L’ombre animale – Makenzy ORCEL – Editions ZULMA

makenzy Makenzy ORCEL est un jeune auteur haïtien de 33 ans qui a reçu  au festival des Etonnants Voyageurs de Saint-Malo, le Prix Littérature Monde 2016 pour « L’ombre animale », troisième roman qu’il publie aux Editions ZULMA.

« à ma mère, c’est ta voix, merci » (la dédicace)

  A Saint-Malo, il était émouvant d’écouter Orcel Makenzy ! – l‘entendre dire : – « qu’il dédiait son roman à sa mère, – qu’il écrivait pour sa mère analphabète et d’ajouter : mes livres dit-il, sont des cadeaux que je fais à ma mère. Non seulement, j’écris avec sa voix dans ma tête mais j’écris pour elle ».

– « J’ai grandi dans un quartier pauvre, au sud de Port-au-Prince. J’avais cinq ans lorsque mon père a tout quitté et c’est ma mère qui faisait bouillir la marmite, c’est ma mère qui s’est sacrifiée pour la famille… Elle m’a abreuvé d’histoires. Elle ne savait pas lire, mais quand elle se mettait à raconter, c’était Balzac ! D’ailleurs, dans la première partie du livre, j’ai repris avec mes mots les histoires de ma mère qui était paysanne ».

« L’ombre animale » ce récit ou plutôt cette litanie, donne la parole à un cadavre : (la mère), c’est TOI, c’est cette voix qui vient d’outre-tombe qui en est la narratrice. Cette femme raconte selon la mythologie vaudou, sa vie d’avant, ce qu’elle a vécu, sa famille, son village, la vie de cette femme qui n’a peut-être jamais eu droit à la parole… Ainsi démarre le livre : « je suis le rare cadavre ici qui n’ait pas été tué par un coup de magie, un coup de machette dans la nuque ou une expédition vaudou, il n’y aura pas d’enquête, de prestidigitation policière, de suspense à couper le souffle comme dans les films et les romans- et je te le dis tout de suite, ce n’est pas une histoire -, je suis morte de ma belle mort, c’était l’heure de m’en aller, c’est tout, et maintenant que je ne suis plus de ton monde où l’on monopolise tout- les chances, la parole, l’amour, le pouvoir- et que j’ai enfin droit à la parole, à un peu d’existence, je vais parler, parler sans arrêt, laisser mes mots voguer […]

C’est le récit de personnages où trois voix se font écho : celle de Makenzy (mon père), d’Orcel (mon frère) et Toi (ma mère), mais on rencontre aussi l’Autre, le Maître d’école, l’Envoyé de Dieu, Belles du Seigneur, l’Inconnue l’étrangère, l’Inconnu le mystérieux… qui dessinent une société extrêmement dure. C’est un texte avec une écriture parlée : c’est à la fois un chant, voire un cri d’alarme, de colère. Au lecteur, l’auteur donne l’impression qu’il nous récite le texte sous forme de slam ou de rap, avec beaucoup de poésie, l’impression qu’il lit son texte à voix haute, au creux de notre oreille.

Peu habituel et surprenant, c’est le rythme de ce texte : de longues phrases avec seulement des virgules ! Pas de majuscule (juste aux noms propres). Ne cherchez pas les points, il n’y en a point ! Juste quelques points de suspension.

Dans « l’ombre animale », c’est la virgule qui donne le rythme ! Cette lecture qui peut être rapide, demande davantage de concentration. Après quelques lignes, le lecteur a besoin de s’arrêter et reprendre son souffle…

En fait, Orcel Makenzy qui a vécu à Port-au-Prince nous dresse le portrait de la société haïtienne, la pauvreté, la violence, la prostitution, l’alcool, la corruption et surtout la brutalité faite aux femmes.

On peut appréhender cette lecture, même si elle est âpre et dure, elle reste malgré tout très poétique.

Marie-Christine.

 Pour l’écriture de ce livre, il était en résidence d’écriture à Laval (Mayenne). Il a travaillé ce texte durant quatre années (depuis 2011) à l’IMEC de l’Abbaye d’Ardenne de Caen (Calvados), puis en résidence à la Maison des Ecrivains Etrangers et Traducteurs (MEET) à Saint-Nazaire.

Orcel Makenzy a écrit « Les Immortelles » en 2010 (Editions Zulma)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.