De Terre et de Mer – Sophie Van der Linden – Editions Buschet-Chastel –

de-terre-et-de-mer

« De Terre et de Mer »  Un très beau roman poétique !

Henri, jeune peintre, arrive sur l’île de B. bien décidé à retrouver Youna sa bien-aimée qui n’a pas répondu à ses dernières lettres et l’a laissé sans nouvelle. Il retrouvera la jeune femme bien installée sur l’île, éprise de liberté.

Nous suivrons Henri sur 24 heures et cette journée va bouleverser sa vie.

Qu’il s’agisse des paysages, des odeurs, des sensations face au climat de l’île, l’écriture de Sophie Van der Linden est très subtile et d’une grande sensibilité. Tout est écrit avec une grande délicatesse.

Quelques extraits :

« Enfin, ce n’était pas un voyage, tout juste une traversée. Et courte encore, une demi-heure sans doute. Mais Henri n’avait jamais que peu vogué ».
« Son regard s’accrochait à la cime des arbres, s’attardait sur les mamelons, piquait  dans les vallons, s’envolait dans les masses d’air frais que ce temps encore un peu instable ne manquait pas d’insuffler au calme paisible d’un ciel estival. » (p.9)

« De l’air ! Cet air-là ! Comme il m’a manqué en vérité. Henri oublia l’incident lorsqu’il put enfin lever le nez, humer les ressacs iodés de l’eau du port claquant le quai, et se tourner vers le large s’offrant maintenant à son regard. Il avait vécu son enfance et le début de sa jeunesse sur la côte. Pourtant, ses origines paysannes l’avaient toujours maintenu éloigné de la navigation. La mer n’en demeurait pas moins pour lui une source de joie et d’apaisement. » (p. 12)

« De la terre laiteuse sourd une brume incertaine [….] d’où s’exhale seul quelque parfum boueux […]. Il n’est de suintant paradis que je n’enlace à l’aube ». (p.36)

Avec Sophie Van der Linden, le moindre détail est analysé, passé au peigne fin….C’est un beau récit imaginaire, bref mais intense. Une belle promenade dans la lande accompagnée d’ un bon bol d’air marin.

« De Terre  et de Mer«  est un petit livre exquis de 143 pages, tout en couleurs !

Même si ma  préférence va à « La Fabrique du Monde » son premier ouvrage qui date de 2013, le texte « De Terre et de Mer » que nous offre l’auteur  est comme une belle peinture marine, à l’image de la première de couverture qui représente une vue d’un port en Bretagne, de Jean-Baptiste-Camille Corot (1796-1875).

Qu’en pensez-vous ? Donnez votre avis si vous lisez les textes de Sophie Van der Linden.

Sophie Van der Linden est l’auteur de « L’incertitude de l’aube », 2014  (Buschet-Chastel)

Marie-Christine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.