyage, on va découvrir l’amitié,  le pays de l’enfance, ce pays dont on ne revient jamais vraiment. On va découvrir toute celle de Stan et de son frère qui était terrible. Puis le père qu’on appelait le commandant.  

C’est un beau voyage et de belles rencontres, que nous offre Jean-Baptiste Andrea !. Beaucoup de poésie dans ce texte. 

Une très  belle écriture. 

Lu et conseillé, ce  grand coup de cœur de Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet

M.Christine

« Cent millions d’années et un jour » –  309 pages – prix : 18 €

La caravane du pape – Hélène Bonafous-Murat – Éditions Le Passage

Hélène-Bonafous-Murat sera présente à la librairie Doucet, pour une rencontre avec ses lecteurs Mercredi 25 septembre à 18 heures.

« Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page ». (Saint Augustin)

Hélène BLa caravane du papeonafous-Murat nous a concocté ce roman d’aventures « La caravane du pape ». C’est un bonheur d’apprendre certaines choses, tout en lisant un livre complètement haletant, lors de cette incroyable épopée !

Si je vous parle de la bibliothèque palatine Heidelberg, vous comprendrez tout de suite  !

Au XVIIè siècle la plus belle bibliothèque d’Europe, était dans la ville d’Heidelberg,  en zone protestante. C’était la guerre de Trente ans, les catholiques, les protestants, tout le monde se tapait dessus. La ligue catholique a gagné. Ni une, ni deux, le Pape demande a son fidèle légat qui s’appelait à l’époque Leone Allacci,  d’aller lui récupérer tous les volumes de cette fameuse bibliothèque. Vous imaginez que ça n’a pas fait plaisir aux protestants, ni aux habitants de la ville ! Mais voilà, que nos fameux manuscrits qui valaient énormément d’argent, qui étaient des bijoux,  sont partis à dos de mules, dans 196 caisses pour traverser toutes les Alpes à destination de Rome. Ça ne se passe pas de manière facile…,  drôle de transhumance : dans les montagnes, les dangers, les attaques, les populations qui se déplacent de manière extraordinaire, les maladies… Tout ça était géré au quotidien par ce fameux légat, puis des mercenaires qui s’étaient enrôlés pour défendre cette fameuse caravane avec des caractères très forts, très opposés. Mais, peut-être que le pire danger pour notre légat, ce n’était pas tellement cette violence, le temps, la pluie qui abîmaient les manuscrits …… C’était la présence d’une très charmante petite jeune fille qui lui faisait penser à beaucoup de choses et qui surtout était friande de découvertes. Elle voulait apprendre à lire, à écrire…

Cette jeune fille lui faisait prendre conscience que la vie n’était peut-être pas que dans les livres, ou que finalement on pouvait trouver quelque chose, en dehors des livres ? On le saura en lisant ce texte qui est absolument incroyable et surtout, si on a l’occasion, au Vatican, on peut encore aller découvrir tous ces fameux manuscrits.

Marie-Adélaïde/MChrist.

Écoutez Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet sur France Bleu Maine, en compagnie de Sophie Thomas,  en cliquant ici !

 et cette video, rencontre avec Hélène Bonafous-Murat.

« La caravane du pape » 352 pages – prix : 19 € (parution août 2019)

Hélène Bonafous-Murat, née en 1968 à Lesneven (Finistère), est expert en estampes anciennes et modernes à Paris. Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, agrégée d’anglais, elle est l’auteur d’une thèse sur Walter Scott. Elle a publié quatre romans à suspens aux Éditions Le Passage :  « Morsures » (prix Alain Fournier (2006) prix du premier roman du Rotary Club International, prix du salon de Sablet, prix des bibliothèques du Vaucluse) – « Échafaudage » (2007) – « L’Ombre au tableau » Le Passage, 2009, prix François Mauriac 2010, médaille de bronze décerné par l’Académie française à un jeune auteur – « Avancez masqués » Le Passage (2018)

 

 

Nietzsche au Paraguay – Christophe Prince/Nathalie Prince -Éditions Flammarion

 UN ROMAN BOULEVERSANT !

Au cœur de la forêt paraguayenne avec Nietzsche

nietzscheNathalie Prince viendra présenter le livre « Nietzsche au Paraguay » écrit par Christophe Prince et Nathalie Prince  Jeudi 28/03/2019  à 18 h. Cette rencontre sera animée par Jean-Marie Constant, historien.

Présentation :  Paraguay, 1886.

« Virginio Miramontes, un aventurier solitaire, est recueilli en pleine jungle dans une étrange colonie peuplée d’une poignée de familles allemandes.

C’est le projet fou d’Elisabeth Nietzsche, sœur du célèbre philosophe, et de son mari, le lugubre docteur Förster.
Tous deux rêvent de créer dans ces terres vierges une nouvelle Allemagne digne de l’utopie aryenne balbutiante. Antisémitisme délirant, plans d’expansion démesurés, cultures et commerces impossibles… Rien ne marche comme prévu, et la Nueva Germania court au désastre. La maladie rôde, la faim guette, la violence s’installe.
Perdue dans ce microcosme entouré de barbelés, Elisabeth tient à son frère la chronique fantasmée de leur succès, passant ses jours à attendre les lettres de Nietzsche. « Nietzsche au Paraguay » révèle une face cachée de l’Histoire, celle d’une illusion folle, présage des massacres nazis un demi-siècle plus tard ».

************

Ce récit s’inspire de faits réels. Le narrateur nous relate les étapes de la Colonie, cette cité utopique sectaire inventée par Nietzsche et sa sœur. Il commence par un journal de bord puis c’est la partie romancée  où se greffent des personnages de fiction. Parfois, sont intercalées des notices, des lettres de Nietzsche adressées à sa sœur. Et l’on découvre au fil des pages l’histoire de la Nueva Germania « la Nouvelle Allemagne » qui annonce la folie nazie et l’antisémitisme  du Docteur Förster plutôt effrayante.

Un livre entre fiction et réalité. Un récit d’aventures foisonnant et passionnant.  Si vous êtes un brin curieux, ce sont de nombreuses raisons qui s’offrent à vous, pour apprécier ce roman épistolaire, aux couleurs exotiques, dans cette partie de l’Amérique du Sud, entre l’Allemagne et le Paraguay….

Un texte bouleversant qu’il faut absolument découvrir !

Librairie Doucet/M.Christine

Nathalie Prince est Agrégée de Lettres Modernes, Docteur en Littérature Générale et Comparée de l’Université de Paris Sorbonne-Paris IV et Professeur de Littérature Générale et Comparée à l’Université du Mans. Elle a beaucoup travaillé sur la littérature Jeunesse. Elle a poursuivi l’œuvre de Christophe Prince et cosigne leur roman à quatre mains.

Professeur agrégé de philosophie, Christophe Prince a publié deux romans très remarqués sous le pseudonyme de Boris Dokmak « La Femme qui valait trois milliards« (Ring, 2013) et « Les Amazoniques » (Ring, 2015). Il est décédé en 2017.

 

« Nietzsche au Paraguay » – 380 pages – prix : 19,90€ (parution novembre 2018)

Le cœur converti – Stephan Hertmans – Editions du monde entier Gallimard

le coeur converti LE CŒUR CONVERTI  

L’auteur se trouve être propriétaire d’une maison à Monieux, dans le Vaucluse (région Provence-Alpes, Côte d’Azur). Lorsqu’il apprend que ce village avait abrité une communauté juive voici mille ans et qu’un trésor y serait caché, il se lance dans une quête quasi obsessionnelle pendant des années. Cela donne un livre ÉPOUSTOUFLANT, dont le titre « Le cœur converti » est un  magnifique roman.

Est-ce un roman ? de l’Histoire ? de l’archéologie ?… Peu importe, c’est tout à la fois et peut-être avant tout un portrait de femme, exceptionnel.
Donc, voici mille ans, un parchemin parmi d’autres était jeté dans la Guenizah de la synagogue du CAIRE, une sorte de « trou sombre » où sont conservés tous les écrits qui portent le nom de Dieu. Celui-ci est une lettre de recommandation signée du rabbin Joshua OBADIA de Monieux. Nous en avons la traduction au milieu du livre. Ce document a été retrouvé par le Professeur Colb.
A partir de là, Stephan Hertmans se lance sur la piste !
Quelle piste ? Celle d’une jeune femme qui naquit à Rouen en 1070. Fille d’un riche Normand descendant des Vikings, elle s’appelle Vigdis, blonde aux yeux bleus et elle est catholique.
Elle rencontre un jeune juif qui fait ses études dans la Yeshiva voisine (école rabbinique). Son nom est David TODROS, le fils du grand rabbin de Narbonne.
Ils tombent amoureux et s’enfuient. Bien sûr Vigdis devenue HAMOUTAL est recherchée et ils doivent se cacher tout le long de leur périple à pied à travers toute la France.
L’auteur aussi prend la route, en voiture et dans de meilleures conditions ! pour « imaginer » le plus « réellement » possible leur long chemin.
Ils arrivent à Narbonne et retrouvent une vie agréable et aisée. Ils se marient mais la jeune femme est toujours poursuivie et ils doivent partir encore pour Monieux où les attend le rabbin Joshua OBADIA.
La vie continue, ils ont trois enfants, avant que les croisés ne passent et le village est le théâtre d’ un pogrom épouvantable. David est tué et les deux aînés enlevés. Hamoutal veut partir à leur recherche jusqu’au Caire, d’où la lettre de recommandation qui raconte l’histoire jusque-là en donnant les noms et en parlant de VIGDIS-HAMOUTAL, la jeune femme prosélyte (convertie).
N’en disons pas plus ! Car c’est loin d’être terminé, nous suivons toujours l’auteur par les routes et les chemins, par la mer aussi, de Rouen au Caire, à Cambridge,  pour revenir à Monieux.
Même si l’histoire d’amour est tragique comme celle de Tristan et Yseult, c’est vraiment une épopée, un roman d’aventures dans un style somptueux qui décrit des paysages splendides, qui fait revivre le Moyen Age, qui donne beaucoup d’émotions dans tous les sens du terme. Tout va lentement, bien sûr, mais avec des élans qui donnent le souffle des chevauchées fantastiques.
C’est beau tout simplement. Un vrai coup de cœur de cette rentrée littéraire !
Marie-José
MC/Librairie Doucet
Stefan Hertmans  est né à Gand en Belgique. Il est enseignant et propose de nombreuses conférences dans les universités du monde entier. Il est aussi l’auteur de romans, d’essais, de poésie…
« Le cœur converti » est traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin et, si beau qu’on ne peut que la citer.
« Grâce à sa spectaculaire imagination, Stefan Hertmans a tissé une épopée à partir de fragments historiques. » (De Volkskrant)
« Le cœur converti » – 368 pages – prix : 21.50 € (paru le 23/08/18)

Nous les vivants – Olivier Bleys – Editions Albin Michel

nous les vivantsEn perdition sur la Cordillère  des Andes !

Ce très beau livre a pour titre : « Nous les vivants » et je vous emmène, accompagné bien sûr, d’Olivier Bleys à 4 200 m d’altitude ! Cet auteur a déjà écrit une trentaine d’ouvrages sur la randonnée notamment, car c’est un explorateur qui a entamé  un tour du monde à pied. Donc, affronter la Cordillère des Andes, ne l’effraie pas  !

Dans cette histoire, nous sommes avec Jonas d’origine argentine. Il est pilote d’hélicoptère sur la base d’Uspallata, dans les Andes. Il est chargé de ravitailler les refuges situés sur les hauts sommets. C’est un métier à risques, mais il est expérimenté et plutôt aguerri. Il fait cela avec plaisir alors que ses collègues n’y tiennent pas trop, évitant de se retrouver confrontés à des situations un peu extrêmes. Il a une femme, Catalina et une petite fille nommée Rosario et sa vie dans la vallée est plutôt agréable. D’ailleurs, au début de ce roman, il nous fait partager cette vie paisible. Un jour, il est appelé pour ravitailler le refuge de Maravilla  (4 200 m d’altitude) à la limite de la frontière entre le Chili et l’Argentine, lieu où démarre ce roman.

Il vient ravitailler le gardien, sauf qu’une tempête de neige se déclenche. Il est bloqué au sol et le sera pendant plusieurs jours. Dans ce refuge, outre le gardien et son chien, se trouve un monsieur, s’appelant Jésus, très mystérieux, plutôt taiseux, un peu absent, pas toujours à l’aise et qui va emmener Jonas sur le terrain. Ce personnage, assez étrange, est chargé de surveiller et délimiter la fameuse frontière entre le Chili et l’Argentine. Au bout de quelques jours -voyant de toutes façons que l’hélicoptère ne pourra pas décoller dans l’immédiat– ils partent afin de tracer cette nouvelle frontière. A ce moment, on bascule dans le mystique, dans le dépassement de soi, dans l’extraordinaire. Vous ne savez plus très bien si vous êtes dans le rêve ou la réalité  (d’autant qu’avec l’altitude, on rencontre le manque d’oxygène), des visions apparaissent. Et puis il y a Jésus, ce type qui lui balance des phrases…, ou le questionne beaucoup sur sa vie. On ne sait plus très bien où l’on est. On a perdu toute notion du temps, parce qu’on ne sait absolument pas combien de temps ils vont passer dans cette Cordillère. Nous sommes emportés par la magie de ce voyage….

L’écriture d’Olivier Bleys nous emmène aussi dans cette aventure, dans cette épopée. C’est à la fois déstabilisant et en même temps, c’est magique ! L’ambiance de l’Argentine, à la frontière du Chili est à portée de mains et c’est à découvrir au plus vite !…..

Nathalie/Librairie Doucet/MC

Écoutez Nathalie de la librairie Doucet sur France Bleu Maine en compagnie de Sophie Thomas, en cliquant ici 

Nous les vivants 192 pages – Prix : 16 €

Parmi les œuvres principales de l’auteur, on note : – « Pastel » (2000) prix de l’Académie française – « Le Maître de Café » (2013) Grand prix du Roman de la (SGDL) Société des gens de lettres – « Concerto pour la main morte » (2013), prix de l’Union Interalliée – « Discours d’un arbre sur la fragilité des hommes » (2015) qui fut sélectionné pour le prix Goncourt.

Séquoias – Michel Moutot – Editions du Seuil –

SequoiasL’aventure, c’est l’aventure !!

C’est ce que nous promet Michel MOUTOT dans son nouveau roman  après l’excellent « Ciel d’acier. »
On ne peut pas raconter grand chose quand il s’agit d’un roman d’aventures. Il faut lire et tout simplement se laisser happer par l’histoire. Une petite présentation est cependant un avant-goût qui peut donner l’envie de suivre le romancier. 
Même si les personnages apparaissent un peu plus tôt dans le livre, pour planter le décor initial et surtout définir l’esprit de l’époque, tout commence en réalité en 1847 avec le départ des trois frères FLEMING :  –Mercator, l’aîné, le fort  -Michael, le juste  – Nicholas, le plus jeune, donc peut-être le plus faible.
Ils quittent l’île de Nantucket, dans le Massachussets, des Etats Unis d’Amérique.
Ils sont baleiniers de père en fils, mais ils doivent payer leurs dettes et même s’ils partent sur leur bateau, le Freedom, avec Mercator à la barre, ce n’est pas pour chasser la baleine (ce sera pour plus tard, pensent-ils) mais pour transporter des barriques et ainsi gagner plus d’argent.
Or, le 5 Décembre 1848, à Washington, James Polok, 11ème Président de Etats Unis annonce que des mines d’or importantes existent en Californie et que les terrains appartiendront à ceux qui s’y installeront en premier. C’est la fièvre de l’or.
Mercator est séduit et le bateau repart pour le Grand Sud. Ce sera naviguer au large de Cuba, du Brésil, de l’Argentine, des Fawklands, jusqu’à franchir le Cap Horn. Puis ce sera le Chili, le Mexique, pour atteindre enfin la Californie. Imaginez la navigation, les tempêtes, les incidents et accidents. C’est extraordinaire et cela ne fait que commencer !
27 Juin 1849, c’est Yerba Buena, maintenant appelée San Francisco. On franchit la Porte d’Or (the Golden Gate) pour trouver 780 habitants et un immense chantier où déboulent de partout les chercheurs d’or. Mickaël va partir et se lancer dans cette recherche.
Mercator, lui, reste à San Francisco parce qu’il a compris qu’il pouvait s’enrichir en participant à la construction de la ville. Sur les collines se dressent des forêts de Séquoias géants. Pourquoi ne pas se lancer dans la coupe et le commerce du bois ?
Vous pensez sans doute que j’en ai dit beaucoup. Pas du tout ! Ce n’est qu’une petite trame qui est loin de raconter ni même d’aller jusqu’au bout.
Nous sommes dans un Nouveau Monde en construction. Nous suivons ces pionniers, nous rencontrons des travailleurs acharnés, des femmes légères, des idéalistes et tous les dangers.
Les faits historiques sont avérés et les personnages parfaitement plausibles s’y incorporent très bien.
L’écriture en est facile et riche de documentation à la fois. Vous passerez d’excellents moments dans le bruit de la ville naissante mais aussi avec le chant des baleines et le murmure des séquoias géants. Lisez ce roman d’aventures. Les vacances lui conviennent très bien. 
Un grand bravo à Michel MOUTOT !
M-José/MC – Librairie Doucet
« Séquoias » – 496 pages – Prix : 21.50€
Michel Moutot est reporter à l’Agence France-Presse. Lauréat du prix Albert-Londres en 1999, correspondant à New-York en 2001, il a reçu le prix Louis-Hachette pour sa couverture des attentats du 11 Septembre.
Son premier roman, « Ciel d’acier » (2016) a reçu le prix du meilleur roman des lecteurs de Points.

Un océan, deux mers, trois continents – Wilfried N’Sondé – Editions Actes Sud

une mer, deux océans, trois continents

UN OCÉAN, DEUX MERS, TROIS CONTINENTS

CB : Un océan, deux mers, trois continents ! Rien que le titre du livre que Marie-Adélaïde va nous présenter est déjà un grand voyage à lui tout seul !

MAD : Vous vous plongez dans une grande histoire, un roman d’aventures, un roman de pirates, un roman de réflexion aussi. Tout cela est servi et écrit avec un talent incroyable parce que l’écriture de W. N’Sondé est magnifique !

Voici l’histoire d’un jeune homme qui habite au Kongo, près du Rwanda. Il est tout jeune. Il vient de se convertir et il a prononcé ses vœux, sous le nom de dom Antonio Manuel. En secret il répond à l’appel du roi du Kongo, de Alvaro II qui lui demande de partir au Vatican, de se rendre à Rome retrouver le Pape pour plaider la cause des jeunes esclaves car il estime que ce commerce triangulaire fait des ravages. L’esclavage est quelque chose d’épouvantable et il faut absolument mettre un terme à ce terrible trafic (Imaginez qu’au XVIIe siècle les voyages n’étaient pas si tranquilles !…) Voilà ce jeune homme qui embarque sur un vaisseau français puisque la France a décidé de prêter  main forte à ce jeune pays du Kongo, rien que pour ennuyer les Espagnols et les Portugais –leurs ennemis- qui eux font un trafic d’esclaves absolument terrible mais les français également ! Et, comble de l’horreur, ce jeune prêtre va embarquer sur un bateau qui s’appelle le « Vent Paraclet » qui lui aussi transporte des esclaves. Donc, la première partie du voyage consiste à aller du Kongo jusqu’à Recife au Brésil pour livrer cette première cargaison. C’est absolument dramatique, diabolique la façon dont sont traités ces hommes, ces femmes, ces enfants, et surtout d’en être témoin et impuissant !…. Notre  héros va découvrir l’horreur et après avoir débarqué cette cargaison humaine qui a perdu un tiers de son effectif puisque les conditions de détention étaient épouvantables -le voilà entrain de reprendre la mer, malheureux avec un sentiment d’impuissance sauf que, effectivement les Espagnols et les Portugais veulent absolument mettre fin à sa mission. Ils envoient des soldats qui sont chargés de l’intercepter et le tuer ! La France envoie un pirate qui est un ancien français converti, qui est devenu musulman et là, c’est un roman de cape et d’épée absolument extraordinaire !

Bref, il finit par arriver au fin fond du Portugal et remonter par l’Espagne à travers un passage par les geôles de l’inquisition, pour aller jusqu’à Rome. Et cette histoire est vraie. C’est cela qui est extraordinaire ! Il n’a rien inventé !. Et, ce jeune homme va s’acquitter de sa mission, il va mourir dans les bras de Paul V, après plus de trois ans de voyage.  Paul V va être très touché par la mission de ce jeune homme et lui dédie une statue à Rome.

(C. B ) : et le message de tolérance

MAD : Ce message de Paix et de tolérance est toujours un message terriblement actuel et c’est extraordinaire de lire ce texte qui raconte la vie d’un jeune qui, au XVIIè siècle pensait changer le cour des choses…

Ecoutez M. Adélaïde en compagnie de C. Bouniot de France Bleu Maine, en cliquant ici.

Marie-Adélaïde/M. Christine

Né en 1968 à Brazzaville, Wilfried N’Sondé a grandi en Île-de-France et étudié les sciences politiques avant de partir à Berlin, où il est resté vingt-cinq ans. Il vit désormais à Paris. Musicien et écrivain, il a aussi enseigné la littérature à l’université de Berne (Suisse). Il publie ses romans chez Actes Sud : « Le Cœur des enfants léopards » (2007)  prix des Cinq continents de la francophonie et prix Senghor de la création littéraire) –  « Le Silence des esprits » (2010) – « Fleur de béton » (2012) et Berlinoise (2015).

Un océan, deux mers, trois continents – 272 pages – Prix : 20 €